AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Atelier couture || Athena

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
.
avatar


Messages : 20
Âge du personnage : 29
Groupe : Personnel ; Prof' d'Arts Magiques
Eléments : Lumière ; Air ; Son

MessageSujet: Atelier couture || Athena   28.07.15 14:25



❝ Atelier couture
• feat. Athena •



Le volume horaire de Dandelion est strict. Je me souviens encore de mon désespoir lorsque j’ai appris que seul un week end de trois jours est accordé par mois. Du reste, c’est cours tous les jours. Les monstres ne prennent jamais ne vacances, c’est une chose que j’ai apprise à l’Académie, avant de le constater en pratique durant mes années de CME. Maintenant, je suis prof depuis la rentrée. Prof d’option rime avec cours uniquement en fin d’après-midi, ce qui me laisse une bonne marge d’organisation. Aujourd’hui est le premier jour du fameux grand week end du mois et je sais déjà à quoi je vais occuper ma matinée.

Non seulement je sais à quoi sera employé ma matinée, voire une partie de l’après-midi au besoin, mais avec qui. A savoir Athena Monarch, prof de fusion et collègue. Je la connais peu, soyons honnêtes. Il faut dire que je n’étais pas de la même promotion et qui plus est, je n’enseigne que depuis la dernière rentrée. Ma relation avec elle est donc simple et cordiale. Bien que je ne la connaisse pas, cela ne m’a pas empêché de lui souhaiter un bon rétablissement en lui offrant un bouquet de fleurs. Pas seulement toutefois.

En effet, je lui ai proposé il y a quelques jours de jouer les modèles pour moi. Je revois encore sa face stupéfaite. J’imagine aisément qu’elle ne s’y attendait pas, elle n’a guère le corps d’un modèle classique. Mais je ne suis pas femme à aimer le classique. Surtout quand il devient un carcan rigoureux et ennuyant. Prétextant que cela lui changerait les idées, j’ai donc réussi à la convaincre de venir ce matin vers 10h pour notre première séance. De mon côté, cela me permet de préparer tranquillement mes projets futurs. Je ne compte pas me lancer dans la création tout de suite, je suis bien trop occupée à tenter de dresser les gosses de l’Académie, mais c’est un bon début et puis, nous n’avons donc pas de contrainte de temps à respecter. Bref, c’est l’occasion de penser à autre chose que la dangerosité du monde et de s’amuser un peu. Enfin, de mon côté en tout cas !

Confortablement assise sur mon canapé, je lis les dernières nouvelles sur ma tablette en attendant mon modèle. En face de moi, sur ma table basse, un café – sans sucre – attend paisiblement. La déco de mon appart à Dandelion est très moderne et raffiné, je n’aime pas trop les vieilleries. Je termine de boire mon breuvage noir et quelques minutes plus tard, on frappe à ma porte. Je pose la tablette sur la table basse, puis me dirige vers la porte d’entrée. « Bonjour, je vous en prie, entrez. » Dans un sourire, je laisse passer ma collègue avant de refermer la porte derrière elle. « J’espère que vous allez bien ? En tout cas, je suis contente que vous releviez cette dangereuse mission avec bravoure. J’ai eu peur que vous fassiez votre couarde ! » Sourire taquin. Certes, elle a accepté, mais dire qu’elle a sauté de joie à l’idée de jouer les modèles serait exagéré.

« On va passer dans mon bureau. » Bureau reconverti en salon de tailleur pour l’occasion. La pile de dossier sur mon bureau, mon vieux sabre, mes diplômes et des photos de moi réalisant quelques prouesses lors de mes concours de CME accrochés aux murs côtoient un paravent, des patrons et tout le nécessaire de couture.



Tenue:
 

•••

code par Skank aka Achiavel sur Apple-Spring


Dernière édition par Ofelia Cardone le 28.07.15 19:58, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
avatar
Personnel


Messages : 216
Âge du personnage : 32 ans
Groupe : Personnel
Eléments : Eau/Ténèbres/Sang

