AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Don't freak out [PV Sis ♥] [DONE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
.
avatar
Aer


Messages : 149
Âge du personnage : XVII
Groupe : AER
Eléments : Ascendant Eau ; Descendant Air

MessageSujet: Don't freak out [PV Sis ♥] [DONE]   09.07.15 22:38



Don't freak out
feat. Siskah Vay

Vous aviez traversé l'académie rapidement, le plus vite possible, à vrai dire. Vous étiez presque en train de courir, bousculant les derniers retardataires, toujours dans l'école. Vous aviez pris les transports en commun, toi portant vos sacs et elle paniquant sans même vraiment s'en rendre compte, mettant un masque froid pour ne pas montrer qu'elle flippait.

Parce qu'elle flippait.

Elle flippait et ça te faisait flipper.

Vous étiez arrivé à l'hôpital de Dandelion City en moins d'une demie-heure, vous aviez traversé les urgences, plutôt vide et heureusement. Vous vous étiez avancés vers l'accueil et elle avait demandé la chambre d'Athena Monarch. Tu l'avais regardé, surpris, mais tu n'avais pas ouvert la bouche. Tu t'étais contenté de la suivre dans l'ascenseur, vide.

T'aimais pas les hôpitaux, t'avais jamais vraiment aimé ça, et même l'infirmerie te donnait des frissons. C'était plus fort que toi, c'était presque phobique. Mais tu tenais le coup, parce qu'elle devait être dans un pire état que toi. Alors tu avais essayé de calmer ta respiration saccadée et tes tremblements de cette peur incontrôlable sans fondement. C'était juste plus fort que toi, t'aimais pas les hôpitaux, les couloirs blancs, l'odeur de javel qui caractérisait bien trop souvent l'odeur de la mort planant sur vos têtes.

Dans l'ascenseur, t'avais frôlé sa main, tu la lui avais attrapé et tu avais exercé une légère pression. Pour lui dire que t'étais là, pour lui dire que t'étais avec elle, qu'elle pouvait craquer, qu'elle en avait le droit. Mais c'était tout. T'avais pas fais plus. Ensuite, t'avais laissé cette distance de sécurité entre elle et toi, pour ne pas avoir l'impression que tu l'oppressais parce qu'après tout, elle t'avait dit de la laisser tranquille. Plus ou moins. Tu l'avais interprété comme ça.

Vous êtes arrivés au bon étage, devant la bonne chambre et quelques médecins étaient à l'intérieur. Vous étiez resté à l'extérieur et, avant qu'ils sortent, tu lui avais demandé :

Ca va aller ?

Quand elle entrerait dans la chambre, t'iras lui chercher un café et quelque chose à grignoter. Mais surtout du café, parce que tu te disais qu'elle en aurait grandement besoin.




Dernière édition par Arthur Aceline le 10.07.15 23:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
avatar
Zeta


Messages : 134
Âge du personnage : 18 ans
Groupe : Zeta
Eléments : Air + Terre

MessageSujet: Re: Don't freak out [PV Sis ♥] [DONE]   10.07.15 0:05

It seems like once again
you've had
to greet me
with goodbye

Tu avais couru si vite que avais manqué de défaillir, sur la route. Et le même nom se répétait inlassablement dans ta tête : Athéna. L'interne t'ayant expliqué la situation ne t'avait guère donné de détails, sur son état, et ne pas en savoir plus sur la gravité de la situation te tuait. Tu te mettais à imaginer le pire et les tremblements de tes mains empiraient.

Ironiquement, c'était la seule chose qui trahissait ta peur. Autrement, ton regard était calme, sans mouvements aucun. Comme si tu ne ressentais rien, alors que la même phrase se retournait sans cesse dans ta tête : Et si elle était morte ? Et si elle ne se réveillait jamais ? Et si tu arrivais trop tard ? Comme si ta présence allait pouvoir arranger quelque chose à la situation...

Tu n'avais adressé ni un mot ni un regard à Arthur, sur la route, te contentant de fixer un point dans le vide. Comme si ce n'était plus vraiment toi qui agissait, comme si tu regardais la scène en spectatrice, et que tu laissais ton instinct gérer la chose. Aller à l’hôpital. Demander des détails. Ne pas pleurer. Parler au médecin. Monter dans l'ascenseur. Ne pas pleurer. Se rendre dans sa chambre. Ne pas pleurer. Ne pas pleurer. Ne pas pleurer.

