AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 C'est pas l'heure du Tango [PV Siskah ♥] [DONE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
.
avatar
Aer


Messages : 149
Âge du personnage : XVII
Groupe : AER
Eléments : Ascendant Eau ; Descendant Air

MessageSujet: C'est pas l'heure du Tango [PV Siskah ♥] [DONE]   06.07.15 22:24



C'est pas l'heure du Tango
feat. Siskah Vay

Tu la fuis. Tu la fuis comme la peste. Tu la fuis depuis que tu l'as embrassé - si on pouvait vraiment dire que tu l'avais embrassé. Tu la fuis depuis que t'as osé posé tes lèvres sur les siennes. Tu fuis tous les endroits où elle pourrait se trouver : le couloir des clubs, le salon de l'harmonie, tu ne mettais même plus les pieds à l'Odyssée de peur de l'y croiser. Tu t'étais trouvé un autre bar pour te noyer sous l'alcool. Et parce que tu la fuis, tu te retrouves ici, dans cette salle de classe vide, que tu devras quitter bientôt car elle sera fermé à dix-huit heures tapante. Mais dans le pire des cas, tu restes enfermé dans cette salle de classe, et ça sera plus facile pour la fuir un peu plus.

Tu ne sais même pas pourquoi tu l'as embrassé.

Enfin si, tu le sais très bien même, mais tu n'aurais jamais dû le faire. Et toi qui ne regrettais rien d'habitude, tu te prends un peu trop la tête pour un simple frôlement. Frôlement que t'aurais quand même bien aimé approfondir et... ta gueule Arthur, arrête de faire des conneries un peu. Ou alors porte tes couilles et va la voir.

Tu te poses sur une chaise. La première solution te semblait bien bonne pour le moment. Tu vas rester ici une petite demie-heure, juste avant que les portes ne se ferment définitivement et c'est tout. Ensuite, direction le Q.G. pour squatter ton lit. En attendant, tu sors tes partitions que tu n'as toujours pas finies, que tu as prises à Siskah la dernière fois et tu soupires.

Elle était partout.

Vraiment partout.




Dernière édition par Arthur Aceline le 09.07.15 22:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
avatar
Zeta


Messages : 134
Âge du personnage : 18 ans
Groupe : Zeta
Eléments : Air + Terre

MessageSujet: Re: C'est pas l'heure du Tango [PV Siskah ♥] [DONE]   07.07.15 0:04

Uninviting
But not half as impossible
as everyone assumes
You are crying lightning

Tu n'avais pas croisé Arthur depuis votre baiser.

Enfin si.

Tu avais croisé son regard dans un couloir. Et alors, tu l'avais fui. Tu avais peur. De lui qui s'était avancé en terrain inconnu. En terrain que tu ne souhaitais pas découvrir, et que tu ne souhaitais faire découvrir à personne. Il ne pouvait pas te faire ça, pas à toi, pas maintenant. Il n'en avait pas le droit, car tu lui en interdisais.. Tu lui interdisais d'occuper tes pensées de cette façon.

Tu le lisais dans les partitions que tu t'appliquais à jouer. Tu l'entendais quand le piano de la salle de l'harmonie jouait sa maudite musique. Il t'agaçait. Il t'agaçait tellement. Il t'agaçait comme personne n'avait jamais su t’agacer. Tu te demandais comment tu avais pu te laisser tomber dans une telle disgrâce par sa faute. Comment tu avais pu lui laisser te voler une unique seconde de ton si précieux temps.

Parce que tu ne pouvais plus te permettre de laisser tes notes baisser de la sorte, tu t'étais rendue en salle de classe. C'était pour toi le dernier endroit où tu pouvais croiser Arthur Aceline, que tu n'imaginais certainement pas studieux. Avec tes habituels talons et ta robe noire qui te serrait à la taille, tu avais marché quelques instants dans les couloirs. Tu t'étais même trouvée d'assez bonne humeur pour chantonner quelques instants.

En salle de classe, tu n'avais pas prêté une once d'attention à la personne qui squattait là aussi. Tu avais jeté ton sac sur la première table qui s'était trouvée sur ta route et t'était assise sans douceur aucune. Après quelques instants, tu avais déballé tes affaires à la hâte puis avais terminé par te plonger dans ton cahier d'histoire.

Il t'avait suffit d'à peine quelques instants de révision pour avoir envie d'une cigarette. C'était dans cette addiction que tu avais fini par rejeter ta frustration, puisque tu avais sainte horreur de l'alcool en trop grande quantité. Tu sortis d'une main fastueuse une cigarette de ton paquet et te retournas en direction de la personne derrière toi.

