AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Dans la quête de la nouvelle chambre [PV : Akimi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
.
avatar


Messages : 19
Âge du personnage : 18 ans
Groupe : Sigma
Eléments : Lumière & Feu => Explosion

MessageSujet: Dans la quête de la nouvelle chambre [PV : Akimi]   31.08.15 12:32



Une nouvelle année venait de commencer pour moi à l'académie. Les années passaient et je grandissais sans y prêter la moindre attention. Petit à petit j'avais appris la maîtrise de mes pouvoirs ; je continuais encore d'ailleurs. Moi qui étais déjà fasciné par une lumière et qui avais découvert la magie de cette façon, j'étais capable de bien plus à présent. Mes éléments en main, je pouvais créer quelque chose de plus destructeur encore, mais de plus beau aussi. Plus j'y pense, plus j'avance, et plus je me dis que cela aurait été violent si j'avais eu ce savoir il y a sept ans de ça. Sept ans déjà... C'est à la fois long et court. Ça paraît loin mais je suis encore capable de me rappeler de chaque scène avec précision ; je pense que je n'oublierai jamais ces images.

Formalités de début d'années, on m'avait attribué une nouvelle chambre. Le plus grand mystère était toujours de découvrir avec qui on allait partager cet espace et il fallait toujours prier pour tomber sur une personne avec laquelle on s'entend ou au moins cohabite simplement. Tout le monde y met du sien pour que l'année se déroule sans encombres, mais on ne peut pas non plus faire ami ami avec tout le monde, même en se forçant. Je veux dire, en deuxième année, j'ai dû partager ma chambre avec un garçon ; pas grand, mais fort bruyant. Au début, on tente de ne pas y prêter attention, on demande gentiment le calme, puis lorsque cela continue, on fini par s'énerver. Oh il était gentil, mais je ne pouvais pas tout le temps supporter son comportement. Il y a eut quelques disputes quand lui et moi étions de mauvaise humeur. Enfin, c'est plutôt minime, il n'y a pas eut de soucis majeur cette année là mais considérons qu'elle a été la moins agréable à passer. Je fais peut-être mon difficile mais il faut se dire que si cette expérience était la pire, alors tout va bien car c'était des engueulades sans gravité.

Ma vie à l'académie se passe bien. Il y a du travail mais une fois le rythme enregistré, il n'y a qu'à se laisser porter et le temps passe, plus vite qu'on ne le pense souvent. La preuve, regardez moi, déjà en cinquième année...

Pour en revenir aux chambres, j'avais ce matin récupéré mon double. La dame de la réception est bien gentille d'ailleurs. Contrairement aux clichés de la petite mamie, c'est au contraire une fille qui semble plutôt jeune ; dans la trentaine sûrement. Après avoir vérifié mon dossier et s'être assurée de mon identité, elle m'avait donné mes clefs. La chambre huit. Très bien. Pour garder la surprise, je n'ai pas osé demander qui serait mon colocataire cet année mais j'ai pu remarquer que les autres trousseaux étaient encore à l'emplacement. Il restait deux autres clefs après qu'on les ait séparé de leur deux jumelles pour me la confier. J'étais donc le premier à récupérer les clefs de ma nouvelle chambre ; il restait celle de mon futur compagnon de chambre et sûrement une clef de secours ; je doute qu'on soit à trois.


J'avais récupéré mes affaires et j'étais prêt à « emménager », si on peut appeler ça comme ça. Arrivé devant la porte, j'avais toqué deux coups ; sait-on jamais, mais pas de réponse. Encore dans le doute, j'avais attrapé la poignet et tenté d'entrer, mais la porte refusait de bouger. C'était bien ce que je pensais, j'étais le premier. C'était ici que la clef était utile. Une fois la serrure déverrouillée, j'avais pénétré dans la pièce ; le silence se faisait entendre. Maintenant se posait la question ; lit de gauche ou lit de droite ? Ça serait égoïste de choisir uniquement parce que je suis le premier, non ? D'accord ce n'est qu'un lit, mais les gens peuvent avoir des demandes étranges parfois. J'allais attendre, je m'étais dis que ce serait plus sympa de demander et que cela permettrait de parler, au moins un peu.

Comme tout le monde arrivait aujourd'hui dans le QG, je savais que je n'allais pas être seul longtemps. Pour ne pas encombrer le passage, j'avais posé ma valise dans un coin de la pièce là où j'étais sûr qu'elle ne gênerait personne et m'étais dirigé au balcon. Quelle belle vue la falaise offrait. Moi qui étais habitué à l'agitation de la ville, ça me faisait toujours aussi étrange d'avoir un paysage aussi calme juste sous mon nez. Ce n'était pas pour me déplaire, au contraire, j'y trouvais beaucoup de charme. De plus, ici l'air est frais et respirable. J'avais l'impression d'être loin de tout alors qu'en regardant un plan, on se rendait compte que la ville principale n'était pas si loin, mais le changement de décor était très frappant, dans le bon sens. Une belle journée pour débuter l'année. Pour l'instant tout avait bien commencé, du moins pour moi car dans les couloirs, on croisait quelques personnes qui s’agitaient et courraient . Un spectacle drôle à voir même si ce n'est pas gentil de rire du malheur des autres ; pourtant, difficile de retenir un gloussement innocent en voyant la tête que tiraient certaines personnes. Il fallait faire attention pour ne pas se faire bousculer aussi, car ça, ça pouvait être dangereux.