Au bout d'un instant, les tremblements de tes mains finirent par cesser. Et tu contenais ta crise d'angoisse tant bien que mal, en suivant Arthur à la trace, peinant à réfléchir, à penser à autre chose qu'Athéna dans son lit, endormie.

Quand Arthur t'attrapa la main, tu serras la sienne fort, très fort. Les portes de l'ascenseur finirent par s'ouvrir, et tu t'avanças dans le couloir, à la recherche de la chambre d'Athéna.

C'était comme si tes membres, et tous tes sens étaient engourdis. Chaque pas était pire que l'autre et tu parvenais difficilement à garder les yeux ouverts. Quand ton esprit ne faisaient pas défiler des images d'Athéna inerte devant tes yeux, il te répétait inlassablement la même chose : Ça va aller.

Bien sûr, tu ne le croyais pas. Ça n'allait jamais.

Tes yeux se décalèrent lentement du vide pour se poser sur le visage d'Arthur. Il te répétait la même chose que ton esprit, que tu avais envie de taire. Ça va aller. Non, non, non, ça n'allait certainement pas aller, non.

« Bien entendu. »

Tu forças un sourire sur tes lèvres, parce que tu sentais qu'il devait lui aussi être rassurée. Tu forças un sourire, parce que tu avais la certitude que si tu avouais à vive voix que tu avais peur, que tu étais terrifiée, tu te mettrais à sangloter bruyamment.

Ton sourire disparut de tes lèvres quand ton ami interne sortit de la chambre d'Athéna, accompagnée d'un groupe de médecins en longue blouse blanche. Tu la saluas d'un signe de tête distingué, et ferma les yeux quand elle ouvrit la bouche.

« Elle est en vie. »

Tu ne lâchas aucun soupir rassurée, te contentant de fixer avec des yeux tranchants ton amie. Il te fallait plus que cela pour te faire oublier tes inquiétudes, tes peurs. Il fallait te dire que ce n'était rien, que ce n'était que passager. Que d'ici demain, elle ouvrirait les yeux et se lèverait de son lit inconfortable pour te serrer dans ses bras. Voyant que tu attendais quelque chose de plus, l'interne balbutia de nouveaux mots.

« Elle est faible, bien sûr mais... Encore vivante. Son coma est profond, mais son état reste stable.
– Je peux la voir ? » Lui dis-tu, continuant de la fixer sans nulle émotion.

Ton amie se frotta les mains, visiblement gênée par ta question. Ses yeux fuyaient les tiens, et tu fronças les sourcils, impitoyable. Tu n'allais pas lui épargner une explication.

« Eh bien, c'est que... Elle ne réagit à rien, Siskah.
Je peux la voir ? » lui répétas-tu une nouvelle fois.

Elle finit par acquiescer et tu te tournas vers Arthur, qui devait lui aussi avoir son mot à dire.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
avatar
Aer


Messages : 149
Âge du personnage : XVII
Groupe : AER
Eléments : Ascendant Eau ; Descendant Air

MessageSujet: Re: Don't freak out [PV Sis ♥] [DONE]   10.07.15 0:26



Don't freak out
feat. Siskah Vay

Tu es juste posté à côté d'elle, sans vraiment osé la toucher, sans vraiment osé lui faire comprendre que tu es là, avec elle, que tu l'abandonneras pas. Tu sais pas si tu as vraiment le droit de le faire mais tu peux être là, en tant qu'ami, et pas en tant que mec qui veut se mettre avec elle dans une relation sérieuse qu'il ne comprend pas parce qu'il est pas doué avec les sentiments.

Tu voulais juste être là pour elle, lui faire comprendre que si elle avait besoin d'une épaule pour pleurer, elle pouvait prendre la tienne. Tu voulais juste qu'elle sache que ta main sur le bas de son dos, c'est pour lui dire que tu es là, que ton pouce qui caresse ses hanches d'un geste machinal et apaisant, c'est pour lui faire comprendre que tu l'abandonneras pas tant qu'elle aura besoin de toi. T'es un connard Arthur, mais à sa place, t'aimerais que Maxine soit avec toi, qu'elle te détende avec ses blagues et qu'elle te ramène du coca. A sa place, Arthur, t'aimerais que Siskah ait la même réaction que toi malgré vos différents de ces dernières semaines.