« Ça te dérange si... »

Arthur bordel d'Aceline. Bien entendu.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
avatar
Aer


Messages : 149
Âge du personnage : XVII
Groupe : AER
Eléments : Ascendant Eau ; Descendant Air

MessageSujet: Re: C'est pas l'heure du Tango [PV Siskah ♥] [DONE]   07.07.15 13:16



C'est pas l'heure du Tango
feat. Siskah Vay

C'est le toc toc toc significatif d'une paire de talons qui te fait relever la tête de tes partitions que tu fixes depuis une bonne vingtaine de minutes. C'est la porte qui s'ouvre sur une tête rousse qui te fait écarquiller les yeux. Et enfin, c'est Siskah qui se pose sur la table à quelques rangs devant toi qui te fait te ratatiner sur ta chaise, comme si tu voulais t'enfoncer dedans et disparaître sur le coup.

Combien était le pourcentage de malchance pour que ce genre de chose puisse arriver ? Sûrement inférieur à 0,01%. Mais comme c'était toi, et comme tu avais toujours la poisse, tu étais ce 0,01%. Obligatoirement.

Elle ne t'a pas vu, elle n'a pas fait attention à toi. Un regard par la fenêtre, ouais. Peut être que si tu fuyais comme un lâche, ça pouvait le faire. Au final, l'étage n'était pas très haut, tu pouvais te rattraper et dans le pire des cas, tu te cassais une jambe. Arthur Aceline se casse une jambe en fuyant la terrible Siskah Vay du conseil des élèves ! Indie Jones se ferait un malin plaisir à crier ça dans sa radio idiote, tiens.

Alors que tu tentes d'échafauder un plan pour t'échapper sans qu'elle ne te remarque, elle se tourne vers toi, ouvre la bouche et te parle avant de se stopper en plein milieu de sa phrase. Tu n'as jamais eu autant envie de disparaître, Arthur. Toi qui est pourtant si sûr de toi, si fier de tes conneries et des merdes que tu fais tous les jours. Mais devant elle, adieu le connard sans sentiments. Tu détournes le visage et hausses les épaules. T'as bien compris qu'elle voulait fumer. Depuis quand elle fumait, elle ?

Nan vas-y, j'm'en fous.

Voilà, agir comme un adulte. Ca te ressemble pas tant que ça, finalement, mais t'as pas le choix. Agis comme un adulte, fais comme si tu t'en foutais, fais comme si ce n'était pas grave alors que ça te rendait malade de ne plus la voir. Fais comme si elle ne pouvait pas t'atteindre. Ta main se serre sur le crayon à papier et alors que tu corriges une note, tu lui demandes :

Depuis quand tu fumes ?

Pas sûr qu'elle te réponde, pas sûr du tout même. Mais fallait bien commencer par quelque chose.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
avatar
Zeta


Messages : 134
Âge du personnage : 18 ans
Groupe : Zeta
Eléments : Air + Terre

MessageSujet: Re: C'est pas l'heure du Tango [PV Siskah ♥] [DONE]   07.07.15 16:31

Uninviting
But not half as impossible
as everyone assumes
You are crying lightning

Dans le fond, ce n'était pas tant une surprise de le trouver là. Arthur Aceline, tu le croisais toujours dans les endroits les plus improbables, et cette rencontre ne faisait pas exception à cette règle agaçante. Lui ne paraissait également pas ravi de te voir : Tu le vois à cette façon qu'il a de se ratatiner dans sa chaise pour s'éloigner de toi au mieux. Pire encore ; C'était bien tes yeux qu'il venait de fuir, en détournant son regard ? Cette journée s'annonçait décidément des plus invraisemblables.

Il haussa les épaules à ta question, une réponse typique de sa part. Tu aurais dû être outrée qu'il agisse comme si de rien était alors qu'il était celui qui empoisonnait tes malheureuses pensées mais... Mais tu devais fumer. Maintenant.

Alors tu allumas la cigarette qui trônait toujours dans ta main et colla tes lèvres à l'extrémité de celle-ci. Tu remarquas, en expirant ta fumée, que tu y avais laissé une marque distincte de rouge à lèvres.

« Depuis quand tu fumes ? »

Tu arques un sourcil. À cette question pourtant anodine, l'envie de lui répondre ne te vient absolument pas.

Depuis que mon frère est mort.

C'était le seul événement que tu voulais taire plus que son maudit baiser. Tu levas des yeux hautains dans sa direction, que tu posas sur son visage. Tu étais tentée de lui mentir, de lui dire que tu fumais par sa faute, qu'il te rendait dingue au point de te faire perdre face à cette addiction. Mais tu n'allais certainement pas lui faire ce plaisir.

Non.

À la place, tu replaces une mèche rebelle ton oreille et te penche sur ta table, un sourire confiant aux lèvres. Allez. Tu te devais d'initier le fameux sujet du baiser, et de ce qu'il signifiait pour vous deux. Lui ne semblait pas du tout prêt à le faire, c'était donc à toi que revenait cette tâche. Allez.

Alleeeeeeeez...