MessageSujet: Re: Atelier couture || Athena   28.07.15 19:02



Atelier couture

feat Ofelia Cardone


Mon retour du coma profond dans lequel j'ai été plongée pendant trois mois avait récemment touché à sa fin. Durant mon repos d'une semaine, histoire de me surveiller et de vérifier que tous mes signes vitaux étaient dans la norme. Mon réveil avait été assez cauchemardesque. J'ai gardé pas mal de séquelles physiques et mentales de mon dernier combat ainsi que de mon coma. J'ai appris que j'avais été opérée pour réparer mes côtes et mes poumons, et j'ai pu rattraper quelques événements qui s'étaient déroulés durant mon inconscience. J'avais également reçu un bouquet d'une collègue, Ofelia Cardone, pour le moins étrange. C'était une composition florale que l'on n'offre qu'en cas de déclaration amoureuse d'habitude. Il signifiait une passion cachée mais brûlante. Imaginez un peu le choc en me réveillant, surtout vu ce que j'ai subi là-bas … Si j'en avais été capable, je me serais tuée. J'en ai toujours envie, d'ailleurs, mais je ne sais pas pourquoi je ne le fais pas. Ce serait si facile … Il me suffisait de manipuler mon sang, lui faire écraser mon cœur ou mon cerveau, et tout s'arrêterait. Mais je ne le faisais pas …


Je venais de reprendre mes fonctions de professeur, sans grande conviction mais en étant fidèle à ma réputation, sans changer mes exercices quitte à me forcer. J'avais également reçu une invitation de la part d'Ofelia justement, qui m'avait exhortée d'être son modèle pour de la création de vêtements. D'ordinaire, je n'aurais pas accepté, même si elle avait insisté, mais dans mon état, j'ai seulement à peine râlé sans envie avant de me laisser convaincre, si ça pouvait lui faire plaisir. Je n'avais pas le corps d'un top modèle, avec toutes ces balafres, ces bandages autour de mon torse, ce cache-œil qui voilait une partie de mon visage … Je ne voyais vraiment pas ce qu'elle me trouvait. Puis, je me suis souvenue de son bouquet, entreposé chez moi, sur la table. Uh-huh … Ceci expliquait cela donc, si évidemment ses sentiments étaient les mêmes que ceux transmis par la composition florale … Ce dont je doutais un peu tout de même. Nos rares rapports ont toujours été cordiaux et professionnels, rien de plus. Et puis, elle me vouvoyait. Quoi qu'il en soit, je tirerais ça au clair durant notre rendez-vous, qui avait lieu aujourd'hui à dix heures, dans son appartement. Il était au bout du couloir dans lequel se trouvait le mien, je pouvais donc me permettre de me laisser aller jusqu'au dernier moment. J'allais y aller comme d'habitude, avec mon éternel manteau. Et comme je n'avais que des dessous en dentelle … J'en mis une paire rouge. Espérons que je n'aie pas à me mettre en sous-vêtements. La dentelle c'est quelque chose que l'on porte souvent pour plaire, et je n'avais pas envie qu'elle se fasse de fausses idées, surtout si ses sentiments étaient ceux que son bouquet laissait croire. A dix heures pile, je me présentais donc à elle et frappais à sa porte. Elle me dit d'entrer, ce que je fis. Au moins, on ne pouvait pas lui reprocher de ne pas être énergique et souriante, vu ce qu'elle ajouta à ses salutations. Je les lui rendis avec un petit geste de la tête.


« Ofelia. On fait aller. Je vois que toi, tu vas bien. Je n'ai qu'une parole, alors sois rassurée, je ne vais pas te planter là, les bras ballants. »


Quand je donnais ma parole, je la respectais jusqu'au bout, même si ça ne m'enchantait vraiment pas. Non pas qu'être prise pour modèle me gonflait énormément, mais disons que j'aurais préféré faire autre chose. Mieux valait que je me dise qu'au moins, ça fera varier mes activités depuis mon réveil, et que je me mette dans les bonnes conditions pour tenter d'apprécier ce moment que j'allais passer avec la professeure d'arts magiques. Je la suivis dans son bureau, qu'elle avait réhabilité en salon de tailleur apparemment. J'observais la pièce tranquillement, notant certains souvenirs dont j'ignorais l'existence. Je ne savais pas qu'elle avait fait partie des CME d'ailleurs. Un micro-sourire se dessina sur mes lèvres quand mon œil valide se posa sur son sabre. Une escrimeuse, hein ?


« Jolie arme. Je n'étais pas au courant que tu avais fait partie des CME. Qu'est-ce qui t'a poussé à intégrer leurs rangs ? »


C'est vrai qu'à la voir, j'avais un peu de mal à l'imaginer chasseuse de monstres. Elle semblait bien plus attirée par le monde de la mode que par celui des monstres … Je commençais d'ailleurs à me demander ce qu'elle comptait faire sur moi.