Ta main est dans le bas de son dos, tes doigts caressent ses hanches et quand tu le remarques, tu retires vivement ta main comme si tu t'étais brûlé. Ce n'était pas ce que faisait un ami, et tu ne devais être qu'un ami ce soir, Arthur. Pas un connard, pas un prétendant, pas un coup d'un soir, juste un ami.

Puis elle se tourne vers toi, d'un coup, comme si tu avais quelque chose à dire, comme si tes paroles pouvaient faire quelque chose alors que c'est loin d'être le cas.

Je t'attends ici, si tu veux.

Tu as repéré une machine à café au fond du couloir, pas loin de l'ascenseur que vous aviez pris pour monter. Tu ferais l'aller-retour en moins de quelques minutes, comme si tu ne l'avais jamais quittée.

Je reste là, j'te quitte pas.

Je t'abandonne pas, tu peux compter sur moi, je reste ici, avec toi, je te suis, qu'importe où tu ailles. Je suis là.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
avatar
Zeta


Messages : 134
Âge du personnage : 18 ans
Groupe : Zeta
Eléments : Air + Terre

MessageSujet: Re: Don't freak out [PV Sis ♥] [DONE]   10.07.15 1:20

It seems like once again
you've had
to greet me
with goodbye

Tu comprenais l'intention d'Arthur. Tu comprenais que si il t'avait accompagné, ce n'était pas par curiosité, ce n'était pas par pur intérêt. C'était parce qu'il t'appréciait, parce qu'il comprenait que tout cela, ça allait être dur, très dur, pour toi. Tu lui en étais reconnaissante, à ta façon, même si tu restais encore trop sous le choc pour lui donner une réponse significative, un remerciement sincère.

Non. À la place, tu ne bougeais pas quand il posait sa main sur tes hanches et dans ton dos. Alors que tu avais peur, que chaque choses qui arrivaient autour de toi, qui secouaient tes sens, te terrorisaient. Mais lui, c'était diffèrent. Tu avais confiance en lui, en son jugement, en sa présence.

Seulement pas assez pour te faire oublier la gravité de la situation.

Il enlève sa main de lui même quand il sent qu'il va trop loin, qu'il se comporte avec toi comme autre chose qu'un bon ami. Ton amie interne fronce un sourcil, t'interroges du regard, mais tu ne lui réponds pas. Ça te rassure, d'une façon, parce que tu ne te sentais même pas la force de le faire.

« Je t'attends ici, si tu veux. »

Tu acquiesces sans le regarder. Ton esprit restait vide, comme une coquille, sans sentiment aucun. Alors tu avais peur. Tu avais peur qu'en rentrant dans la chambre d'Athéna, tu restes comme cela, monstrueusement calme. Parce que ton cœur était lourd, et léger à la fois, parce que tu étais prête à défaillir, mais restait les pieds sur terre en même temps. Tu poses ta main sur la poignée de la porte.

Il fallait en finir.

Mais quand il te dit qu'il ne compte pas te laisser, qu'il est là, tu finis par lever les yeux vers lui. Tu regardes son visage inquiet, comme si il était celui qui portait toutes tes inquiétudes à lui seul. Alors tu lui souris faiblement, pour lui dire merci. Puis tes yeux se décalent, se concentrent en arrière-plan. Une personne terriblement familière venait de sortir de l'ascenseur, pas loin de vous deux.

Tu devais certainement halluciner sous le coup de la surprise parce que...

« PÈRE ! »

Tu sortis immédiatement de ton propre coma pour courir dans sa direction. Son visage s'illumina quand il t'aperçut et il cria ton nom, puis t'enferma dans ses bras. Était-ce ton amie interne qui l'avait appelé lui, comme elle t'avait appelé toi ? Tu brisas votre étreinte, pour te concentrer sur son visage fatigué.