On venait de frapper à la porte et je m'étais alors tourné en direction de cette dernière mais me tenais toujours devant la fenêtre que j'avais laissé entrouverte, avec le soleil dans mon dos.

« Oui ? »

Avais-je répondu simplement et de manière audible en me disant qu'il devait s'agir de mon colocataire. J'étais un peu impatient mais le cachait, me contentant de sourire pour faire bonne figure. Je ne me forçais pas, j'étais simplement de bonne humeur. Alors j'attendais, jusqu'à ce que la porte s'ouvre doucement, me laissant découvrir cette personne.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
avatar


Messages : 10
Âge du personnage : 18 ans
Groupe : Sigma
Eléments : Ténèbres + vent = gaz.

MessageSujet: Re: Dans la quête de la nouvelle chambre [PV : Akimi]   01.09.15 1:13


Dans la quête de la chambre ~ ft Natsuko Yõko.

"Let's try not to screw things !... And, crap."





Bon, inutile de s'en faire, ça ira. Cette année, ça va passer. Hors de question, pour la 5e fois, de rater une introduction correcte.
Tel était le discours mental que je me tenais, en face du miroir des toilettes des filles. En me giflant légèrement les joues. Vérifier l'état de mes cheveux, passer une main légèrement humide pour amadouer les mèches les plus rebelles... Et pour le coup, une mèche  partant en arrière refusait de se laisser faire. Rah, bon sang ! Même en l'enroulant dans l'autre sens avec un doigt, en tirant dessus pour essayer de la raidir... Rien n'y faisais, et je me faisais plus mal qu'autre chose. Avant de pleurer, car à force, entre cette frustration, cette colère et la légère douleur, de petites larmes commençaient à se former dans le coin de mes yeux. Moh, fichue mèche !

Mais, il était aisé de dire que je stressais. En ce moment même, j'étais bien plus alarmée par cette rencontre qu'autre chose. Surtout que je ne pourrai pas aller me doucher, avant...
Pourquoi ? Parce qu'en tardant pour récupérer la clé, en ayant traîné la patte sur un dessin au lieu de m'avancer, j'étais partie avec du retard... La réceptionniste me connaissait, à force. Moi et mon petit rire gêné, car j'avais fait le coup toutes les années précédentes... Malheureusement. Ah là là, ma première année... Après cinq chutes de carte d'identité, des bégaiements à répétitions et autres absurdités, je m'étais retrouvée avec une fille pas tellement sociable... Ou alors est-ce parce que j'avais ouvert la porte d'un coup en entendant du bruit derrière, car elle voulait sortir... Et donc, je lui avais envoyé la porte dans le nez. Nos rapports ont été quelques peu difficiles ensuite, elle ne voulait rien savoir...

Moh, pourquoi est-ce que j'y pense... ça ira bien, ça sera mieux cette année... Finies les sorties de douche pour me retrouver face à un colocataire masculin, comme en 3e année...
Cette pensée me força à me cogner la tête dans le mur. Bon sang ! Calme. Tout ira bien. Et tout pareil, ça sera une personne sympa... Et le numéro de ma chambre, le numéro 8, me porterait chance. Ce chiffre pour être plus précis, ne m'avait encore jamais trahis. Et tous les numéros différents s'étaient soldés en échec cuisant. Mes années de sommeil, enfin, je pourrai être en paix...

Me grattant la tête, là où je m'étais cogné, je me passais une dernière fois de l'eau sur le visage. Respirer simplement... Me redresser. Bien, chambre 8, si je me rappelais bien, ça devait être par là... Mais, j'étais bien plus préoccupée par ma tenue que par le chemin. Et arrivée devant la porte, avec mes deux valises -que j'avais oublié de mentionner précédemment - je les posais pour passer mes mains dans mes cheveux, sur mon écharpe...

Tout pareil, la personne ne serait pas là, elle aurait juste pris son doublon pour assurer le coup... ? Avalant ma salive, lâchant mes deux poids, je toquais à la porte, pleine d'espoir !

... Mais la personne était déjà présente. Damn. Forte. Normale. Souriante. C'est pas comme-ci ça allait mal se passer. La voix ne semblait pas occuper, mais à travers la porte, j'hésitais sur le genre de la personne qui avait répondu. Croiser les doigt, répondre simplement, avec une légère pointe de nervosité en ouvrant la porte lentement :  

"Excusez-moi... " ma tête venait de passer la porte, incertaine de ce que je devais dire. Une punchline, juste la vérité ? Aaaaah, décide-toi, tu verras bien !
"Je serai apparemment votre coloca...taire... ?" ... Et je le vis. Un garçon. Un garçon dans la chambre. Et naturellement, je reculais, en claquant la porte d'un coup. Et mon embarras à cet instant ne pouvait pas passer inaperçus. Un garçon. Eh ? Une jeune femme et un jeune homme, seuls dans une même chambre, au quotidien. He, Hein ? Quoi ? Est-ce même logique, est-ce légal, est-ce dans les règles ?

Réalisant la situation, je m'inclinais devant une porte fermée, sans pouvoir avoir conscience des dégâts psychologiques sur la bienveillance que j'avais cru voir furtivement sur son visage. Il devait attendre un colocataire et je m'étais trompée de chambre. En brisant ses espoirs. Et je m'étais inclinée un poil trop vite, mon front se cognant dans la porte dans un grand *BONK* caractéristique, suivi d'un "Aie !" mémorable.

" E... Excusez-moi, mauvaise chambre... He, he he... Euh, je pensais avoir pris la 8... Autant pour moi..." Des excuses, simples, claires et nettes. vraiment, je m'excuse... J'ai fait n'importe quoi...