« Tu peux m'expliquer en quoi va consister mon rôle, exactement ? Ce que je dois faire, tout ça ... »



Code by Wiise sur Never-Utopia



_________________



Merci Ivy-chou ♥

Avatars:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
avatar


Messages : 20
Âge du personnage : 29
Groupe : Personnel ; Prof' d'Arts Magiques
Eléments : Lumière ; Air ; Son

MessageSujet: Re: Atelier couture || Athena   31.07.15 18:19



❝ Atelier couture
• feat. Athena •



Je laisse le regard d’Athena vagabonder dans la pièce le temps de prendre un épais classeur rangé dans la bibliothèque. Il contient tous les croquis que j’ai réalisés depuis que je pense me lancer un jour dans la création de vêtements. Certes, ce n’est pas demain la veille que je vais lancer une collection et avoir ma propre boutique, mais ainsi j’aurai de quoi faire le moment venu. Certains m’ont d’ailleurs déjà servis pour confectionner quelques pièces pour ma garde-robe personnelle. Je pose ensuite le classeur sur le bureau à côté des autres objets de coutures.

Ma collègue note la présence de mon sabre et de quelques photos. « Merci, c’était mon bon vieux sabre quand j’étais à la place de ceux que vous martyrisez. » Ah, les étudiants. Toujours à se plaindre ! J’ose espérer que je n’étais pas comme eux à l’époque. Non, pas moyen ! Je souris ensuite, amusée, quand Athena avoue ne pas savoir pour mon passée de CME. « C’est vrai qu’à me voir, on ne dirait pas. Pour les mêmes raisons que tous ceux qui tentent le concours. Aider à nettoyer le monde des monstres est une autre de mes passions. Il n’y a pas que la mode dans la vie ! Je serais toujours CME si Mme Nightingale ne m’avait pas proposé de postuler pour la remplacer. » L’ancienne prof d’Arts Magiques avait été ma mentor à une époque.

Après ses précisions, mon cobaye – pardon, mon modèle me demande en quoi va consister son rôle. « Très simple : vous laissez faire ! » A défaut d’un rire diabolique, j’esquisse un sourire amusé. « On va commencer par la base, c’est-à-dire prendre vos différentes mesures. » Eh oui, il faut bien que les vêtements soient parfaitement ajustés. D’un signe de main, j’invite ma collègue à passer derrière le paravent pour se dévêtir du surplus inutile. « Vous pouvez vous déshabiller là. » Évidemment, nul besoin d’être complétement nue, mais cela me semble si évident que je ne ressens pas le besoin de le préciser.

Pendant qu’Athena ôte ses vêtements, je vais à mon bureau pour fouiller dans le classeur à croquis et réfléchir à ce qui pourrait lui aller. « Puisque nous allons devenir très proche sous peu, je peux bien te tutoyer. » Et puis, elle-même le fait pour moi. Je tourne quelques pages avant d’ajouter. « J’y pense, quelques-uns de mes étudiants se plaignaient hier des mauvais traitements que tu leurs infliges. Je crois qu’ils espéraient secrètement que tu les ménages à ton retour ! »

•••

code par Skank aka Achiavel sur Apple-Spring
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
avatar
Personnel


Messages : 216
Âge du personnage : 32 ans
Groupe : Personnel
Eléments : Eau/Ténèbres/Sang

MessageSujet: Re: Atelier couture || Athena   31.07.15 21:17



Atelier couture

feat Ofelia Cardone


Ofelia était une femme qui semblait pleine de surprises. Tout du moins, elle semblait avoir plus d'expérience dans des domaines insoupçonnés qu'elle n'y laissait paraître. Je pouvais donc réellement penser qu'elle savait pertinemment quelle était la signification de son bouquet. Et ça, c'était problématique, si c'était le cas. Avec tout ce que j'avais vécu récemment, j'avais eu ma dose de sentiments pour un très, TRES long moment. J'allais donc devoir crever l'abcès assez vite si jamais Ofelia était effectivement éprise de moi. J'avais tellement envie d'en finir vite avec ça, mais sachant plus que quiconque ce qu'un rejet, puis un espoir brisé faisait, je ne le souhaitais à personne. La coquille vide que j'étais s'en fichait, mais le peu de cœur qu'il me restait, lui, me dictait d'y aller prudemment.


