AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 After night [PV Siskah] [DONE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
.
avatar
Aer


Messages : 149
Âge du personnage : XVII
Groupe : AER
Eléments : Ascendant Eau ; Descendant Air

MessageSujet: After night [PV Siskah] [DONE]   21.06.15 19:18




After night !
feat. Siskah Vay

Wow. Wow. Wow. T'as envie de dégueuler. Tes yeux sont pas encore ouverts et t'as déjà envie de dégueuler, ton corps est lourd, tes membres semblent te dire d'aller te faire gentiment foutre par le premier venu et t'as le cœur au bord des lèvres, prêt à mourir sous la pression que fait ton estomac sur tes lèvres. Tu vas dégueuler alors que t'es pas encore totalement réveillé, bordel de merde. Putain de merde, putain de merde, putain de merde. Et c'est quoi, cette pression sur ton torse et... Allez, ouvre les yeux, tu vas y arriver.

Où es-tu ?

Bordel de merde, qu'est-ce que t'as encore foutu ?! Où es-tu ?! Tu reconnais pas l'endroit, t'y as jamais mis les pieds. Merde. Merde ! T'es dans la merde. Dans la merde jusqu'au cou. Cou. Putain. C'est quoi cette écharpe rouge autour de ton cou, Arthur ? Tu te redresses, avec difficulté et retenant difficilement le haut le cœur. T'as trop bu hier soir. Comme à chaque fois que tu sors, c'est vrai, mais c'est bien la première fois que tu te retrouves dans un endroit qui t'es totalement inconnu. Et pourtant, t'en as fais des soirées sans te souvenir de ce que t'avais fais la veille. Respire. Ouais voilà, respire. Respire. Tu enlèves cette écharpe rouge qui s'est enroulé tout autour de ton cou et de ton torse - quelle virilité, tu ne peux t'empêcher de penser - et tu la laisses tomber à ta gauche. Tu la laisses tomber sur Siskah.

Siskah.

Merde ! Siskah ! Qu'est-ce qu'elle fout là ?! Non. La question, la vraie, c'est qu'est-ce que vous foutez là. Qu'est-ce que tu fous avec Siskah Vay, dans une réserve pleine de poussières avec une bouteille de vodka à tes pieds avec encore un doigt d'alcool à l'intérieur. C'est ça, la vraie question.

Tu réfléchis trop et ton cerveau te brûle, tes tempes bourdonnent et ton estomac va vraiment rendre ce que t'as bu la veille. Bon. Il faut vaincre le mal par le mal : tu attrapes la bouteille, l'ouvres et bois une gorgée d'alcool qui te brûle l'œsophage et qui te monte directement à la tête. Aaaaah. Fallait peut être pas vaincre le mal par le mal.

Tu t'appuies contre une étagère en bois bancale et tu observes Siskah allongée sur le sol, sa tête appuyé sur son sac. D'après tes souvenirs, vous devriez être à l'académie. Mais la question c'est . Tu soupires.

Hé, belle au bois dormant, debout, lâches-tu en avalant ensuite une nouvelle gorgée d'alcool.

Vaincre le mal par le mal.

Puis, si tu pouvais oublier ce que t'avais failli faire la veille, c'était tout aussi bien.



Dernière édition par Arthur Aceline le 25.06.15 9:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
avatar
Zeta


Messages : 134
Âge du personnage : 18 ans
Groupe : Zeta
Eléments : Air + Terre

MessageSujet: Re: After night [PV Siskah] [DONE]   21.06.15 21:24

Do you ever get that fear
that you can't shift
The type that sticks around
like something in your teeth ?

Une douleur lancinante te faisait vriller la tête et les sons autour de toi n'arrangeaient rien à ta situation. Encore à demi-ensommeillée, tu parvenais à peine à te concentrer sur le présent. C'est à peine si tu te rappelais de ton propre nom, avec ce maudit mal de crâne.

Quelqu'un te parlait, mais c'est à peine si tu comprenais un traître mot de ce qui se disait. Pour montrer ton mécontentement, tu gesticulas un instant, en signe de "quand je dors, on se tait".

« Il est super tôt, Mercer », parvins-tu à articuler entre deux inspirations.