Ton père avait un physique paradoxale : Il était grand, plus grand que toi encore, et fin. La faute à cette manie, identique à la tienne, d'oublier de manger de temps en temps, pris dans les devoirs et les responsabilités. Tu avais hérité de ses yeux turquoises tranchants ; Quant à ton défunt frère, c'était ses cheveux noirs constamment en désordre qu'il avait reçu de lui. Ses traits étaient exténués, tombants, mais il gardait ce tu-ne-savais-quoi dans son attitude qu'il le faisait paraître fort, inaltérable.

« J'ai cru que... Que tu avais recommencé à... »

Il te saisit le poignet, pour s'assurer que tes cicatrices n'étaient encore que cela : Des cicatrices. Voyant que ton bras n'était pas en sang, il se rassura, et lâcha un soupir, sans commenter sur ton tein blanchâtre ou tes yeux cernés.

Il finit par remarquer Arthur et, constatant qu'il ne portait pas de vêtements propre aux hôpitaux, s'interrogea sur sa présence ici. Alors il te regarda toi, et il le regarda lui, et tu compris sans difficultés qu'il souhaitait qu'on le mettre à jour, lui aussi. Tu revins vers Arthur, que tu présentas avec minimalisme.

« C'est Arthur Aceline. »

Tu ne savais pas quoi ajouter d'autre. Ton père poserait bien assez de questions à son sujet. Et tu te devais de quérir l'état d'Athéna par toi même.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
avatar
Aer


Messages : 149
Âge du personnage : XVII
Groupe : AER
Eléments : Ascendant Eau ; Descendant Air

MessageSujet: Re: Don't freak out [PV Sis ♥] [DONE]   10.07.15 10:02



Don't freak out
feat. Siskah Vay

Elle te sourit et tu devines son merci. Tu ne fais que hocher la tête, attendant qu'elle passe cette porte pour te poser contre le mur parce que tu avais l'impression que tes jambes n'allaient pas te porter longtemps. Tu flippais, t'étais en panique, t'aimais pas les hôpitaux, c'était phobique bordel. Mais tu dois rester droit, ne rien montrer, parce qu'elle a besoin de quelqu'un. Tu ne comprends même pas pourquoi elle n'a pas appelé quelqu'un d'autre, pourquoi elle t'a accepté toi. Comme quoi, elle avait vraiment besoin de quelqu'un pour que tu restes avec elle.

Puis sa voix, son cri, te fait sursauter et tu te retournes alors qu'elle se précipite dans les bras de son père. Tu sens comme si un poids disparaissait de tes épaules. Tu savais que t'aurais pas été à la hauteur, que t'aurais pas pu l'aider à porter sa peine, sa souffrance, parce que t'es jamais vraiment à la hauteur, sauf quand faut combattre. Mais là, c'est pas du combat, c'est pas du combat du tout, même. Il aurait fallu que tu sois un pilier, un vrai, en marbre comme ceux des temples des dieux grecs. Il aurait fallu que tu sois Atlas, portant son monde jusqu'à ce qu'elle aille mieux et tu savais, tu savais que tu en étais incapable.

Tu n'entends pas vraiment ce qu'il dit, tu n'entends pas du tout, même. Tu t'es contenté de détourner les yeux de leurs retrouvailles parce que cette effusion d'amour te paraissait bizarre. C'était pas ton père qui allait courir à l'hôpital en criant ton nom pour toi, ça, c'est sûr et certain. Puis ils s'approchent de toi, les deux, et Siskah te présente.

Bonjour, lâches-tu dans une poignée de main.

Parce que tu ne pouvais pas être enchanté ou ravi de faire sa connaissance, les conditions de votre rencontre n'étaient pas des meilleures.

Le mieux à faire, maintenant, ce serait de partir, de la laisser avec sa famille et de quitter cet hôpital qui d'un, te mettait dans un état lamentable et deux, te mettait vraiment dans un état lamentable. Elle n'avait pas besoin de toi et c'était mieux comme ça.

Je vais y aller, alors.

Parce que t'es pas toute seule, parce que t'as plus besoin de moi, parce que cet hôpital me rend malade.

Tu poses son sac sur une chaise, juste à côté de toi tu dis au revoir à son père, d'un mouvement de tête et d'une parole polie, puis tu te tournes vers elle et tu lui souris, de ce même sourire habituel.