Mais le numéro sur cette porte était bien le huit. Ou alors un six ou un neuf vandalisé. Mais dans les quartiers des sigma ? Impensables. Alors, j'ouvrai d'un coup la porte, tête baissée. Non, soit c'était un pervers passé par la fenêtre en ayant appris que deux filles seraient dans cette chambre, soit il y avait un problème. Mais à y penser, la porte n'était pas verrouillée, donc, il devait avoir les clés... Donc, c'était sérieux, l'administration était partie sur ça, cette année, encore ?

" ... Bonne chambre en fait... Euh..." un rapide regard sur mon interlocuteur, pour le détailler. J'aurai juré l'avoir vu quelque part, avant... Un léger pincement au cœur me prit, sans vraiment comprendre. Une nouvelle fois, un garçon. Sans lui laisser le temps de répliquer, avec une petite voix tremblante, je continuais :

"... Désolée pour ça, je... J'ai réagi un peu trop vite, je ne voulais pas... Vous blesser... ?" Probablement que oui, au final. Il avait dû en prendre un sacré coup, psychologiquement parlant. Je n'osais même pas le regarder, maintenant. Portant mes mains à mes valises, je les traînais à l'intérieur. Légèrement méfiante, prête à donner un coup de pied s'il tentait quoi que ce soit... Moh... Et mes espoirs, mes envies, destin... Quel jeu du sort es-tu entrain de me faire, là... ? Mon cœur ne se remettrait pas de tout ça. Le rouge me montait aux joues, je le sentais, à cause de la honte de cet acte. Moh, j'en ai marre !
Et l'écouter n'était possible qu'à moitié, tout du long... Ce qui devait se voir à mon regard fuyant...


eden, free codage bidouillé à convenance ;w;





Dernière édition par Akimi Mizuki le 02.09.15 14:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
avatar


Messages : 19
Âge du personnage : 18 ans
Groupe : Sigma
Eléments : Lumière & Feu => Explosion

MessageSujet: Re: Dans la quête de la nouvelle chambre [PV : Akimi]   01.09.15 21:36



La porte s'ouvrait donc. Le geste était lent, timide sûrement ; quoi de plus normal après tout ? Puis une tête s'était avancée en s'excusant. Une tête rousse.

« Je serai apparemment votre coloca...taire... ? »

Une fille. Une fille comme colocataire ?! L'idée me semblait, folle, impossible. Je n'avais jamais été dans la même chambre qu'une fille durant mes quatre précédentes années, je suppose que l’académie avait toujours tout fait pour éviter ça, question d'étique ; quoi de plus normal ? Alors pourquoi fallait-il que ça tombe maintenant ? Parce que je suis majeur ? Elle l'est peut-être aussi, mais ça n'excusait pas la chose à mes yeux. N'y avait-il vraiment plus d'autre chambre de disponible et il fallait que cela tombe sur nous deux.. ?

Gênée et surprise au moins tout autant que je l'avais été, elle avait refermé la porte d'un coup sec, brusque, paniqué qui faisait contraste avec l'ouverture. Je la comprenais, il devait bien y avoir une erreur non ? Ça arrive à tout le monde de se tromper... Enfin, pour le coup ça n'avait pas été très gentil de partir comme ça. D'accord elle était gênée mais je veux dire... J'avais essayé d'être social et  accueillant et.. ! Et ce bruit... Elle était toujours là ? Et elle venait de se cogner la tête... Cette fille semblait être maladroite, vraiment. Mettons ça sur le stress de la rentrée...

«  E... Excusez-moi, mauvaise chambre... He, he he... Euh, je pensais avoir pris la 8... Autant pour moi... »

Le fait est que cette chambre est bien la huit. J'étais sûr de ne pas m'être trompé de mon côté. Pour vérifier et en avoir le cœur net, j'avais cherché la clef qui était dans ma poche et regardais le numéro. Huit. Pas de doute. Et puis, je suis bête, je venais de déverrouiller une porte fermée avec, c'était bien la bonne clef, je doute que toutes les chambres aient la même. Il me semblait donc évident que le problème venait de l'administration. Il y a beaucoup de chambres et d'élèves à l'académie ; c'était sûrement une erreur...


Elle avait ensuite ouvert la porte. Le geste était tellement soudain qu'il m'avait fait sursauter légèrement. Moi je regardais toujours dans la même direction, c'est à dire vers elle.

«  ... Bonne chambre en fait... Euh... »

Elle était à nouveau rentrée, tête baissée comme comprenant qu'elle s'était complètement trompée ; mais je comprenais, pour le coup, je doutais aussi. Par contre, j'aurais pu lui dire dès le départ que c'était la bonne porte si elle m'avait dit laquelle elle cherchait...

« ... Désolée pour ça, je... J'ai réagi un peu trop vite, je ne voulais pas... Vous blesser... ? »

Je commençais à trouver cette fille mignonne, je crois que c'est cette timidité qui me plaisait. Enfin, c'est étrange de penser à ça en ne l'ayant rencontré qu'il n'y a... Une minute montre en main ? Comme quoi, la première impression est importante, mais la mienne était plutôt ratée à vrai dire...

Elle s'excusait pour son comportement mais j'étais déstabilisé moi aussi. Elle fuyait mon regard tandis que moi je n'hésitais pas à poser le mien sur elle, car elle me rendait curieuse. Ses cheveux aussi, je les aimais, mais aussi triste que cela puisse être, je ne retrouvais qu'un tel éclat dans mes cauchemars. Pourtant, je commençais à me sentir comme légèrement apaisé... Quelle rencontre étrange...