Et tu repris ton cycle de sommeil, paisiblement, pendant une bonne minute. Au bout de celle-ci, tu commenças à te dire que ce matelas sur lequel tu étais allongée n'était pas du tout confortable. Tu ouvris un oeil par curiosité, et constatas que tu ne connaissais pas ce mur. Ni ce plafond. Ni ce sol.

Et là, tu te rappelas.

ARTHUR ACELINE.

Tu te redressas presque instantanément et compris que ton oreiller n'était en fait que ton sac, et ton matelas, le sol. Voilà qui expliquait également ton mal de dos. Tu regardas un instant les alentours et tes yeux s'arrêtèrent sur Arthur Aceline, appuyé sur une étagère. Tu enlevas l'écharpe qui trônait sur ta tête et la passa autour de ton cou, puis t'essuyas lentement les yeux, tentant de regrouper tes pensées.

Tu fixas ta main droite, comme à chacun de tes réveils, et tenta de faire bouger tes doigts, en vain. Puis tu constatas que ce qui semblait être une alliance en carton entourait l'un d'eux. Ton cerveau s'arrêta un moment, puis tu te dis que c'était préférable à un maudit costume de banane, d'un jaune douteux.

Tu peinas à te lever, ébouriffant tes propres cheveux, et fis face à Arthur, un air inquisiteur sur le visage.

« ... Est-ce que c'est un crabe, dessiné sur ton front ? »

Tu t'approchas de lui, ta démarche encore maladroite, et fis glisser ton pouce sur le front du garçon.

« Ce n'est pas permanent. »

Dommage.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
avatar
Aer


Messages : 149
Âge du personnage : XVII
Groupe : AER
Eléments : Ascendant Eau ; Descendant Air

MessageSujet: Re: After night [PV Siskah] [DONE]   21.06.15 21:52




After night !
feat. Siskah Vay

Dieu merci, tu étais encore assis comme une merde sur le sol, ta tête étant maintenue par une étagère et des cartons. T'aurais pas eu fière allure, sinon, debout. Déjà qu'assis, tu devais pas avoir fière allure, mais alors debout, t'osais même pas imaginer. Tu fermes les yeux un instant, te disant que tu ferais mieux de te rendormir au lieu de tenter de vaincre le mal par le mal, la bouteille de vodka toujours dans ta main. Bon, une petite gorgée ne ferait pas de mal. Bordel de merde, à peine réveillé et tu te tapais déjà la vodka, franchement Arthur, tu abuses. Tu abuses énormément même.

Mercer ?

Ah nan, ça, c'est pas moi.

Tu te souvenais encore de ton prénom, ce qui était déjà pas mal quand on y réfléchissait un peu, nan ? Nan. Nan c'était de la merde. Parce qu'après être passé à la supérette de nuit pour acheter la vodka, puis après votre arrivée à l'académie, tu n'avais plus aucun souvenir. Pouf, envolé. Envolé comme ta chaîne en argent. Tiens. Elle est où, ta chaîne, en passant ?

Il y a un moment de silence, entre vous. Elle qui se réveille, qui semble chercher à comprendre où elle est - au moins, t'es pas le seul dans cet état et ça te rassure un peu - et toi, à chercher ta chaîne en argent. Merde, tu l'aimais vachement, ta chaîne en argent !

... Est-ce que c'est un crabe, dessiné sur ton front ?
Un quoi ? tu t'étrangles en portant immédiatement une main à ton front.

Trop brutalement, trop violemment et ta main ne s'arrête pas assez vite, pas assez loin et, malgré toi, tu te donnes une légère claque sur le front. Putain comme si ton mal de crâne était pas suffisant. Ta main prêt de ta tempe, c'est la sienne qui vient frotter ton front et tu la détailles.

Ce n'est pas permanent.
Encore heureux !

Tu grimaces. Merde, pourquoi tu cries de bon matin, déjà ? Alala, vous faites un joli tableau, tiens, elle à genoux devant toi, toi appuyé contre une étagère le cul par terre parce que tes jambes pourraient pas te porter plus d'une petite dizaine de minutes.

Tu l'observes un moment. Tu fixes sa joue. Sa joue. Non. Si. Non, tu rêves, tu dois rêver, ce n'est pas possible autrement. Un papillon. Un joli papillon, en plus. Et vu que vous étiez que deux, c'était toi qui avait du dessiner ça. T'avais dessiné un papillon. Tu laisses échapper un petit rire, puis il se casse directement dans une grimace alors que tu portes ton autre main à ta tempe. Ta tête va exploser.