A plus, Vay.

Parce que tu es en trop ici, et que ton teint est bien trop pâle pour rester ici pour ton bon plaisir.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
avatar
Zeta


Messages : 134
Âge du personnage : 18 ans
Groupe : Zeta
Eléments : Air + Terre

MessageSujet: Re: Don't freak out [PV Sis ♥] [DONE]   10.07.15 16:24

It seems like once again
you've had
to greet me
with goodbye

Il salue ton père d'une poignée de main, et tu lâches un soupir. Que ton paternel arrive à l'improviste, comme cela, sans prévenir personne, et surtout sans te prévenir toi, ne t'arrangeait pas. Ta carapace de calme terrifiant,de tranquilité, était tombée en morceau à la seconde où tu avais aperçu ses yeux turquoises, à l'autre bout du couloir.

Mais il n'était pas celui que tu voulais avoir à tes côtés. Tu respectais ton père, mais la confiance que tu plaçais en lui ne valait pas celle que tu avais en Arthur Aceline. Il ne connaissait que vaguement Athéna, qui était pour lui une lointaine voisine, alors tu avais la certitude qu'il ne fondrait pas en larmes, mais c'était tout. Qu'il tienne à regagner une place dans ta vie te flattait, mais il y avait de justes moments pour tout, et celui là n'en était pas un. La figure de Lichtenberg qui prenait ses racines dans ton dos t'horripilait encore.

Alors, quand Arthur t'annonça son départ, tu fronças un sourcil. Avec l'arrivée nouvelle de ton père, il devait penser son devoir accompli. À sa façon, il n'avait pas tort. Du moins, tu le pensais parce que tu avais la certitude de n'avoir besoin de personnes, pour commencer. Tu oubliais bien sûr qu'il avait payé les transports en commun parce que tu avais oublié ton argent dans ta chambre ce matin et qu'il avait soutenu ta marche jusqu'ici. Autrement, tu savais te débrouiller sans personne dans cet état.

« A plus, Vay. »

Son simulacre de sourire ne te rassura pas ; Son teint était aussi blanchâtre que le tien, alors qu'il n'avait pas appris le coma d'un de ses plus importants proches. Il fallait croire que les hôpitaux ne plaisaient à personne.

Tu avais combattu ta peur de ses infrastructures à force de visite au sujet de ton bras et de ton état général. Parce que le souvenir où on t'avait traîné à celui d'Ameefeld alors que tu te vidais de ton sang te hantait toujours. Tu revoyais la scène le soir, quand tu t'allongeais dans ton lit, aidée par cette obscurité qui te terrifiait, comme si la mort revenait te cueillir ; Tu revoyais ce CME que tu ne connaissais même pas, qui t'avait tiré de ce cauchemars alors que tu hurlais le nom de ton frère. Il avait finalement pris la place de ton père, qui était trop soûl pour comprendre ce qui était arrivé, ce jour là.

« Arthur. »

Tu le saluas également d'un signe de tête respectueux, mais eut le sentiment que cela ne suffisait pas à transmettre ta reconnaissance envers lui. Alors tu lui saisis la main, et finis par l'étreindre de toute tes forces. Tu sentais l’œil critique et inquisiteur de ton père mais cela t'importait peu.

« Portes-toi bien. »

Et immédiatement ensuite, tu posas ta main sur la poignée de la chambre d'Athéna, tandis qu'il te restait encore un peu de courage. Tu ne pouvais pas rester effrayée devant cette stupide porte éternellement, après tout ?

Tu entras seule.

Son moniteur cardiaque bipait à rythme régulier, te rassurant. Puis tes yeux se posèrent sur elle, entourée de bandages, certains ensanglantés. Tu te traînas à son lit, avec la sensation que tes jambes s'effritaient un peu plus à chaque instant.

Ta tête t'était désormais terriblement douloureuse et ta vision floue. Tu compris, en posant ta main sur celle d'Athéna, que des larmes te coulaient sur les joues.

« Si c'est encore une de tes mauvaises blagues... »

Ton autre main vint se placer en dessus de tes yeux aux larmes trop abondantes, puis tu finis par fixer le sol gris de la chambre parce que voir son visage inconscient t'était trop dur.