« Longtemps. »

Quand tu y pensais plus en profondeur, tu ne voyais pas du tout pourquoi ce serait toujours à toi de faire le travail ingrat. Et non, tu n'étais absolument pas en train de fuir la confrontation, pfff, n'importe quoi. Ton soudain mutisme n'était pas lié non plus à cette envie tenace de disparaître dans un nuage de fumée et de t'enfermer dans ta chambre avec Sale Fils De Pute sur tes genoux. Naaaaaan. Tu valais mieux que ça, tout de même.

« Tu en veux une ? »

Comme ça, tu pourrais attraper un cancer, mourir, et me laisser en paix.

Oui, tu devenais facilement rancunière envers ceux qui t’embarrassaient.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
avatar
Aer


Messages : 149
Âge du personnage : XVII
Groupe : AER
Eléments : Ascendant Eau ; Descendant Air

MessageSujet: Re: C'est pas l'heure du Tango [PV Siskah ♥] [DONE]   08.07.15 16:34



C'est pas l'heure du Tango
feat. Siskah Vay

Un seul mot qui te semble si froid, qui t'éloigne d'elle un peu plus. Tu te mords la lèvre, détournes le regard un peu plus. Longtemps et tu ne t'en étais jamais aperçu. Longtemps et tu n'avais même pas eu un seul petit doute. Tu ne la connais pas, Arthur, elle t'est inconnue et pourtant tu tiens à elle, pourtant tu veux rester auprès d'elle, pourtant tu as besoin de la voir. Longtemps mais tu n'en savais rien, tu n'en avais jamais rien su et tu ne l'aurais sûrement jamais appris si tu ne l'avais pas croisé par hasard aujourd'hui.

Sa voix brise de nouveau le silence et tu relèves la tête vers elle, surpris. A vrai dire, oui, tu es surpris qu'elle te parle, qu'elle tente de continuer la conversation alors que t'avais simplement fuis comme un lâche. T'aurais pu juste te pencher vers elle, l'embrasser, déposer un autre baiser sur sa mâchoire et partir ensuite, comme si elle t'appartenait un tout petit peu, comme si tu avais le droit de l'avoir pour toi, un peu.

Tu quittes ta chaise après avoir fourré tes partitions dans ton sac et tu viens t'asseoir sur la table juste à côté de la sienne. Tu ne lui as pas vraiment répondu, tu t'es juste autorisé à venir t'installer à côté d'elle. Tu la regardes, la détailles.

J'aurai pas du t'embrasser sans que tu le veuilles, désolé.

Non pas que tu regrettais de l'avoir embrassé, mais tu regrettais qu'elle ne l'ait pas voulu comme tu l'as voulu sur l'instant, et comme tu le voulais encore maintenant.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
avatar
Zeta


Messages : 134
Âge du personnage : 18 ans
Groupe : Zeta
Eléments : Air + Terre

MessageSujet: Re: C'est pas l'heure du Tango [PV Siskah ♥] [DONE]   08.07.15 18:24

Uninviting
But not half as impossible
as everyone assumes
You are crying lightning

Son visage s'assombrit à ta réponse. Le tien également. Le froid qui régnait entre vous deux, qui vous séparait l'un de l'autre, te perturbe. Entre Arthur et toi, une prodigieuse amitié n'a jamais régné. Votre relation, cet échange de bon procédé, n'a jamais vraiment été autre chose. Vous aviez – quoi ? - passé la soirée ensemble ? C'était la seule chose vraiment personnelle, bien à vous, qui est jamais eu lieu.

Entre temps, tu as replacé ton attention sur tes cahiers. C'était exactement ce que tu craignais : Sa présence venait une fois de plus de te sortir de tes cours. Il ne semble pas décidé à répondre à ta question – à prendre la cigarette que tu lui tends – et c'est tant mieux : Une de plus pour toi, au lendemain.

Tu joues avec ton stylo, que tu cognes à rythme régulier sur la surface de ton cahier, plongée dans tes écrits. Ta musique improvisée s'arrête quand tu entends Arthur se déplacer, derrière toi. Il accroche ton regard, tu le suis jusqu'à ce qu'il se pose à tes côtés. À l'aise ? Que tu as envie de lui lancer. Mais il avait le droit d'aller où il souhaite. Il ne t'intimidait pas, hein ?

Hein ?

« J'aurai pas du t'embrasser sans que tu le veuilles, désolé. »

Ta main se crispe sur ton stylo, mais tu t'empêches de le briser quand tu entends ce son caractéristique qu'ils produisent juste avant de rendre l'âme. Tu avais déjà un paquet de cadavre de crayon, dans la poubelle de ta chambre. La faute était sur Indie, et les conneries qu'il te déballait tandis que tu écrivais tes cours.