T'as un papillon. Sur la joue. Je dessine plutôt bien.

Autant prendre ça à la rigolade, même si c'est gênant. C'est horriblement gênant, pour toi. T'avais jamais passé la soirée avec une fille - seul à seul, avec une fille, on s'entend - sans coucher avec. Votre relation devenait trop amicale, trop vraie, trop sans faux-semblant ça te perturbe plus que tu ne veux bien l'avouer.

Tu fermes les yeux un instant, ta main toujours sur tes tempes que tu masses très doucement. Des dolipranes. Des tonnes et des tonnes. T'allais te mettre des dolipranes en perfusions, ça devrait faire un tabac, tiens. Tu devrais déposer le dossier, pour avoir tout l'argent qui va avec.

J'ai paumé ma chaîne.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
avatar
Zeta


Messages : 134
Âge du personnage : 18 ans
Groupe : Zeta
Eléments : Air + Terre

MessageSujet: Re: After night [PV Siskah] [DONE]   22.06.15 0:32

Do you ever get that fear
that you can't shift
The type that sticks around
like something in your teeth ?

Il t'a entendu. Il t'a entendu appeler le nom de ton frère et pourtant, il ne semble pas relever l'information. Il ne te demande pas qui est ce Mercer. Tandis que tu le fixes, du coin de l'oeil, tu te demandes s'il est poli avec toi, ou s'il s'en moque, tout simplement. Tu en avais presque honte, toi qui étais si douée pour comprendre les choses, de ne pas pouvoir comprendre Arthur Aceline.

Tu pouffes lorsque sa main s'écrase sur son front un peu trop violemment pour être prémédité, même si elle manque la tienne de peu. Puis tu admires le crabe que tu penses avoir dessiner - aucune autre personne au monde n'aurait pu deviné que cet amas de ligne difformes était, en fait, un crustacé -. Tu sens son regard sur ton visage - il te détaille - mais ne dis pas un mot à ce sujet. Mais lorsqu'il se met à crier, pas loin de tes pauvres oreilles déjà mutilées, il t'arrache une moue boudeuse. Alors, quand il se met à rire, dans ces mêmes oreilles, tu as juste envie de commettre un homicide.

Tu réalises finalement que vous n'êtes qu'à deux dans cette salle inconnue, et que tu t'es réveillée à ses côtés. Tu te demandes un instant si vous avez couché ensemble - ce ne serait pas une première pour toi, de coucher avec quelqu'un après une soirée arrosée - mais une certaine scène de la soirée d'hier te revient en mémoire. Tu portes ta main valide à tes lèvres, les yeux dans le vide. Il t'avait presque embrassé, hier. Tu hésites à le lui rappeler, et te demandes ce qui ne vas pas - plus ? - chez toi : Il y a à peine quelques semaines, tu l'aurais confronté à ce sujet dès ton réveil.

« J'ai paumé ma chaîne.
Hein ? »

La nouvelle te tire de tes pensées. Tu le fixes un instant, essayant de te rappeler la soirée passée avec lui, et de ce qu'aurais pu advenir le dit objet durant celle-ci. Tu te traînes vers ton sac à main et reviens en direction d'Arthur, t'asseyant à ses côtés durant tes fouilles. À ta propre surprise, tu sors de ton bagage un cactus miniature qui t'arrache presque un doigt, un gant de boxe, une feuille de papier avec marqué "VIVE LA RÉPUBLIQUE" dessus, une pelle et... UNE MAUDITE BANANE ! Tu savais que ça arriverait, bon sang !

Au plus tu avançais dans tes recherches, au moins tu souhaitais en savoir sur les événements de la nuit passée. Et quand tu pensais être au bout de tes surprises - tu venais de sortir une pelle de ton sac à main, tout de même -, une  créature brune s'en échappa. Le genre de créature que tu connaissais bien, très bien, puisque tu t'amusais de temps en temps à en chercher des images sur internet, durant ton temps libre.

« Mon dieu, je crois qu'on a braqué un zoo. »

Un lapin beige se baladait paisiblement dans la salle, tandis que tu disais cela. Tu te retenais de lui courir après - tu ne voulais pas paraître gentille devant Aceline, tout de même - et, à la place, fixait ses petits bonds avec un visage discrètement attendri.