La professeure et couturière répondit à ma questions sur son passé. Elle maniait le sabre durant sa scolarité, c'était donc logique qu'elle ait choisi l'option défense. Cette même logique voulait également qu'elle ait fait les arts magiques, car je la voyais mal enseigner cette option sans qu'elle ne soit un minimum concernée par la chose. Cela nous faisait un point commun en tout cas : nous avions toutes les deux choisi ces deux cours supplémentaires durant nos études. Du coup, la suite de son histoire ne m'étonna guère. Trucider du monstre était un de ses passe-temps favori, hein ? Comme pour beaucoup de gens, moi y compris à l'origine. Mais finalement, elle avait accepté de devenir professeure lors de la retraite de son prédécesseur. Un choix qui pouvait sembler étrange, pour quelqu'un comme Ofelia. Elle ne semblait pas avoir de raison suffisamment explicite pour prendre ce poste, surtout si elle aimait son ancien travail … Ma collègue m'expliqua également en une simple phrase courte et concise ce que j'allais devoir faire incessamment sous peu : me tenir tranquille et la laisser disposer de moi comme elle l'entendait. Je n'aimais pas vraiment ça, mais bon, j'avais donné ma parole, je ne pouvais donc pas la rétracter.


« Je vois. J'imagine que tu sais ce que tu fais … Au fait, pourquoi avoir préféré de passer pour une emmerdeuse aux yeux des gamins plutôt que de rester une sorte d'héroïne pour eux ? Même si madame Nightingale t'a demandé directement, si tu avais refusé, elle aurait sans doute trouvé quelqu'un capable de tenir ce rôle ... »


Tant qu'à faire, autant profiter du moment présent pour engager un peu la discussion, même si je n'en avais pas spécialement envie. Je n'avais envie de rien, en fait. J'avais arrêté de coudre pour concevoir des peluches. Ca m'était insupportable de revivre une énième fois ces souvenirs liés à mon dernier accident. Autant dire que si je n'occupais pas mon esprit, j'allais passer un très mauvais moment ici … Ofelia m'indiqua le paravent et me demanda de me déshabiller. J'étais clairement réticente à l'idée, mais bon, avais-je réellement le choix ? Non. Sans rien dire, je me dirigeais vers le paravent et ôta mes habits, restant en sous-vêtements. Mes cicatrices étaient dévoilées, ainsi que l'énorme pansement en plein milieu de mon ventre, juste sous le centre de ma cage thoracique. Il était assez épais, je le défis donc avec une grimace. Même moi, pourtant habituée à voir ce corps meurtri et déchiqueté de toutes parts, je trouvais cette marque vraiment immonde. Peut-être que mon amertume vis-à-vis de ce jour agissait sur mon opinion … J'entendis Ofelia fouiller dans un tiroir, alors que les bandelettes tombaient au sol, révélant les sutures encore présentes. Ma plaie cicatrisait assez mal, car il semblerait que le monstre qui nous avait attaquées, Ivy et moi, n'était pas un monstre ordinaire. Il fallait que je change régulièrement le pansement et que je retourne toutes les semaines à l'hôpital afin de faire examiner ces points, et si besoin, les refaire à nouveau. Elle se mit également à me tutoyer et lança une plaisanterie, probablement pour faire la conversation.


« Je ne vois pas pourquoi tu me vouvoyais déjà à la base, mais bon. Et ces petites têtes mériteraient que j'y aille encore plus fort avec eux pour leur faire passer l'envie de se plaindre. Ils prennent tout à la légère, et se permettent de casser du sucre sur notre dos alors qu'on tente de leur donner toutes les clés pour leur survie face aux monstres … Jeunesse ingrate … J'imagine que toi aussi, tu dois avoir des cas. Ils ne comprennent pas l'utilité profonde des arts magiques, c'en est désolant. »


Je soupirais, un peu irritée à cause de cette attitude négligente de la majorité des élèves. Certains se démarquaient par leur sérieux, d'autres par leur inventivité, certains pour leur endurance sans qu'ils ne se plaignent, et les autres par leur manque d'implication. Si ce n'était qu'une minorité, ça irait, je leur ferais faire des exercices encore plus pénibles. Mais quand c'est la plupart des élèves, c'est déjà plus compliqué. Je n'avais pas envie de surcharger les bons éléments à cause des éléments perturbateurs. En sous-vêtements flamboyants, en dentelle, ce qui donnait un étonnant contraste avec ma peau lacérée de toutes parts et cette balafre cousue sur une bonne quinzaine de centimètres, dans mon dos et sur mon ventre, je sortis du paravent, sans grande conviction, évitant le regard de l'experte Ofelia.