« Ne t'en fais pas pour ça... Je t'avouerais que moi aussi je ne m'attendais pas à trouver une fille... »

Lentement, je passais ma main dans ma nuque pour la frotter en détournant un instant le regard pour balayer la pièce des yeux. Enfin, je regardais sans trop y prêter attention mais je réfléchissais à quoi dire, ne voulant pas faire de gaffe. Je finis par reprendre :

« Je suppose que le problème vient de l'administration... Nous devrions aller voir, mais le bureau est fermée maintenant et la réception aussi... On ira voir demain d'accord.. ? Je suis désolé mais je crois qu'on va devoir faire avec pour aujourd'hui... »

Un soupir m'échappa, j'essayais de me montrer à l'aise avec elle mais je ne pouvais pas nier ne pas l'être.
En la regardant un peu, je me disais bêtement qu'elle devait avoir froid alors j'avais refermé la fenêtre tranquillement, ce qui me permettait de ne pas rester statique aussi. Une fois ceci fait, je lui jeta encore un regard et fixa ses valises ; c'était peut-être lourd.

« En tout cas, tu peux poser tes affaires... Je ne suis pas méchant je ne vais pas te manger... Oh j'oubliais, je m'appelle Yõko ; enchanté ! »

J'essayais de sourire un peu et encore une fois, bêtement, j'avais tendu la main vers elle.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
avatar


Messages : 10
Âge du personnage : 18 ans
Groupe : Sigma
Eléments : Ténèbres + vent = gaz.

MessageSujet: Re: Dans la quête de la nouvelle chambre [PV : Akimi]   02.09.15 13:29


Dans la quête de la chambre ~ ft Natsuko Yõko.

"C'est pas mal comme vue, hein ? ha, ha ha..." Ne tentais-je pas alors de détourner le sujet...





À cet instant précis, alors que je me sentais d'un rouge presque aussi fort que mes cheveux, je me maudissais. Je maudissais ces quelques secondes qui s'étaient écoulées et où, par précipitation, je m'étais ridiculisée. Misérable, ridicule.
Mon image en avait pris un coup. J'étais sûre de pouvoir l'entendre penser que j'étais maladroite, mais également bizarre. Il devait me regarder étrangement... Je sentais son regard sur moi, il m'alarmait. Je me sentais raidir dans mes mouvements en avançant dans la pièce pour poser mes affaires là où elles ne gêneraient pas non plus.

Une chambre. Un jeune homme, une jeune femme. Mon cœur ne tenait plus, par la colère, la honte et ma timidité. Un garçon, encore. Bon, certes, il avait l'air gentil... Mon regard glissait naturellement sur lui, même si je finissais par le détourner très rapidement. Pourquoi me regardait-il autant... ? Mes mains se posèrent à mes joues, bouillantes. Je resserrais légèrement mon écharpe, un peu ailleurs. Perdue dans l'explosion de mes émotions. Distraite, en l'écoutant à moitié.
Au moins était-il surpris, lui aussi, de se retrouver avec une personne de l'autre sexe comme colocataire. Bon, peut-être pouvait-il être agréable... Peut-être qu'il serait convenable, comme partenaire de chambre ?


Notre embarras commun me rassurait légèrement. Je fixais mes valises du regard, maintenant préoccupée à l'idée de les avoir mal fermées ou de quel bazar serait découvert, une fois ouvertes en face de ce jeune homme... Brun aux yeux verts... Mais bizarrement, ce sentiment de nostalgie blessant ne voulait pas disparaitre. Il me  rappelait quelqu'un... Il me rappelait... Lui... Et cette pensée, furtive, suffit à me faire mal. Non, quand même pas... ?
Mais, mon esprit refusait cette idée. Car ça ne pouvait être lui. Car le destin ne pouvait être aussi cruel.

Enfin... Profitant de l'instant où son regard n'était pas sur moi, je pouvais le détailler, un peu plus. Et c'était bien un problème.
Il semblait... Avenant ? Et d'une certaine façon, décontractant. Peut-être parce que sa voix était calme, qu'il réagissait comme une bonne personne, selon mes critères... Car il semblait digne d'un minimum de confiance ? Alors, mon pincement au coeur se détendait. Et l'envie de tirer ses mèches me prenait. Bien sur, je n'allais pas le faire à un inconnu, comme ça, gratuitement. Je sais montrer un peu de tenu, même si je fais des échecs... Mémorables...
Et peut-être que mon exemple d'échec, ou de ne pas empirer la situation, le faisait choisir ses mots précisément. Un peu d'attention, juste un peu...

Pour que la vérité arrive, finalement. Oui, l'administration devait bien être fermée, ce qui signifiait, par là même... Que l'on allait devoir dormir dans la même pièce. Dans la même chambre.
Et se doucher... On allait devoir s'organiser comment ? Et par inadvertance, un léger "He ?" de surprise et d'incrédulité venait de sortir de ma bouche. Je réalisais la situation. Et je me demandais quelle tenue j'allais devoir mettre... Car ma simple chemise sans short ne pourrait pas passer, là.
Bien que mon esprit vînt d'imaginer la scène, ce qui devait se voir sans problème à mon teint écarlate, à l'écarquillement de mes yeux, à tout... Mes mains serrèrent mon écharpe. Peut-être avait-il mal interprété ce geste, car il venait de fermer la fenêtre... Ou alors lui non plus ne pouvait tenir en place.