« Pas de traces de ta chaîne, en tous cas. Elle... Euh... Elle appartenait à quelqu'un d'important ? »

Tu préféras te taire sur la disparition de ton téléphone portable, même si tu avais le pressentiment d'avoir fait une grosse, une immense erreur la nuit passée.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
avatar
Aer


Messages : 149
Âge du personnage : XVII
Groupe : AER
Eléments : Ascendant Eau ; Descendant Air

MessageSujet: Re: After night [PV Siskah] [DONE]   22.06.15 10:20



After night !
feat. Siskah Vay

Elle semble tout aussi désorientée que toi. Ca te rassure vachement, d'un certain côté, vraiment. T'es pas le seul à avoir bu comme un trou, t'es pas le seul à avoir oublié une partie de ta soirée, et t'es pas le seul à ne pas vouloir savoir ce qu'il s'est passé. Dix-sept ans et déjà perdu dans la déchéance de l'alcool. Quelle magnificence. Tu te ferais presque pitié, tiens.

Elle se tire jusqu'à son sac puis vient s'appuyer à côté de toi, sur cette étagère en bois bancale, la tête contre un carton. Vos bras se touchent et tu rougis légèrement en passant que t'as failli l'embrasser. Putain, c'était Vay quoi. Vay. T'avais failli te faire Vay merde. Ah, pense à autre chose, pense à autre chose, pense à autre chose. Le sac de Vay a de quoi te faire penser à quelque chose d'autres. Cactus, gant de boxe, feuille de papier - d'où tu ne discernes que le mot république - une pelle - qu'est-ce qu'une putain de pelle foutait dans son sac ?! - et une banane. Oh bordel une banane. T'as la dalle. Alors qu'elle va la poser par terre à côté de tout le bordel de son sac, tu lui prends des mains pour l'éplucher. Est-ce qu'on épluche une banane, déjà ? Ah. C'est quoi ces questions existentielles trop tôt le matin, Arthur ?

Tu en prends une bouchée et ton estomac semble te vouer un culte pendant quelques secondes. Ouais, t'avais la dalle, et vaincre le mal par le mal était un très mauvaise idée mais bon, maintenant que t'avais à bouffer, ça semblait aller mieux. T'allais lui laisser la moitié, quand même. La moitié de sa banane quoi. Alors que tu te concentrais tranquillement sur comment manger ta banane sans oublier de lui en laisser, un petit animal sort de son sac.

Un animal sort de son sac. Un putain de lapin est sorti de son sac.

Mon dieu, je crois qu'on a braqué un zoo.
Je suis pas sûr de vouloir savoir ce qu'on a fait hier. Cette nuit. Enfin, bref. Voilà.

Depuis quand t'es si mal à l'aise le lendemain d'une soirée alcoolisée ? T'es mal à l'aise parce que c'est Vay et c'est tout. Cette fille te met mal à l'aise par sa simple présence. Peut être parce que tu la respectais un peu - beaucoup ? -, peut être parce qu'elle était pas qu'une fille comme les autres et qu'au final, tu l'appréciais un minimum.

Pas de traces de ta chaîne, en tous cas. Elle... Euh... Elle appartenait à quelqu'un d'important ?

Non, elle n'appartenait à personne d'important. C'était un cadeau, de ta mère, de ta misérable mère qui vous avez lâché, ton père et toi. Mais d'un certain côté, tu l'avais toujours gardée avec toi parce que bon, c'était un des premiers trucs que t'avais eu. Bah, au final, c'est pas si grave que ça, de l'avoir paumée.

Nan, c'était un cadeau. C'pas grave, j'm'en fous.

Mais ça te faisait quand même chier sur le principe. De toutes façons, t'y tenais pas plus que ça, menteur souffle une voix dans ta tête.

Tu laisses échapper un léger soupir et tu coupes un tout petit morceau de banane que tu gardes en ton pouce et ton index et tu tends la main vers le lapin qui arrive vers toi pour renifler tes doigts qui doivent puer l'alcool. Il choppe le bout de banane pour le bouffer puis tu te tournes vers Vay, lui lançant immédiatement un regard noir, t'entendais déjà ses pensées trop mignonnes que pouvait avoir une fille. Certes, tu ne dois pas être très crédible avec ton crabe sur la tête mais bon. Autant essayer quand même.