« Je ne comprends toujours pas pourquoi tu as insisté pour me prendre comme modèle … Regarde-moi ça, j'ai rien d'un mannequin. Je tiens plus de l'amazone guerrière qu'autre chose. Je n'suis même pas entièrement rafistolée. »


Etait-ce le bon moment pour aborder le sujet qui fâche ? Aucune idée, mais quoi qu'il en soit, je préférais en finir maintenant. Si c'était l'amour qui la rendrait aveugle, eh bien j'allais lui rendre la vue.


« Au fait, au sujet du bouquet que tu m'as offert pour … mon rétablissement. Déjà, merci, je n'ai pas eu l'occasion de te le dire. Ensuite, que tu connaisses le message que la composition véhiculait ou pas, je tiens juste à te dire que c'est un bouquet qu'on offre pour déclarer son amour secret à quelqu'un. Et pour le moment, je n'ai vraiment pas envie d'entendre parler de tout ce bordel. Alors désolée si je viens de briser tes éventuels espoirs, mais au moins, c'est dit. »


C'était le maximum que je pouvais faire. Déjà pas dotée naturellement du don du tact, dans mon état, j'en avais probablement encore moins que d'habitude. En me concentrant et en choisissant précautionneusement mes mots d'ordinaire, je pouvais potentiellement adoucir le message que je voulais faire passer. Là, il était brut de décoffrage, sans douceur, mais au moins sincère et pas totalement dénué de compassion. Maintenant, j'allais enfin savoir si la femme qui me faisait face avait juste choisi un beau bouquet, ou bien si elle savait quel message elle voulait me faire passer implicitement.



Code by Wiise sur Never-Utopia



_________________



Merci Ivy-chou ♥

Avatars:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
avatar


Messages : 20
Âge du personnage : 29
Groupe : Personnel ; Prof' d'Arts Magiques
Eléments : Lumière ; Air ; Son

MessageSujet: Re: Atelier couture || Athena   01.08.15 19:05



❝ Atelier couture
• feat. Athena •



Athena semble particulièrement curieuse de mes choix de carrière. Je ne peux guère lui en vouloir, après tout, nous nous connaissons fort peu et voilà que je lui propose d’être ma modèle ! Et puis, il est vrai qu’elle soulève une question intéressante. Pourquoi être prof au lieu de rester CME. Je pouffe de la manière dont elle amène les choses : pourquoi avoir préféré devenir une emmerdeuse pour ses gosses plutôt que de rester un modèle. « Je suis une emmerdeuse de nature ! Et un autre n’aurait pas été aussi brillant que moi ! » Sourire. « Plus sérieusement, j’ai beaucoup hésité. Dans le fond, je reste sur la même voix : participer à l’effort pour lutter contre les monstres, sauf qu’à la place de les tuer directement, je forme les futurs CME. Et quand je vois la naïveté de certains, je me dis que ce n’était pas une mauvaise idée ! L’avantage aussi d’enseigner une option, c’est que j’ai moins d’heures de cours, donc plus de temps pour d’autres activités. Je peux donc toujours ponctuellement aider de manière plus active dans la lutte. »

Quant aux gosses naïfs, parlons-en ! J’avais lancé cette boutade plus pour faire la conversation, et taquiner ma collègue, qu’autre chose, mais ce qu’elle dit est hélas triste de vérité. « Mon dieu, ne m’en parle pas ! L’avantage des Arts Magiques c’est qu’étant une option, au moins je suis sûr que ceux qui suivent mes cours sont un minimum intéressés. Sinon, ils ne viendraient pas ! Mais ils ont encore l’étiquette de cours bling bling et pas forcément utile sauf pour les filles qui s’imaginent déjà donner la forme d’un animal mignon à leur sort. J’étais heureuse d’apprendre que depuis mes années d’études, les mentalités avaient tendance à évoluer, mais c’est pas encore ça. Enfin, j’ai quand même quelques bons éléments qui m’évitent la dépression nerveuse ! »

Mon mannequin finit par réapparaitre. Je me lève et attrape le mètre au passage. Je ne peux m’empêcher de noter ses beaux dessus. Aurait-elle un rendez-vous galant juste après notre petite séance ? En tout cas, elle s’interroge sur mon choix qui lui semble décidemment bien étrange. « C’est vrai, t’as rien d’un mannequin. T’es pas banal, t’es pas lisse, tu ressembles pas à toutes les autres modèles plus insipides les unes que les autres. Le mannequinat me fait penser à une espèce d’usine d’où sorte des filles pré-fabriquées, toutes identiques. Quand je regarde les magazines, j’ai l’impression de voir toujours la même chose. Ce ne sont pas des êtres vivants, juste des cintres sur pieds. Ton corps est pas parfait et c’est ce qui en fait tout le caractère. Je hais le conformisme. Et accessoirement, je te proposais aussi pour te changer les idées, après tout ce qui c’est passé pour toi. »