« En effet. »

Tu ne sais rien dire d'autre ; Tu avais, après tout, la tenace impression que n'importe quelle autre réponse t'enfermerait dans une relation dont tu n'étais pas sûre de vouloir. Tu te souvenais encore de ces longs moments de réflexions sur la bonne chose à dire à Arthur Aceline, pour construire votre amitié. Si tu laissais votre relation être - une relation romantique, tu entendais -, tu avais le sentiment de tout balayer d'une expiration.

Les choses se finiraient mal. Même si tu ne te lassais pas, même si tu tombais amoureuse, les choses se finissaient toujours mal pour toi. Tu donnais trop, ou pas assez.

« Ne recommences pas. »

Maintenant, il devait haïr. C'est pour le mieux, te certifias-tu, tandis que ton stylo se fissurait dans ta main.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
avatar
Aer


Messages : 149
Âge du personnage : XVII
Groupe : AER
Eléments : Ascendant Eau ; Descendant Air

MessageSujet: Re: C'est pas l'heure du Tango [PV Siskah ♥] [DONE]   08.07.15 18:49



C'est pas l'heure du Tango
feat. Siskah Vay

En effet.

Et tu as envie de fuir, de courir, loin, très loin, le plus loin possible. T'as envie de fuir parce que ça tient plus la route, tout ça. Ca tient plus la route merde, c'est plus logique putain. C'est pas normal, votre relation n'était pas censé être comme ça.

En effet.

Et c'est comme un coup de poing qui te coupe le souffle, qui te fait te recroqueviller et qui s'enfonce dans ton estomac. C'est comme cette queue de monstre qui t'a propulsé à plusieurs mètres et qui t'a sonné. C'est comme si ça marquait la fin de quelque chose qui n'avait même pas encore commencé.

En effet.

Et tu as envie de fuir, le plus loin possible pour ne pas voir son regard si froid se poser sur toi, pour ne pas avoir l'impression de n'être qu'un connard insensible à ses yeux. Tu as envie de fuir pour ne pas avoir envie de l'embrasser comme tu as envie de l'embrasser, pour ne pas avoir cette envie brutale que tu ne comprends pas de la prendre contre toi.

En effet.

Et c'est comme si on te maintenait la tête sous l'eau et que tu ne pouvais pas respirer, que ta gorge, tes narines et tes poumons se remplissaient de cette eau âpre, salée et glacée.

Ne recommence pas.

Et ça sonne comme si tu n'avais pas le droit de rester à ses côtés.

Ne recommence pas.

Et ça sonne comme si le pont si frêle que vous aviez construit ensemble venait de s'effondrer.

Ne recommence pas.

Et ça sonne comme si ton coeur venait de s'arrêter.

Ne recommence pas. Ne recommence pas. Ne recommence pas. Ne recommence pas.

Respire Arthur et fais comme si ça ne t'atteignais pas. Respire et fais comme si de rien n'était. Après tout, elle, elle s'en fout, c'était rien, ça n'a jamais été rien pour elle. T'es rien pour elle Arthur, t'es qu'un misérable mec, un échange de bons procédés qui n'a jamais vraiment marché parce que t'es qu'un connard chiant. T'es rien pour elle, Arthur. Tu le sais, tu le sais, tu le sais vraiment mais ton coeur saigne, et ta tête brûle, et tes tympans sifflent, et tes tempes bourdonnent. T'es rien pour elle parce que t'es qu'un connard Arthur et tu l'as toujours été. T'es pas le mec qui est con qu'avec les autres, les méchants et ceux qui le méritent. T'es qu'un con avec tout le monde, même avec la seule fille dans cette académie merdique qui te plaît.

Elle te plaît. Elle te plaît et ça saute aux yeux, tout le monde le sait, tout le monde le sait, Arthur. Même elle doit le savoir, à force. Elle te plaît mais tu portes pas tes couilles. Elle te plaît mais tu sais pas comment ça marche, t'as jamais su et tu sauras sûrement jamais. T'es pas doué pour les discours, pour les gestes d'attentions, les surnoms niais et les longues relations. T'es le connard d'une relation d'un soir, t'es le connard avec qui on baise parce que t'as une belle tête, mais sûrement pas une belle personnalité. T'es le connard avec qui on reste une journée pour s'amuser. T'es que le connard habituel, Arthur, parce que t'as toujours agis comme ça, que tu sais pas agir autrement, même avec elle.

Elle qui te plaît putain. Elle qui te plaît bordel.

Et t'es là, silencieux. Ne recommence pas. C'est horrible, ça te prend aux tripes, t'as juste envie de fuir comme tu le fais toujours dès qu'une relation devient trop profonde, trop vraie, trop réelle, trop sans faux-semblants. T'as juste envie de fuir parce que t'es en train de tomber amoureux d'elle.