Tu choppes l'animal par la peau du cou et le poses sur tes cuisses pour le caresser doucement. Ouais, de toutes façons, t'avais pas encore le courage de te lever pour rejoindre ton lit et en plus, tu savais même pas où vous étiez. Tiens, peut être que Miss la Présidente du Conseil le savait, elle ?

Une idée d'où est-ce qu'on peut être ? Perso, j'ai aucun souvenirs de la soirée après être parti du bar.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
avatar
Zeta


Messages : 134
Âge du personnage : 18 ans
Groupe : Zeta
Eléments : Air + Terre

MessageSujet: Re: After night [PV Siskah] [DONE]   22.06.15 16:29

Do you ever get that fear
that you can't shift
The type that sticks around
like something in your teeth ?

Tu étais trop interloqué pour manger quoi que ce soit, mais Arthur Aceline ne semblait pas être dans le même cas que toi. Ce n'était pas étonnant, venant de quelqu'un qui buvait de la vodka comme petit-déjeuner. L'idée ne te semblait pas des plus ingénieuses et tu t'éloignas un peu de lui, histoire qu'il ne te vomisse pas dessus.

Tu ne crus pas tellement à son désintérêt vis à vis de la perte de sa chaîne. Mais tu hésitais à lui demander pourquoi il jouait les gros durs insensibles à ce sujet : Il n'avait probablement pas envie d'en parler, de la même façon que tu n'avais pas envie de parler de tes cicatrices, de ta main invalide ou de ton frère décédé.

Tu répondis à son regard noir un sourire mauvais et moqueur. Le crabe dansant que tu lui avais dessiné sur le front la veille - était-ce des maracas dans ses pinces ? - ne l'aidait pas à t'intimider.

« Oh, mais ce que tu as un cœur, après tout. »

Tu disais ça, mais en fait, tu étais carrément jalouse. Tu priais secrètement que la petite boule de poile beige rejoigne tes jambes à toi, histoire de pouvoir la câliner comme tu le souhaitais. Doucement, tu posas ta main sur la tête de l'animal, profitant de l'instant en retenant ton air attendri. Tu devais te contenir devant Arthur Aceline.

« C'est la réserve de l'académie. »

Tu lui répondis sans une hésitation, maintenant que tu y voyais clair. Tu connaissais l'académie par coeur, et ce n'était absolument pas parce que c'était ton devoir de présidente du conseil des élèves, ou quoi que ce soit du type. Durant ta première année à Dandelion, tu t'étais perdue tant de fois dans ses couloirs que tu t'étais forcée à apprendre le plan des bâtiments.

« Sois honnête. Cette chaîne t'était précieuse, n'est-ce pas ? »

Tu n’étais pas capable de taire ta curiosité à ce sujet et appuyas tes paroles d'un regard entendu vers le visage d'Arthur, surveillant le moindre signe de mensonge, d'hypocrisie sur celui-ci.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
avatar
Aer


Messages : 149
Âge du personnage : XVII
Groupe : AER
Eléments : Ascendant Eau ; Descendant Air

MessageSujet: Re: After night [PV Siskah] [DONE]   22.06.15 16:56



After night !
feat. Siskah Vay

Tu lui lances de nouveau un regard noir. Evidemment que t'avais un cœur, c'est pas parce que tu étais totalement nul niveau relation humaine que tu n'avais pas de cœur ! Puis, qui pouvait faire quelque chose contre cette toute petite boule de poils ? Tcht. Vexé, tu lui poses l'animal sur les genoux pour t'en débarrasser après qu'elle ait caressé le petit lapin.

Elle te répond alors. La réserve de l'académie, hein ? Le quatrième étage donc. T'y avais jamais mis les pieds, ça t'intéressait pas forcément d'aller faire un tour à un étage plein de poussières et de trucs dégueulasses. Ca t'étonne même que tu y aies mis les pieds bourré.

Sois honnête. Cette chaîne t'était précieuse, n'est-ce pas ?

Tu te braques immédiatement, ta main se resserrant sur la bouteille de vodka vide. Ta mâchoire se serre un peu. T'étais rancunier, tu l'avais toujours été et t'avais de la rancoeur, vis à vis de ta mère. De ton père aussi, mais surtout de ta mère. Ton père était juste un homme trop amoureux de sa femme qui l'avait quitté pour un autre, ta mère était juste une salope qui vous avez quitté pour un mec. Sûrement plus riche que ton père, et sûrement plus beau, et sûrement moins cons, qui hurlait moins, mais elle vous avez quitté quand même.