Cela dit, à voir la mine proscrit de ma collègue, je commence à me demander si c’était une si bonne idée que ça ! Après tout, si moi ça m’amuse de travailler avec un vrai modèle, ce n’est peut-être pas son cas ! A moins que la vérité ne soit ailleurs ? Athena se met soudainement à me parler du bouquet de fleurs. « Mais de rien, j’espère qu’il ta plu ! » Jusque-là, tout va bien. Sauf que… manifestement, il y avait une signification à ce bouquet ? Je fronce les sourcils, un peu étonnée, le temps de comprendre ce qu’elle veut me dire. Comprenez-moi ! On est censé faire un atelier couture et ma modèle se met à me parler composition florale, c’est un peu hors de propos ! Toutefois, tout devient clair rapidement.

Diantre alors, je viens de me prendre un râteau ! « Alors attends, si tu penses que je suis amoureuse de toi, t’as pris cette invitation comme une tentative de rapprochement ou quelque chose comme ça ? » Mon visage se tord en grimace amusé alors que je me retiens de rire, mais je n’y arrive pas longtemps. Entre deux gloussements, j’arrive cependant à lancer une question : « Oh punaise, j’ai vraiment déclaré ma flamme avec ce bouquet ? » Et je continue de rire. Oh allez, un peu de sérieux. Surtout que dans l’histoire, c’est moi l’idiote qui a fait n’importe quoi. La main sur ma poitrine, je mesure ma respiration pour stopper mon rire.

« Je t’avoue que ça me fait bizarre de me faire rembarrer, j’ai pas trop l’habitude ! Surtout que dans le cas présent, je m’y attendais vraiment pas. Alors, si ça peut te rassurer, j’ai pris ce bouquet parce que je le trouvais joli. J’étais loin d’imaginer la signification de la composition. Remarque, même si j’avais su, je pense que je l’aurais pris quand même. Rien que pour le plaisir de rigoler un bon coup ! »

•••

code par Skank aka Achiavel sur Apple-Spring


Dernière édition par Ofelia Cardone le 02.08.15 20:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
avatar
Personnel


Messages : 216
Âge du personnage : 32 ans
Groupe : Personnel
Eléments : Eau/Ténèbres/Sang

MessageSujet: Re: Atelier couture || Athena   02.08.15 18:51



Atelier couture

feat Ofelia Cardone


Suite à mon interrogation sur ses motivations à être devenue professeure, Ofelia me répondit le plus naturellement du monde qu'elle était déjà une chieuse professionnelle. Ca, je n'irais pas vraiment la contredire, compte tenu du fait que sa proposition initiale de faire de moi son modèle ne m'enchantait guère. Mais au moins, ça avait le mérite de m'occuper un peu … Elle devait également avoir peut-être pensé la même chose, qui sait ? Et accessoirement, potentiellement pouvoir se rapprocher de moi. Un coup malin, j'étais obligée de le reconnaître. Elle dévoila également une raison un peu moins glorieuse que la formation aux futurs CME dans son choix final : elle avait moins d'heures de cours à dispenser. Pas faux. Et puis effectivement, elle avait du temps pour se consacrer à ses autres passions. A bien y regarder, je n'avais pas vraiment le temps de m'y adonner moi-même. Enfin, avant mon accident. Maintenant, même si j'ai plus de temps puisque je ne participe plus à grand-chose, mes cours obligatoires mis à part, je ne faisais quand même rien. Je m'occupais juste la tête par tous les moyens. Si mon cerveau se mettait à marcher, je savais que j'allais mal finir. L'instabilité me guette depuis cette fameuse sortie, j'en suis pleinement consciente.