Tomber amoureux, c'est comme tomber de son piédestal, Arthur. La chute est violente, brutale et douloureuse. Et t'as pas envie de tomber de ton piédestal Arthur, t'en as pas envie parce que t'as jamais connu ça, parce que t'es pas sûr de pouvoir te relever ensuite. Parce que t'es faible. T'es qu'un gosse de dix-sept ans qui se combat contre des monstres, mais dès que ça touche les sentiments, c'est comme si t'étais encore un nouveau-né.

T'es en train de tomber amoureux d'elle. Cette façon qu'elle a de tenir sa cigarette qui la rend élégante. Ce regard un peu froid, mais qui peut être tellement doux quand elle est avec les personnes qu'elle aime. Ce sourire en coin, ce rire un peu cristallin, cette mèche de cheveux rebelle que tu as envie de lui remettre derrière l'oreille. T'aimes son regard et ses cheveux, sa façon dont elle marche, si sûre d'elle, avec ses grands talons qui la font plus grande que toi. T'es en train de tomber amoureux de tout ça, et ça te terrifie. Et tu veux fuir. Parce que t'as chaud, parce que ton coeur bat trop vite, parce que tes mains sont moites, parce que t'as juste envie de l'embrasser, comme ça, sur un coup de tête.

Okay...

C'est un chuchotement, ta voix est faible, tes yeux sont fuyards, ton corps est tendu, tes mains tremblantes se cachent dans tes poches.

Okay...

Et ça sonne comme la fin d'une relation qui n'a même pas commencé.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
avatar
Zeta


Messages : 134
Âge du personnage : 18 ans
Groupe : Zeta
Eléments : Air + Terre

MessageSujet: Re: C'est pas l'heure du Tango [PV Siskah ♥] [DONE]   08.07.15 23:41

Uninviting
But not half as impossible
as everyone assumes
You are crying lightning

C'est pour le mieux.

Pourtant, tu n'es pas certaine d'avoir fait le bon choix. Tu le sens à tes mains tremblantes, à ta respiration saccadée. Tu le sens à ta conscience qui te hurle dessus, qui te demande de réagir, de faire quelque chose, par pitié, Siskah. Tu secoues la tête pour la faire taire, pour que les phrases qui pullulent dans ta tête se mélangent entre elles, jusqu'à ne plus former qu'un tas de mots intelligibles, qu'elle ne saura commenter.

L'étau de ta main continue de se fermer sur ton stylo. Il tombe en morceau, et tu as l'impression que c'est exactement ce que tu es en train de faire au cœur d'Arthur : Tu l'as dans la paume de ta main et le serre si fort qu'il s'arrête de battre, qu'il éclate comme un ballon.

Dans le fond, tu étais désolée.

Tu ne savais pas comment le lui dire justement, avec les bons mots. C'était un sentiment que tu ne pouvais que subir, tandis que tu mourrais de honte, retranchée en toi même, comme si tu assistais à la scène en spectatrice. C'était comme les « c'est moi, pas toi » stériles, les « c'est ma faute » vains qui n'arrangeaient jamais rien, n'adoucissait pas la chose.

Mais dans le fond, tu restais désolée.

Okay, qu'il te chuchote. Il n'ose même plus te regarder, il n'ose même plus lever le ton avec toi. Tu te demandes lequel de vous deux est le plus touché, à ce moment, et la réponse t'apparait désormais comme claire. Si tu le souhaitais, tu pouvais te mettre à rire et dire que tu blaguais, dans le fond, alors qu'il arrête d'avoir cette tête d'enterrement. Tu pouvais te pencher vers lui et quérir ses lèvres, avec la certitude que tu ne serais pas repoussée. Tu pouvais chercher son cou, poser ta tête sur son épaule, profiter de sa présence.

Toi qui disposait de tous les choix, les possibilités.
Lui qui n'avait pas cette chance.

Tu ouvres la bouche. Tu sais que tu dois dire quelque chose, c'est là ta seule certitude. Mais aucun son ne franchit la barrière de tes lèvres. Tu finis par coller ton dos à ton siège, par te dire que tu n'est pas taillée pour ça, après tout. Tu te connaissais sur le bout des doigts, après 18 ans de cohabitation avec tes défauts maladifs.

L’orgueil. La colère. La lasciveté. La faiblesse. La mesquinerie. L'inclémence. Le dédain.
Les sept péchés dans tes yeux.

Tu te connaissais si bien que l'impensable d'une relation amoureuse et sincère, entre Arthur et toi, pouvait être dite mûrement réfléchie. Elle pouvait être dite régie par des lois particulières, ton sale caractère et le sien également. En procédant de cette façon, tu lui épargnais beaucoup de souffrances. Tu l'espérais.

« Bien. »

Ça l'était. Ça l'était, n'est-ce pas ?