Tcht.

Qu'est-ce que ça peut te foutre ?!

Tu es sur tes gardes, ta voix est glaciale et même un peu rauque à cause de l'alcool et du peu de sommeil que tu avais dans le corps. Tu es tendu au maximum et tu t'es reculé d'elle sans même t'en apercevoir. Elle était trop proche. Trop proche de toi physiquement, trop proche de toi émotionnellement. Trop proche. Trop proche et trop curieuse. Maxine était bien la seule à qui tu aurais pu, peut être, éventuellement, dire que oui, tu tenais à cette chaîne en argent de merde, mais encore aurait-il fallu qu'elle te tire les vers du nez pendant des heures et des heures. Pas question de dire quoique ce soit à Vay.

Il en était hors de question, même.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
avatar
Zeta


Messages : 134
Âge du personnage : 18 ans
Groupe : Zeta
Eléments : Air + Terre

MessageSujet: Re: After night [PV Siskah] [DONE]   22.06.15 19:11

Do you ever get that fear
that you can't shift
The type that sticks around
like something in your teeth ?

Ta remarque sur son manque de compassion venait de faire atterrir la petite boule de poils beiges sur tes genoux. Le bonheur. Comme si l'animal t'appartenait depuis toujours, tu faisais passer et repasser ta main sur son pelage, un air paisible sur le visage. Ton attitude était parfaitement opposée à celle d'Arthur Aceline, qui s'était immédiatement braqué à ta question. Tu aperçus du coin de l’œil sa main se resserrer sur sa bouteille d'alcool et tu sentis ton cœur s'alourdir soudainement. Tu t'éloignas de lui sans réfléchir quand il se mit en colère, t'étonnant toi même de ton geste, de ton humeur présente. Tu avais peur.

Tu avais peur. Tu avais vraiment, sincèrement peur. Ça se voyait sur ton visage, dans tes yeux inquiets, dans cette façon que tu avais de serrer aussi fort l'animal contre toi. Tu étais repartie des années en arrière, Siskah, quand tu te baladais encore avec une peluche aux longues oreilles que tu collais contre toi quand ton père te criait dessus.

« N'hurles pas. Tu l'effraies. » lui dis-tu, en baissant les yeux vers le lapin sur tes genoux.

Tu m'effraies. Non, pas question de l'avouer. Tes faiblesses, à cet instant, étaient bien la dernière chose dont tu avais envie de discuter avec Arthur Aceline. Il s'était éloigné de toi, comme tu t'étais éloigné de lui. N'importe qui aurait pu comprendre que c'était un sujet sensible, comme tu le pensais.

« Je ne sais pas, d'accord ? J'ai juste envie d'en savoir plus sur toi. »

Tu te sentais tellement, tellement stupide, à lui avouer cela. Il te hait, maintenant. Il te déteste vraiment. C'est ce que ta conscience ne cesse de te répéter, ce que tu ne cesses de te répéter toi. Tu fermes les yeux, respires quelques instants, pour calmer ton esprit. Le cri d'Arthur avait eu de quoi te secouer. Tu lèves ensuite les yeux vers lui, en les posant des les siens, réfléchissant à ce que tu vas dire ensuite. Quelque chose de gentil. Quelque chose de sincère. Quelque chose de bien.

« On passe du temps ensemble et... »

Tu te stoppes en plein milieu de ta phrase, hésitant déjà à poursuivre. Vous passiez du temps ensemble ? Pas tant que ça. Dans ta semaine, tu étais beaucoup plus présente au côté d'Aaron que tu ne l'étais d'Arthur. Peut être que tu t'étais faite des idées au sujet de votre prétendue amitié, dont l'existence restait à prouver.

« On ne se connait pas vraiment. »

Toi même, tu ne sais dire si tu présentes cela comme un fait immuable, ou un problème auquel il faut remédier. Ta bêtise te gêne, tout comme cet élan de sentiments mielleux. Tu n'étais certainement pas taillée pour ça, Siskah Vay.