« Effectivement, vu comme ça … Tant que tu ne regrettes pas ton choix, c'est le principal. »


Ofelia me fit la peinture de son cours. Effectivement, ce n'était pas très réjouissant. Faire prendre l'apparence d'un lapin à son élément, non mais franchement … Les gosses espéraient quoi, attendrir les monstres, devenir potes avec eux et sortir boire un verre en ville !? La réalité était bien différente de leurs fantasmes utopiques. Les monstres tuent. Les monstres n'ont pas de compassion envers nous, humains. Ils nous repèrent, ils nous pourchassent avec des envies sanguinaires. C'est tout. Et malgré la maîtrise magique et la puissance, un combat contre l'un d'entre eux est systématiquement dangereux. Même le plus chétif de ces créatures est un adversaire mortel. Mais ça, visiblement, ça leur passait à des kilomètres au-dessus de la tête … Après tout, les CME les éliminent avec classe, ils ne doivent pas être si coriaces qu'on se tue à le dire … Bande d'abrutis. Heureusement que certains élèves avaient la tête sur les épaules pour guider les veaux dans le pré, plutôt qu'à l'abattoir.


« Je vois. T'as bien du courage en tout cas. »


C'était sincère. J'aurais littéralement explosé depuis bien longtemps à sa place. Voir un gamin nonchalant m'insupporte et me met très vite hors de moi. Encore plus rapidement depuis que je me suis réveillée de mon coma, d'ailleurs. Mon humeur s'était vraiment dégradée, et je le voyais à peine. Revenant du paravent, Ofelia s'approcha de moi avec son mètre, tout en répondant à ma question sur son choix de m'avoir prise pour modèle. Me laissant faire, je l'écoutais attentivement. C'est vrai qu'au fond, ça m'intéressait vraiment de savoir pourquoi moi et pas une autre. Etait-ce par pitié vis-à-vis de ce qu'il venait de m'arriver ? Par envie ? Par amour ?  Eh bien en réalité, c'est un mélange entre compassion et intérêt. Il semblerait que j'incarne le non-conformisme collant parfaitement à ses idées pour ses créations. Et accessoirement, elle voulait me proposer quelque chose pour me changer les idées. Tch, je n'avais pas besoin de la pitié des autres. Le geste était pourtant bienveillant, c'est donc pour cela que je fis des efforts pour garder mon calme, et la laisser tranquillement prendre ses mesures. Je préférais changer de sujet, abordant ce fameux bouquet, histoire de savoir s'il y avait un peu plus à creuser dans ses révélations, ou si c'était simplement de l'ignorance.


Elle semblait visiblement confuse quand je lui ai révélé la véritable signification de la très belle composition florale qu'elle m'avait offerte. Donc, elle ne devait pas connaître sa signification, en fin de compte. Puis, l'étonnement laissa place à ce qui ressemblait à de l'amusement. Je croisais les bras, haussant un sourcil, avant de lui répondre alors qu'elle se mit à rire ouvertement. En temps normal, j'aurais pu me vexer un peu, mais bon, je m'étais préparée à ce qu'elle ne sache pas ce que son bouquet voulait dire.


« C'était une simple possibilité que j'ai prise en compte, oui. J'ai quelques doutes sur le fait que tu connaisses le langage des fleurs, d'où le fait que je te le dise maintenant. Et comme je viens de te le dire, cette composition est offerte à quelqu'un pour qui on voue un amour secret et contemplatif. C'est une déclaration, en gros. »


La couturière était vraiment hilare. C'était la seule, d'ailleurs. Moi, j'étais encore debout, et j'avais la désagréable impression qu'elle se foutait un peu de moi par la même occasion. Levant un peu les yeux au ciel et en soupirant, j'attendis qu'elle se calme un peu. Effectivement, Ofelia ne savait rien du langage floral, ça au moins, c'était clair et confirmé de sa propre bouche.


« Je ne sais pas ce que tu trouves de drôle à ça, mais bon. Et ce n'est techniquement pas un râteau, plutôt une mise en garde préventive. »


Mon regard impatient fit à nouveau le tour de la pièce. Je ne voyais pas ce que j'allais potentiellement porter dans les environs. D'ailleurs, pour rester sur les plantes, je trouvais que ça en manquait cruellement.