"Oh, si tu veux laisser ouvert ça ne me dérange pas, je ne porte pas cette écharpe par froid... Mais merci de t'en préoccuper, je suppose...? " Un peu de timidité, mais au moins, c'était vrai. Bien que je me questionne sur ma formulation... Ou sur si je l'avais dit correctement...

Et voilà que je me préoccupais de détails en sa présence... Que je regardais avec précipitation ma tenue. Etais-je présentable ? Mais il n'avait rien dit, alors ça devrait être bon... ?

Enfin... Poser mes affaires... Vrai que je venais de les reprendre en m'avançant un peu plus dans ma possible chambre d'une année...Mais assurément d'une nuit. Alors je l'écoutais se présenter.
Et... Yõko. Son nom était Yõko ? Mon cœur venait de se détendre. Un léger soupire de soulagement ayant suivi. Il ne portait pas le même nom. Et même, il ne m'avait pas reconnu. Si j'avais pu avoir des doutes, ils venaient de se dissiper en cet instant. Ces sept années qui me hantaient... Elles me hanteraient un peu plus longtemps, certes. Mais au moins, je ne me retrouvais pas en face de lui...  Pas sans préparations. Même s'il ressemblait à cet idéal que je me faisais de Natsuko, même si mon coeur battait plus vite....
Peut-être interpréterait-il mon soupir comme une réaction positive, car un léger sourire venait de se dessiner sur mon visage, avant que je ne me reprenne. La situation n'était pas encore réglée pour les affaires urgentes...

"Enchantée... Mizuki pour moi... Yõko-kun ? " levant une main avec une valise, je la posais dans sa main. La valise, évidemment. En le regardant.
"Merci de me proposer, pour m'aider à porter ça..." Un léger sourire, avant de reprendre mon objet "... C'était pour plaisanter, je peux les porter, j'ai de la force..." Une simple boutade, je le reconnais, avant de passer la poignée de la valise autour de mon propre poignet, avant d'attraper sa main pour la serrer. Je pouvais au moins faire ça après une tentative de briser la glace ridicule. Bien que le rouge n'ai pas quitté mes joues, car je me sentais... Salie dans mon âme, après ça.

Je venais bien de faire ce que je venais de faire ? Non, ça, ce n'était pas un problème... La panique et le stress avaient toujours eu un effet dévastateur sur moi. Mais... Non, le problème n'était pas là. Mais que mon estomac venait de s'activer, après avoir compris le mot "manger" dans la phrase de mon interlocuteur. Et que ma main commençait à trembler, à cause de ça, dans celle de mon colocataire d'infortune. Relevant ma tête, tentant de reprendre un minimum contrôle dans ma voix, mon esprit partait dans tous les sens, maintenant. Ma voix tremblait, ne contrôlant pas des petits rires gênés, des regards partants dans tous les sens :

"Ce... C'est pas... J'ai mangé à midi hein, mais... Mais j'ai juste pas eu assez avec mes 2 assiettes, c'est tout... Je..." Tentais-je vainement de justifier, sans qu'il n'ait d'intérêt à quoi que ce soit que je pouvais lui dire, maintenant.
Hein, qu'est-ce que j'étais en train de lui raconter, là ? Qu'est-ce que je pouvais bien lui dire, à ce garçon, à cet instant précis ? Relâchant sa main, je déposais mes valises aux pieds du lit le plus proche -celui de droite- avant d'ouvrir la fenêtre, dans une vaine tentative de calmer mon esprit en l'aérant. Si je pouvais crier à cet instant, je l'aurai fait...

"... Jolie vue, n'est-ce pas ? He... Ce serait peut-être pas si mal comme chambre, tu trouves pas ? Ha ha, ha... "
Me tournant vers lui, mon regard se porta finalement sur la porte de la salle de bain...
La question devait être posée, un jour, alors... Je décidais de me jeter, moi, à l'eau. Ou du moins, mon esprit n'ayant plus les capacités pour retenir de dire tout ce qui le traversait, je venais aborder le sujet d'une voix avec un peu de reproche, à cause d'une mauvaise expérience que j'avais put avoir, l'année dernière; mais également emplie de la même timidité fracassante que jusqu'à présent :

"... Pour mon tour de douche, pas de tentative d'espionnage... Hein ? Je préviens, je suis devenue lanceuse professionnelle de savonnettes reconnue... J'hésiterai pas si besoin..."
...  Non, au secours, pitié, arrêtez-moi, qu'on me calme. Pitié, je peux plus supporter de me voir comme ça... Je peux plus supporter de me ridiculiser sans cesse face à lui, alors qu'on pourrait passer l'année ensemble. Et il devait assurément me prendre pour une folle, maintenant, en plus... Insoutenable... Achevez-moi...


eden, free codage bidouillé à convenance ;w;





Dernière édition par Akimi Mizuki le 21.09.15 15:05, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
avatar


Messages : 19
Âge du personnage : 18 ans
Groupe : Sigma
Eléments : Lumière & Feu => Explosion

MessageSujet: Re: Dans la quête de la nouvelle chambre [PV : Akimi]   09.09.15 15:53