« Ravie de l'entendre. »

Menteuse. Que ta maudite conscience se taise ; Il t'avait donné le droit de lui briser le cœur avec son chuchotement de plus tôt. Okay.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
avatar
Aer


Messages : 149
Âge du personnage : XVII
Groupe : AER
Eléments : Ascendant Eau ; Descendant Air

MessageSujet: Re: C'est pas l'heure du Tango [PV Siskah ♥] [DONE]   09.07.15 10:08



C'est pas l'heure du Tango
feat. Siskah Vay

Allez, grandis, fais comme si ça ne t'atteignait pas putain, fais comme si c'était rien, qu'elle n'était qu'une fille comme les autres, que t'en trouverais bien une ce soir qui la remplacera quelques couples d'heures. Fais comme si ça ne t'atteignait pas. Fais comme si tu pouvais jouer du piano, fais comme si tu pouvais la regarder, rire, l'emmerder et te foutre de sa gueule. Fais comme si, Arthur. Fais comme si. Fais comme si.

Mais l'ordre mental ne semble pas vouloir trouver quelque chose pour lui obéir : ta bouche reste définitivement close, tes mains restent serrées dans tes poches, ton regard reste fixé sur une table pas loin. Fais comme si. Allez Arthur, fais comme si tout allait bien, qu'elle n'était rien, qu'elle ne l'avait jamais été et qu'elle ne le sera jamais. Fais comme si, Arthur. Allez, fais comme si.

Tu attends, tu l'écoutes. Et chaque mot qu'elle articule semble faire s'enfoncer la queue de monstre plus profondément dans ton estomac, semble faire retentir une claque contre ta joue, semble te maintenir un peu plus longtemps sous l'eau âpre, salée et glacée qui pénètre tes poumons. Respire Arthur, respire, fais comme si ça ne t'atteignait pas. Tu peux le faire, tu l'as toujours fais, t'es un grand garçon, un grand garçon qui pleure pas, un grand garçon qui s'en fout, un grand garçon auquel on ne fait pas attention, un grand connard.

T'es un grand connard, Arthur, alors assume.

Bien.

Ravie de l'entendre.

Ravie de savoir que tu ne l'approcheras plus, ravie de savoir que tu ne la regarderas plus, ravie de savoir que tu t'éloigneras d'elle le plus possible. Ravie que tu te taises, ravie que tu disparaisses de sa vie.

Et chacune de ses syllabes te détruit un peu plus, tiraillant ta peau, faisant serrer tes dents. Elle était la grande gagnante de ce jeu, de cette chasse, de tout ça. Elle était la grande gagnante de tout ça, de tout le peu que vous étiez et que vous ne serez jamais parce que vous n'êtes rien. C'est juste toi et ton imagination débordante, toi et ton besoin d'elle. C'était juste toi, y avait rien de réciproque, y avait jamais rien eu de réciproque ; parce que tu l'as repoussée si fort, si violemment qu'elle n'avait même pas vraiment envie de te voir, même pas de te croiser au détour d'un couloir.

Et chacune de ses syllabes marque la fin de ce mince espoir.

Tu quittes la table sur laquelle tu t'étais assis et tu attrapes ton sac que tu as laissé là, traînant. Tu le mets par-dessus ton épaule et tu la regardes un instant avant de détourner les yeux.

A plus, Vay.

C'est ce que tu devrais lui dire, c'est ce que tu lui disais à chaque fois. Mais ça sonnait comme si vous alliez vous revoir, comme s'il y avait un espoir, quelque chose. Ça ne sonnait pas comme si c'était la fin. Et c'est la fin, Arthur. Ici, aujourd'hui, c'est la fin de votre relation comme tu l'as connu, c'est la fin de vos échanges, de ses regards, de son attention envers toi. C'est ta fin dans sa vie. C'est sa fin dans la tienne.

Tu pouvais juste partir, sans un mot, parce que c'était plus simple, parce que ça lui laissait le choix, d'un certain côté. Mais elle, elle te le donnait pas, le choix. Elle te disait adieu comme si t'étais rien parce qu'après tout tu n'es rien. Tu lâches un soupir, peut être un peu trop fort, avant que ta voix casse ce silence pensant et gênant :

Fais gaffe à toi, Vay.

Tu tournes les talons, voulant quitter cette salle oppressante le plus vite possible.

Ta main frôle la poignée et tu hésites un instant. Si tu pars, c'est la fin de tout. De toi, d'elle, de cette relation plus ou moins saine que vous aviez construite. Si tu pars, c'est fini, tu ne pourras rien espérer d'elle ou même de toi.

Et ta main tremble, et tes yeux se ferment.

Vas-y, pars. Pars, va-t-en.

Le plus vite possible.

Le plus loin possible.

Pars. Enfuis-toi.

Fuis.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
avatar
Zeta


Messages : 134
Âge du personnage : 18 ans
Groupe : Zeta
Eléments : Air + Terre

MessageSujet: Re: C'est pas l'heure du Tango [PV Siskah ♥] [DONE]   09.07.15 18:17

Uninviting
But not half as impossible
as everyone assumes
You are crying lightning

Le sujet est clos. Le sujet est clos, que tu te répètes.