« Tu n'as vraiment pas choisi ton moment. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
avatar
Aer


Messages : 149
Âge du personnage : XVII
Groupe : AER
Eléments : Ascendant Eau ; Descendant Air

MessageSujet: Re: Don't freak out [PV Sis ♥] [DONE]   10.07.15 19:20



Don't freak out
feat. Siskah Vay

Ses bras autour de toi te surprennent et tes paupières papillonnent quelques instants. Siskah venait d'avoir un rapprochement physique avec toi ? Elle qui était tout autant câline que toi ? Elle devait vraiment pas être bien et, pendant un instant, tu te sens mal de la laisser, même si elle est avec son père. Elle en était plus proche que ce que tu pouvais l'être avec le tien, mais ça ne voulait pas forcément dire que c'était le grand amour entre eux.

Tu quittes l'étage, puis l'hôpital dès qu'elle est entré dans la chambre et tu restes là, dehors, sans bouger. Tu passes une main tremblante dans tes cheveux puis sur ta nuque. Respire Arthur, respire. C'était phobique. T'avais rien contre les hôpitaux, t'y avais pas vécu de mauvaises expériences, personne de ta famille était morte là-dedans, aucun de tes amis - le peu que tu en avais, tu aimerais les garder - alors pourquoi cette phobie ? Pourquoi ces pulsations, cette transpiration, ces tremblements ? Pourquoi tu étais si mal alors qu'il n'y avait rien à craindre là-dedans ? Rien à craindre à part la mort, si présente, si imposante, si latente. Elle était dans chaque recoin de ce bâtiment bordel, et ça te faisait flipper.

Tu ne sais pas combien de temps tu attends, là, posé sur le mur de l'hôpital mais lorsque tu y entres de nouveau, le soleil se couche et le ciel est teinté de rose et d'orange. Tu passes par la machine à café, en prends deux et une bouteille d'eau, aussi. Tu lui prends quelque chose à manger au distributeur, des merdes, un paquet de chips et un de cookies, parce que tu sais pas ce qu'elle préfère, mais fallait qu'elle avale un truc.

Tu appuies sur le bouton. Tu attends l'ascenseur. Tu entres dans l'ascenseur. Tu attends que les portes s'ouvrent de nouveau. Tu sors de l'ascenseur. Tu passes devant la chambre et tu t'y arrêtes. Tu vois Siskah, à l'intérieur. Son père n'est ni dans le couloir, ni dans la chambre et tu te permets de te détendre un peu. Il te mettait mal à l'aise sans trop vraiment savoir pourquoi.

Tu entres dans la chambre et immédiatement, les bip bip te mettent très mal à l'aise. Elle est là, posée sur une chaise et elle ne semble pas t'avoir entendue. Voir Athena Monarch dans cet état n'est pas forcément réjouissant non plus, mais tu es plus triste pour Siskah que pour elle, tu ne la connaissais pas après tout, donc t'en avais juste rien à foutre. Si Siskah n'était pas atteinte par ça, t'en aurais rien à carrer.

Tu poses la bouteille d'eau fraîche sur son épaule et ce n'est qu'à cet instant qu'elle semble remarquer ta présence. Ses joues sont rougies, ses yeux cernés et tes dents se serrent, comme tes poings. T'aimes pas la voir comme ça, ça t'énerve, vraiment. T'aimerais l'emmener loin de tout ça, de ces maladies, de cette morte planante au-dessus de sa tête mais tu ne fais rien.

Je me disais que t'allais pas survivre plus de quelques minutes sans moi.

Le ton est légèrement moqueur, un peu railleur même, mais ta voix est basse, douce. Tu veux juste lui montrer que t'es là, tu sais juste pas comment faire.

Je t'ai pris un café, aussi. Et quelques trucs à grignoter.