« Pour rester sur le sujet, tu devrais peut-être en acheter une ou deux, de plantes. Du lys jaune, ou des belles-de-jour … Elles veulent dire respectivement orgueil et richesse, et coquetterie. De la sardoine peut-être, aussi, pour la moquerie. Bref, et maintenant, quelle est la suite ? Vu que tu connais mes mensurations, que d'ailleurs je te prierais de garder pour toi s'il te plaît, j'imagine que tu vas me faire enfiler tout un tas de vêtements ? »



Code by Wiise sur Never-Utopia



_________________



Merci Ivy-chou ♥

Avatars:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
avatar


Messages : 20
Âge du personnage : 29
Groupe : Personnel ; Prof' d'Arts Magiques
Eléments : Lumière ; Air ; Son

MessageSujet: Re: Atelier couture || Athena   10.08.15 17:51



❝ Atelier couture
• feat. Athena •



J’ai l’impression que ma brave collègue ne saisit pas toute la drôlerie de la situation. Allons, il faut avouer que ce quiproquo prêt à rire. Ou au moins à sourire. Ne serait-ce que le décalage entre le motif de ma proposition, ce qu’elle imaginait et le ton incroyablement sérieux qu’elle a pris pour en parler. Tout cela forme une dichotomie des plus rigolotes, mais ce n’est bien sûr que mon avis. C’est justement face à sa mine des plus imperceptibles que je reprends mon calme : je ne voudrais pas qu’elle s’imagine que je me moque d’elle.

« Eh bien, ne t’en fais pas. Il n’y avait aucun sous-entend. Ca me servira de leçons, la prochaine fois que je veux offrir des fleurs à quelqu’un, je prendrai garde. » Il serait fâcheux de faire une autre déclaration malgré moi ! « Et désolée pour le fou rire, c’est juste que je ne m’y attendais absolument pas. » Avec quelqu’un de plus bout en train, j’aurai sûrement ajouté une petite phrase du genre « c’était involontaire, mais t’es quand même jolie » ponctuée d’un clin d’œil, mais mon intuition me disait qu’Athena ne trouverait pas ça drôle non plus ! « Bref, n’y pensons plus. »

Ce point de détail réglé, ma collègue me fait la remarque, pour poursuivre sur la tendance florale, que mon bureau manque cruellement de fleurs. Ce qui en soi est loin d’être faux. J’ai peu de fleurs dans mon appartement, voire aucune dans mon bureau. Non pas que je n’aime pas les plantes, disons plutôt que j’ai pas le réflexe d’en ajouter. J’esquisse un sourire amusé quand elle me conseille fleurs qui iraient bien. Enfin, elles seraient accordées avec moi ! « Pourquoi pas, j’y songerai. Tant qu’elles sont faciles d’entretien. Je ne suis pas une experte en fleurs, tu l’auras deviné. »

Bon et si nous passions aux choses sérieuses ? Juste avant de rire aux éclats et dériver de conversation, j’ai eu le temps de prendre les mensurations de mon mannequin et de les noter sur une feuille. Athena me demande d’ailleurs qu’elle est la suite des opérations. « Ne t’en fais pas, tes mensurations ne quitteront pas ce classeur. » Aussitôt dit, aussitôt fait : j’ouvre les classeurs pour y ajouter la feuille concernant ma collègue. « En effet, c’est l’idée. Laisse-moi regarder ce que j’ai en stock. » Je tourne alors plusieurs pages de mon gros classeur pour consulter mon inventaire. Certes, je pourrais le tenir via informatique, mais c’est plus simple d’avoir un book comme ça. Et plus sympa je trouve.  

Évidemment, j’ai une majorité de pièces taillées pour moi, mais ayant déjà fait quelques vêtements pour des amies, leurs mensurations m’ont permis de varier les tailles. « Attends-moi une petite minute, je reviens. » lancé-je après avoir retenu les pièces qui pourraient convenir. Le temps d’aller dans ma chambre pour les récupérer, je reviens assez vite dans mon bureau avec lesdites pièces sur un porte-vêtements à roulette. « Je pense qu’ils t’iront sans trop faire de retouche, on va voir ça. » Je tends un chemiser blanc à col jabot rayé de fins traits gris à Athena. Le temps qu’elle l’enfile, j’arme mon poignet d’une pelote d’épingles.

« Elle te va bien. » Alors que ma mannequin refait son apparition. Je lui tourne autour pour bien me rendre compte. Comme je le présentais, peu de retouches nécessaires pour cette pièce. La taille des manches est parfaite. Il faudra juste qu’elle soit d’avantage cintrée. Avec mes épingles, je fais quelques savants plis pour régler cela.

•••

code par Skank aka Achiavel sur Apple-Spring
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
.



MessageSujet: Re: Atelier couture || Athena   

Revenir en haut Aller en bas
 

Atelier couture || Athena

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» atelier couture/tricot
» Atelier couture || Athena
» atelier couture de couches lavables
» atelier couture/tricot à Morestel
» Atelier couture pour couches lavables

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Académie :: Hall S :: Bureaux et appartements-