J'essayais d'être poli mais il fallait croire que je n'étais pas doué pour ça. En fait, j'avais manqué de galanterie. Il ne fallait pas m'en vouloir, ce n'était pas mon genre de m'entourer de beaucoup de monde ; encore moins de personnes du sexe opposé. En rentrant à l'académie, je m'étais fixé pour objectif de maîtriser intégralement ma magie et de l'utiliser à bon escient. Le reste me semblait futilité. M'isoler ? Ce n'était pas le mot exact. Disons que mettais tout le reste de côté comme si je prenais mes études comme une sorte de punition, de rédemption face à la bêtise que j'avais commise. Je ne m'accordais aucun excès, aucune liberté. Pourtant oui, je savais ; je savais très bien même que ce que je faisais n'allais en aucun cas m'aider ; qu'il ne me faisait que me rappeler du passer incluant tout les souvenirs douloureux, qu'ainsi je n'avancerai pas... Mais c'était impossible. Par ma faute, Akimi s'est retrouvée privée de sa motricité, je pouvais bien me priver de liberté. Rien ne serait assez grand, assez fort pour excuser ce que j'ai fais. Rien ne peut le racheter, ni lui rendre ses jambes ; je lui aurai donné les miennes si c'était possible. J'espérais juste qu'elle aille bien, qu'elle vivait correctement sa vie. La souffrance devait être toujours aussi grande car elle possédait ces attributs qu'on appelle jambes qui lui rappelaient sa condition ; un souvenir douloureux qui lui rappelait qu'elle était piégée à présent. Il était là, lourd à porter.

Tout ça pour dire que mon rapport avec les autres est.. Étrange ? Je « m'isole » sûrement volontairement mais à force je n'y prête plus attention. Oui, j'ai quelques difficultés à me sociabiliser. Là je devais faire un effort, un grand même. Mizuki.. C'est mignon comme nom. Je me disais que le minimum serait de le retenir et de ne pas faire de gaffe ; la chose ne semblait pas difficile étant donné que je n'avais pas non plus une grande quantité de prénoms à retenir ; je tâchais de me rappeler uniquement du nécessaire.


M'enfin, ce n'était pas non plus une question de force. Reconnaissant mon erreur et mon manque de galanterie, j'avais légèrement rougis mais serais sa main avec un léger sourire et un air encore désolé sur le visage. Cette expression changea vite en sentant cette patte féminine trembler entre la mienne. Légèrement inquiet j'avais desserré mon étreinte de peur de lui avoir fait mal ou peur. Contrôlais-je mal ma force ? La suite m'apprit que non ; la nourriture semblait être un sujet délicat. Quoi qu'en parlant de ça, j'avais presque fini par avoir faim. Pourtant, dans cet instant de folie, cette fille ne pouvait pas être autre chose que mignonne. Peut-être était-elle un peu bizarre dans le fond ; imprévisible surtout, mais j'appréciais, quoi qu'elle pouvait presque faire peur.

Finalement, elle se rendait presque toujours compte de ses excès, si on peut les appeler comme ça. D'un œil j'avais remarqué qu'elle déposait ses affaires près d'un lit. Avait-elle fait son choix ? Prendre celui de gauche ne me dérangeais pas.
Nerveusement, elle avait rouvert la fenêtre que j'avais bêtement fermé. Visiblement cette dernière semblait être un bon moyen de meubler et de faire oublier la gêne de chacun.

Pour ce qui était de la vue, Mizuki avait raison. Moi aussi je l'avais trouvé belle en arrivant ; elle m'avait de suite captivé. J'étais ravis de voir qu'elle faisait ce même effet à d'autres personnes. Et c'était vrai aussi, la chambre n'était pas si mal. Cette rousse semblait lentement se faire à l'idée que nous allions devoir partager l'espace pendant un moment, aussi minime soit-il. Quoi que sa remarque quant à la douche ne m'avait guerre plus. Avais-je l'air d'être si dérangé pour qu'on ait aussi peu confiance en moi ? On me définissait pourtant toujours comme calme, voire passif envers tout. Je n'aurai et ne ferai jamais ça ; j'ai du respect tout de même. De toute façon je ne me permettais pas de m'intéresser à quelque chose ; dans mon esprit c'était très clair. En guise de réaction, j'avais lâché un soupir en la fixant d'un air un peu attristé.

« Alors, c'est gentil de prévenir, mais ce n'est pas du tout mon genre. Bon, d'accord tu ne me connais pas, mais merci la confiance... »

Je m'étais ensuite tourné un instant vers la porte de la salle de bain pour l'examiner du regard le temps de quelques secondes avant de reprendre :

« Et puis c'est un simple verrou ; même pas de clé, donc ça ne serai même pas possible pour moi de faire ça si l'idée m'avait traversée l'esprit. »

Bon je l'excusais tout de même. Mettons aussi ça sur le stress de la rentrée et sur cette surprise quant à notre chambre. Elle ne pensait sûrement pas à mal, n'est-ce pas ? J'aurais peut-être réagis pareil à sa place ; c'était normal de s'inquiéter... Non.. ?

Il fallait pourtant changer de sujet pour éviter qu'un malaise plus grand ne finisse par s'installer entre nous. Pour ce faire, je m'étais simplement approché de ma propre valise pour la tirer et régler la seconde question au niveau de l'organisation de cette chambre.

« Tu veux le lit de droite alors ? C'est comme tu veux hein, celui de gauche me conviens. »

Puis j'avais approché ma valise du lit concerné avant de finir par m'asseoir dessus.