Que t'as fourré dans ton sac - sauf les deux cafés que tu portes à la main, celle qui ne tient pas la bouteille d'eau.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
avatar
Zeta


Messages : 134
Âge du personnage : 18 ans
Groupe : Zeta
Eléments : Air + Terre

MessageSujet: Re: Don't freak out [PV Sis ♥] [DONE]   10.07.15 23:25

It seems like once again
you've had
to greet me
with goodbye

Arthur finit par revenir vers toi. Il te trouve assise sur une chaise, les genoux repliés sur toi même, avec tes talons jetés au sol de la chambre. Tu es as déjà terminé avec tes sanglots, avec tes larmes, et c'est tant mieux : Tu n'avais pas envie qu'il soit témoin de ta faiblesse passagère. Tu as également congédié ton père, non sans de chauds remerciements : Il était bien la dernière personne que tu avais imaginé venir pour te soutenir.

Il te fait sursauter, à te coller une bouteille d'eau fraîche près de toi, et tu relèves les yeux vers lui. Tu le vois serrer les dents et tu devines que tes pupilles sont encores rouges, malgré tes attentions pour cacher tes pleurs. Ton regard descend sur ses mains, et tu constates qu'il t'a acheté des provisions.

Tu fronças un sourcil à sa remarque : Tu avais l'air si faible que ça ?

« Ne te flattes pas trop. »

Difficile de dire à ton regard tranchant habituel si tu blaguais ou pas. Tu te levas de ta chaise, et t'étiras. Ton masque de force était de retour sur tes traits, et tu fixais Arthur du coin de l’œil. Tu fuyais au mieux le visage paisible d'Athéna, car l'apercevoir te remettait sans cesse la situation présente en tête : Elle était dans le coma. Tu savais faire face à tous un tas de maux, tant qu'il ne te concernait que toi, mais ça ? C'était trop.

« C'est inutile. »

Tu lui refis face, ton regard ayant doucement dévié vers la fenêtre de la chambre : Le ciel s'était teinté d'un bleu sombre et tu ne pouvais pas rester ici indéfiniment. Arthur non plus. Qu'il soit resté, finalement, bouleversait tes plans, mais tu ne pouvais pas lui reprocher de s'inquiéter pour toi.

« Mais appréciable. »

Tu te saisis doucement du café qu'il te tendait, et en but une gorgée brûlante. Puis tu reportas ton attention sur le garçon, en frottant tes yeux fatigués.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
avatar
Aer


Messages : 149
Âge du personnage : XVII
Groupe : AER
Eléments : Ascendant Eau ; Descendant Air

MessageSujet: Re: Don't freak out [PV Sis ♥] [DONE]   10.07.15 23:37



Don't freak out
feat. Siskah Vay

Tu lèves les yeux au plafond. Chef oui chef, eus-tu envie de lui dire ironiquement mais tu te tais. Tu ne sais pas quoi lui répondre ou quoi lui dire quand elle se lève, elle regarde tout sauf le visage de la patiente de cet hôpital et tu lâches un léger soupir. Inutile mais appréciable. C'était la définition parfaite de ce que tu étais : inutile, mais t'avais une belle gueule. Inutile mais appréciable. Comme quoi.

Tu hausses les épaules, portant ton café à tes lèvres et en bois quelques gorgées. Café, café, café. C'était ta drogue, tiens. Bon, ça n'avait pas l'effet de te faire voler au plafond ou de t'imaginer des hommes à têtes de cheval dans tous les coins mais tu te droguais au café.

Vous restez silencieux un moment puis tu lâches doucement :

Tu devrais rentrer. Ca sert à rien de rester ici maintenant. J'ai l'impression qu'ils vont devoir te donner une chambre aussi, tellement tu tiens pas debout.

Et elle était pâle, aussi. Ses yeux cernés, rougis. Franchement. Ca te faisait tellement bizarre de la voir dans cet état, elle qui été presque prête à s'évanouir pendant vos entraînements.

Tu hausses les épaules de nouveau. Ouais, elle devrait rentrer, et toi aussi. En fait, tu ne lui laissais pas vraiment le choix : elle devait rentrer.

J'te raccompagne à ton Q.G.

Toi, ensuite, t'allais aller te bourrer la gueule à l'Odyssée.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
.



MessageSujet: Re: Don't freak out [PV Sis ♥] [DONE]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Don't freak out [PV Sis ♥] [DONE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Another freak in the wall || Noa N. Soledad
» Stay There, Freak Up [en attente]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Dandelion City :: Quartier Est-