Avec ce poids là en moins sur ton cœur, tu devrais être capable de remonter tes notes, de te remettre au travail, comme avant. Tu ne pouvais pas passer ton année à t'inquiéter pour les autres, à sacrifier ton intelligence pour des soucis mineurs, de cette façon.

Que dirait ton père s'il te voyait à cette instant ? Toi qui, élevée dans une famille de prodiges, de CME prodigieux, devait se démener pour faire planer la moindre brise, le moindre pitoyable vent, avec ta magie de l'air ? Et qui se prétendait génie ? Qui se permettait d'agir dédaigneuse et hautaine ?

Tu levas les yeux vers Arthur, quand il quitta la table à tes côtés. Il se saisit de ton sac, qu'il jeta par dessus son épaule. Le message était clair : Je m'en vais. Tu le gratifias d'un regard triste, emprunt de regrets, et acquiesça doucement.

Une fois arrivée à un tel point de perdition, que pouvais-tu faire d'autre ? Te lever de ta chaise et lui prendre la main ? Lui déclarer un amour inaltérable, des sentiments sereins ? Terminer votre échange par une étreinte passionnée ? Tes romans à l'eau de rose devaient te monter à la tête. Les choses ne se passaient jamais comme cela, pour toi.

Ce que tu n'attendais pas de lui, cependant, c'était qu'il choisisse de terminer votre amitié durablement. Lui en voulais-tu ? Tu ne t'en sentais pas le droit. Le statut du « on est presque sorti ensemble » était dur à vivre, en soi, car il se ressentait dans chaque regard, chaque sourire, chaque mains qui se frôlent.

« À toi également. »

Pourquoi avais-tu le sentiment de rompre une relation qui n'avait même pas commencé, alors ? Pourquoi tu culpabilisais de cette façon à chaque fois que tu imaginais sa main sur la poignée de la porte, que tu n'osais même pas regarder ? C'était quoi, ce sentiment de faute, alors que tu devrais être fière de toi pour lui avoir éviter bien plus de souffrances ?  À lui, comme à toi.

« Arthur ? »

Tu ne savais pas pourquoi tu avais dis ça, mais tu l'avais dis. Tu le regardais maintenant avec des yeux hésitants, les lèvres légèrement ouvertes, prête à dire quelque chose. N'importe quoi pour le retenir, pour lui signifier que tu tenais à lui, malgré tout. Peut être qu'en reformulant cette pensée...

« Écoutes, je... »

Tu te levas de ta chaise, laissant tes cahiers sur la table, pour ne te concentrer que sur lui. Tu l'approchas doucement, cherchant encore tes mots. Tu pouvais faire ça. Tu pouvais lui dire la vérité, sans tact, sans mensonge, sans délicatesse.

« Je ne t'ai pas dis toute la vérité. »

Et alors que tu t’apprêtais à lui la dire, ton téléphone sonna.

Tu t'en saisis, pour pouvoir le couper, quand tu remarquas le numéro qui s'affichait à ton écran. C'était celui d'une l'interne avec qui tu avais sympathisé, à l'hôpital de Dandelion City, tandis qu'elle avait surveillé ton bras et ton rétablissement. Quelque chose de grave devait être arriver... Et tu ne voulais pas prendre le risque de l'ignorer.

Alors tu décrochas et colla ton téléphone à ton oreille. Au bout du fil, tu entendais la voix paniquée de ton amie, qui parvenait à peine à faire des phrases intelligibles.

« Calmes-toi et articules, je ne comprends rien. » lui dis-tu, un air agacé sur le visage.

Tu écarquillas les yeux quand ses paroles devinrent plus claires et plaça ton autre main sur ta bouche, tremblante. Tu sentais déjà les larmes te monter aux yeux à cause de son ton malheureux, de la panique dans sa voix, alors que tu ne réalisais même pas encore ce qu'elle te disait.

« Comment ça, dans le coma ? »

Ton ton était dur, tes jambes vacillantes. Tu fermas les yeux, tandis que tes tympans bourdonnaient, que les sons autour de toi devenaient silences. Et tu clos votre échange par un :

« J'arrive immédiatement. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
avatar
Aer


Messages : 149
Âge du personnage : XVII
Groupe : AER
Eléments : Ascendant Eau ; Descendant Air

MessageSujet: Re: C'est pas l'heure du Tango [PV Siskah ♥] [DONE]   09.07.15 18:38



C'est pas l'heure du Tango
feat. Siskah Vay

Tu ne fais pas attention à sa première phrase. Elle te donne encore plus envie de fuir qu'autre chose. Elle ne te retient pas, ne te retiendra pas. Allez, laisse tomber et ouvre cette porte, laisse tomber et va-t-en. Puis ton prénom, sur ses lèvres, et tu t'arrêtes, ton visage se tourne malgré toi vers elle et tu l'observes. Tu l'observes, encore, toujours, parce que tu ne sais faire que ça, après tout. Observer et fuir.