« Si jamais tu veux encore changer entre-temps, n'hésites pas à me faire signe. La cafétéria ouvre dans pas longtemps, on devrait pas tarder à s'y rendre non ? Comme ça on sera les premiers servis.. Je t'avouerais que t'entendre parler de nourriture m'a donné faim à moi aussi. Et puis désolé, tu ne fais pas mieux que moi ; en plus de deux assiettes, je suis capable d'avaler une baguette de pain toute entière en l'espace d'un seul repas ! »

Mais qu'est-ce que je disais ? Des bêtises encore. Maintenant elle allait me prendre pour un goinfre. C'était pourtant vrai, j'aime manger et m'en cacher est compliqué. Je commençais à me détendre et le dialogue me semblait plus facile ; est-ce que ce n'était au final pas une preuve que je me détendais face à cette fille ? Allez savoir...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
avatar


Messages : 10
Âge du personnage : 18 ans
Groupe : Sigma
Eléments : Ténèbres + vent = gaz.

MessageSujet: Re: Dans la quête de la nouvelle chambre [PV : Akimi]   24.09.15 21:40

Akimi Mizuki a écrit:

Dans la quête de la chambre ~ ft Natsuko Yõko.

"En avant, pour la cafét' !... Au fait, parles-moi de toi... Mais vas pas croire que je m'y intéresse à ce point..."





En cet instant, mon être tout entier se sentait sali. Non contente de m'être ridiculisée avec une vaine tentative d'humour avec ma valise, qu'il avait presque ignoré, me laissant là complètement abattue -une tentative d'humour de la part d'une tsundere bon sang ! - il avait fallu que ma panique me fasse commettre une autre erreur, un peu moins acceptable, contre ce garçon.
Un sacré manque de respect pour le coup...
Qui de mon avis pouvait se justifier ; merci la confiance... Mais généralement, on a du mal à faire confiance à un garçon qu'on vient à peine de rencontrer par surprise et avec qui on va devoir dormir de façon tout aussi imprévue. Du fond de mon être, l'envie d'ouvrir les fenêtres avec violence pour hurler à l'horizon trottait, faisait son chemin; mais hors de question de me couvrir plus de honte. Non, pas si je pouvais l'éviter.

Même si avoir serré la patte de ce garçon m'avait fait un effet assez étrange... Simplement parce que sa main était plus grande, moins douce que la mienne ? A cause de cette situation improbable ? Non, mon ventre qui me faisait perdre les pédales. Je ne suis pas bizarre, je suis juste... Originale, après tout. Et décalée par rapport à la norme des réactions. Dirai-je même bancale.

Ma première impression avait largement échoué. L'envie de m'enterrer, face à son air triste. Un simple couinement s'échappant, avec discrétion, de mes lèvres alors que je joignais mes mains. Une gaffe, encore... A croire que j'avais décroché un abonnement spécial pour, aujourd'hui.
Mais il essayait pourtant de me rassurer. Moh... A croire qu'il n'avait pas encore compris que je faisais éclater les bouées qu'on pouvait me lancer, simplement en essayant de m'y accrocher. Mais au moins, il avait réussi à me faire sourire. Un simple hochement de tête à ses explications. Bien, au moins, je pouvais lui faire confiance, un peu... Et n'aurais pas besoin de sacrifier un savon dans une opération d'effaçage de mémoire.

"Ho, pour le lit... J'y ai pas vraiment fait attention, en vérité, je suis juste allée au plus proche... Les deux me conviennent également... Enfin, ce sont les mêmes lits au final, donc..."

A y regarder, les deux lits se ressemblaient en tout point. Simple facilité budgétaire, liberté de personnalisation ? Aucune idée, mais je pouvais poser correctement ma valise à côté, maintenant que cette question était résolue. Au moins une chose s'était bien passée, sans erreur, sans me rendre ridicule !

Jusqu'à ce qu'un léger gloussement s'échappe, que je gardais tardivement avec mes deux mains. Parce qu'il venait également de partir sur la nourriture. Par ma faute certes, mais, au moins, il avait réussi à me détendre. Bon, je vous vois venir avec vos jugements. Mais la nourriture est un excellent moyen de briser la glace avec moi. Pourquoi croyez-vous que je sois dans le club de cuisine ? Un léger sourire se dessina sur mon visage, alors que je le reprenais, avec un peu plus d'assurance :

"Ho ho ho... A quel moment ai-je di que mes deux assiettes m'avaient suffi ? Une baguette c'est bien léger en plus..." Bon, fichu pour fichu, autant que j'y aille vraiment, non ? "Je suis sûre de pouvoir te battre sur ça... Je ne suis pas dans le club de cuisine pour rien après tout. Bon, je l'admets, je suis assez médiocre mais... Mon sens du goût est excellent !"

Peut-être en disais-je trop, mais au moins il pouvait connaître le personnage. D'ailleurs, sa proposition de se rendre à la cafétéria maintenant avait été accueillie favorablement par mon estomac.
"... Enfin, oui, pourquoi ne pas y aller en avance... Le premier jour devrait être assez chaotique en plus."

Une invitation à s'y rendre maintenant, alors que je me redressais. Mais au moins pour le trajet, on aurait de quoi discuter... Alors qu'un certain nombre de questions me vinrent en tête pour occuper.

"Si ça ne te paraît pas indiscret... J'aimerais en savoir plus sur mon possible colocataire de chambre... Tu es en quelle année et dans quels clubs ?"
Je me détendais un peu plus, maintenant. Au moins irons-nous dans une ambiance moins délicate que précédemment, je commençais à me faire à l'idée de partager la chambre avec lui...


eden, free codage bidouillé à convenance ;w;



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
avatar


Messages : 19
Âge du personnage : 18 ans
Groupe : Sigma
Eléments : Lumière & Feu => Explosion

MessageSujet: Re: Dans la quête de la nouvelle chambre [PV : Akimi]   22.11.15 12:29



Je retire ce que j'ai dit. Pourquoi je réussis de manière complètement random à l'intéresser sur un sujet.. ? Qui aurait cru que la nourriture pouvait la lancer autant ? Il n'y a qu'à la regarder, on ne dirait pas qu'elle mange tout ce qu'elle prétend -où est-ce que ça passe bon sang?!-... C'est qu'elle a de la chance, elle doit en faire jalouser plus d'une je suppose. Une bonne vivante... Un peu comme moi en fait ? C'est bizarre de se dire que j'ai réussi à détendre l'atmosphère en parlant nourriture...

Mais visiblement, il ne fallait pas trop tarder... C'est que, je l'avoue, parler de ça avait aussi fini par me donner faim, mais mon estomac se faisait plus timide de son côté. Je ne pouvais cependant pas m'empêcher d'avoir relevé qu'elle faisait partie du club de cuisine, tout comme moi. Bon, ça ne m'étonne pas maintenant que j'ai compris qu'elle était très amie avec les aliments ; cela veut dire qu'on aura aussi l'occasion de se voir hors de la chambre alors..? Pour créer des liens, c'est pas plus mal.

Elle semblait à présent plus détendue. De mon côté, je vérifiais à tâtons ma poche pour m'assurer ne pas avoir oublié mes clefs, car ce serait idiot qu'on se retrouve bloqués dehors en revenant de la cafétéria en sachant que l'administration aura sûrement fermé d'ici là -ou « comment bien commencer la rentrée »- et je m'assurais par la même occasion que j'avais bien tout dans l'autre poche. Je fus néanmoins surpris quant à sa curiosité soudaine, mais ses questions traduisaient un léger intérêt vis à vis de moi non..? Dans le bon sens sûrement. Après tout, on allait devoir cohabiter  alors il fallait bien s'y faire, elle a raison, autant bien s'entendre.

Je fis un signe de tête pour lui faire comprendre de me suivre. Une fois le pas de la porte passé, je la verrouilla en fermant un tour seulement, sorte de signature que j'ai et que je fais maintenant sans trop m'en rendre compte, puis je m'assura qu'elle était bien fermée en tenant de baisser la poignée et, puisque je pus confirmer que la porte était bien verrouillée dans la clenche car elle était impossible à ouvrir, je me mis en marche vers la cafétéria.

« Ne t'en fais pas, ce n'est pas indiscret du tout. Après tout, on va vivre ensemble quelques temps non.. ? Et donc, pour répondre à tes questions.... Je suis en cinquième année et je suis dans les clubs de dessin et de cuisine... Et toi ? On a déjà un club en commun, c'est peut-être pour ça qu'on a été placés dans la même chambre... L'académie a l'air grande, tu crois qu'on sera beaucoup dans ce club ? »

Arrivant au bout du couloir et me retrouvant dans une des allées principales, je leva la tête pour regarder le panneau au mur qui affichait les différentes directions telles que les salles de classes, l'administration, la sortie, les autres différentes salles et ce qui nous intéressait tous les deux : la cafétéria. Il fallait prendre à droite, monter les escaliers puis longer le couloir. Plus on s'approchait du but et plus ce même couloir me semblait rétrécir ; c'est que, nous n'étions pas les seuls à avoir cette idée visiblement au vu de la foule d'étudiants qui se regroupaient. Pourtant, il y avait encore de la place, sûrement parce que les autres étaient en train de déballer leurs affaires dans leur nouvelle chambre, allez savoir ce qu'ils font.

Je me tourna vers Akimi un instant une fois les différents menus à vu.

« Qu'est-ce que tu comptes prendre comme formule ? Rien que de lire les noms me donne faim, je ne te le cache pas... »

Je m'étais mis de côté de sorte à ne pas gêner le passage et réfléchissais avec quoi j'allais remplir mon estomac qui commençait à être vide depuis ce matin. Du poulet, du bœuf.... Des pâtes ou des frites ? Raah le choix est trop difficile ! Tant pis, je n'arrive pas à me décider, je verrai sur le tas. Si ça se trouve, j'aurai tellement faim que je finirai par prendre les deux.

La cafétéria aussi est plutôt grande finalement. Il y a de grandes fenêtres qui donnent sur l'extérieur et font rentrer la lumière. Heureusement qu'il fait beau aujourd'hui, ça aurait été plus triste si il y avait plut ; un jour de rentrée, tout le monde aurait eut le moral dans les chaussettes. Quoi que...  La pluie ne me dérange pas vraiment à vrai dire, mais c'est pas le cas de tout le monde, et puis, rentrer les valises sous la pluie, c'est pas le top quoi ! Mais Akimi alors... C'est quoi ses goûts au juste.. ? Maintenant, j'avais envie qu'elle me parle d'elle à son tour. Je ne sais pas pourquoi, mais je la sens un peu mélancolique sur les bords ; c'est peut-être la déprime de la rentrée.. ? Non, non c'est sûrement mon imagination...

Je secoua la tête un instant puis afficha un petit sourire en regardant la rousse puis m'approcha de la file pour commander.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
.



MessageSujet: Re: Dans la quête de la nouvelle chambre [PV : Akimi]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Dans la quête de la nouvelle chambre [PV : Akimi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» frères et soeurs dans la même chambre
» Une tête nouvelle, dans une nouvelle chambre. [Laura Evans, Rachel Summers]
» [Aéronavale divers] DC8 COTAM
» [Dollndoll Club] Nouvelle chambre pour Winnie p10
» Hôpital : Dans quels cas doit-on payer une chambre individuelle?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Dandelion City :: Les alentours :: QG des Sigma-