Ecoutes, je...

Laisse tomber, Vay.

Mais elle ne laisse pas tomber, elle se lève, s'avance vers toi et tu n'as qu'à tendre le bras pour la toucher, pour l'enfermer dans tes bras et pour l'embrasser.

Je ne t'ai pas dis toute la vérité.

Quelle vérité ? Il n'y avait rien à dire, rien à avouer. Elle n'avait fais aucune faute, elle n'avait blessé personne. Rien n'était de sa faute, à vrai dire. Rien du tout, même.

Son téléphone sonne, et ça a l'air urgent. Tu pourrais partir maintenant, la laisser seule et ne pas écouter ce qu'elle a à dire. Même de là où tu es, tu sens la panique dans la voix de son interlocutrice. Plutôt aiguë, rapide et paniquée. Définitivement paniquée.

C'est la réaction de Siskah qui te fait te tendre : ses yeux écarquillés, sa main tremblante sur sa bouche, comme si elle était horrifiée de ce qu'elle venait d'apprendre. Un seul mot parviens à tes oreilles.

Coma.

Et tu te rapproches immédiatement d'elle, ta main se pose pas loin de son coude et ton bras attrape ses affaires que tu fourres dans ton sac et dans le sien que tu mets sur ton épaule.

Elle y allait. C'était obligatoire, tu la connaissais un minimum, tout de même. C'est pour ça que tu as son sac sur ton épaule, que tu as mis ses affaires n'importe comment dans son sac et dans le tien. C'est pour ça que ta main s'est ensuite posée sur sa taille parce que tu as l'impression que ses jambes vont la lâcher tellement elle tremble.

Je t'accompagne.

Tu n'étais peut être pas la personne qu'elle voulait avoir à ses côtés, tu n'étais sûrement pas la personne qu'elle voulait pour la consoler, tu n'étais vraiment pas la personne sur qui elle voulait s'appuyer mais tu ne peux pas la laisser seule, pas alors qu'une personne à qui elle tient - apparemment - est dans le coma.

Tu pouvais pas faire ça, tu tenais trop à elle pour ça.

Et me dis pas de pas le faire, je te laisse pas toute seule dans cet état.

Cet état où ses jambes tremblent, cet état où ses mains sont moites, cet état où tu as l'impression qu'elle va s'effondrer contre toi.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
avatar
Zeta


Messages : 134
Âge du personnage : 18 ans
Groupe : Zeta
Eléments : Air + Terre

MessageSujet: Re: C'est pas l'heure du Tango [PV Siskah ♥] [DONE]   09.07.15 21:57

Uninviting
But not half as impossible
as everyone assumes
You are crying lightning

Tu avais déposé ton portable dans la poche de ta veste, avant de te tourner vers Arthur. Tu le regardas, interloquée, tandis qu'il plaçait toutes tes affaires n'importe comment dans ton sac, et le sien également. Tu comprends finalement qu'il espère venir avec toi, quand il se met à porter vos deux bagages sur son épaule. Immédiatement, tu lui signales ta réticence à ce sujet.

« Oh non. Tu ne viens pas. »

Ta réponse n'est que quelques mots, mais ta pensée est bien plus longue. Tu ne voulais pas qu'il te voit comme ça, si vulnérable. En vérité, tu ne souhaitais cela à personne : Tu devenais quelqu'un d’exécrable une fois poussée à bout, et à cet instant, dieu savait que tu l'étais.

Et puis, tout cela ne concernait que toi. Tu n'étais même pas certaine qu'Arthur connaisse Athéna autrement qu'en tant que professeur. Oh, elle te tuerait, à son réveil, si elle apprenait que tu l'avais emmené avec toi.

« Je t'interdis de...
Et me dis pas de pas le faire, je te laisse pas toute seule dans cet état. »

Tu finis par abandonner l'idée de l'en dissuader. Tu n'avais de toute façon pas le temps de te disputer avec lui à ce sujet et te contentas d’acquiescer d'une manière bien solennelle dans sa direction.

Dans un instant de détresse, ta main se posa autour de la chaîne qui pendait à ton cou. Une habitude que tu avais prise avec le temps, qui te rassurais, te remettait les idées en place.

« Alors dépêchons-nous. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
.



MessageSujet: Re: C'est pas l'heure du Tango [PV Siskah ♥] [DONE]   

Revenir en haut Aller en bas
 

C'est pas l'heure du Tango [PV Siskah ♥] [DONE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Signification du terme "à x heure de relevée" ?
» quel est l'heure d'ouverture du mac à bruxelles ?
» Ils se lèvent à quelle heure vos bambins?
» le changement d'heure...
» la bonne heure pour le coucher?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Académie :: 2F - Cursus Magie :: Salles de classe-