« Laisses tomber. Je dis n'importe quoi. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
avatar
Aer


Messages : 149
Âge du personnage : XVII
Groupe : AER
Eléments : Ascendant Eau ; Descendant Air

MessageSujet: Re: After night [PV Siskah] [DONE]   22.06.15 21:07



After night !
feat. Siskah Vay

N'hurles pas. Tu l'effraies.

Ce n'est pas l'animal que tu effraies Arthur, c'est elle. Ca se voit, elle s'est braquée, elle s'est reculée. C'est elle que tu effraies Arthur et sur le coup, tu as envie de t'excuser. Parce que c'était pas voulu, parce que tu voulais pas passer pour un ivrogne qui buvait sa vodka dès le réveil, parce que tu voulais pas passer pour un connard, un vrai. Non, t'étais un con, un p'tit con, mais pas un connard. Tu raquettais pas les gens, tu laissais pas une fille dans la merde, tu t'occupais d'un gosse tout seul dans la rue. T'étais pas un gros connard, t'étais juste un p'tit con.

Vous êtes loin l'un de l'autre. Vous avez mis de la distance, elle, comme toi. Surtout toi. Tu es presque collé au mur de la porte, maintenant. Tu t'es éloigné d'elle le plus possible, t'obligeant à te mettre dos au mur, presque. C'est ce qu'elle avait fait. Elle t'avait mis dos au mur avec une seule question. Pourtant d'habitude, tu esquives mieux que ça, tu esquives même beaucoup mieux que ça, Arthur. Alors qu'est-ce qui se passe ? Qu'est-ce qui se passe aujourd'hui pour que tu esquives moins bien, pour que tu prennes pas tout à la rigolade, au second degrés, à changer de sujet comme tu le fais toujours, à faire comme si t'en avais rien à foutre ? Pourquoi aujourd'hui, ça veut pas marcher ? Parce que t'as pas assez dormi ? Parce que t'as passé ta nuit avec Siskah ? Parce que tu t'es trop rapproché d'elle ?

Je ne sais pas, d'accord ? J'ai juste envie d'en savoir plus sur toi.

Le silence est long, et tu ne fais que l'écouter d'une oreille distraite, enfin non, d'une oreille que tu veux distraite. Tu fixes le sol devant toi comme s'il fallait que tu restes fixé sur un point pour la faire taire. Pourquoi elle voulait te connaître ? Pourquoi vous pouviez pas resté sur votre accord, sur votre échange de bons procédés ? Pourquoi vous pouviez pas resté sur un truc simple, basique, un truc sans prise de tête, sans amitié, sans sentiments quel qu'il soit ? Pourquoi fallait-il qu'elle s'attache à toi, un con sans nom, et surtout, pourquoi fallait-il que tu t'attaches à elle ?

On passe du temps ensemble et... il y a un accro dans sa voix avant qu'elle reprenne : On ne se connait pas vraiment.

Et autant resté comme ça, as-tu envie de lui dire. Puis vous ne passiez pas tant de temps ensemble que ça. Trois heures à tout casser dans la semaine. Une semaine étant composée de sept jours, ce qui fait cent soixante huit heures, ça devait faire à peine plus 1,5% de son temps. Ouais, t'es plutôt doué niveau calcul mental.

Laisses tomber. Je dis n'importe quoi.

Elle est gênée et tu peux comprendre. Nan vraiment, tu comprends. Puis t'agis comme un con. Soit tu restes braqué comme une merde, soit tu fais quelque chose et tu bouges tes fesses pour arranger le coup. Mais d'un certain côté, tu voulais pas vraiment arranger le coup. Plus elle était éloignée de toi, plus ça allait mieux pour toi. T'as pas d'amis, Arthur, t'es proche de personne, tu sais pas comment montré ton affection, ça a jamais été ton fort, dès que quelqu'un s'approche de toi, tu le repousses de toutes tes forces parce que tu sais faire que ça. Mais faudrait que tu te réveilles, que tu apprennes à faire avec les relations humaines, t'es plus un gosse maintenant.

Ta prise sur la bouteille se desserre et tu lâches un léger soupir. Tout ça t'a donné encore plus mal au crâne qu'avant, tiens. La migraine commence gentiment à tambouriner sur ton crâne.

Y'a rien à savoir sur moi, j'suis juste un con.

Fait éternel et qui n'allait pas changer du jour au lendemain. Mais bon au moins, tu le savais et t'assumais. Tu laisses échapper un soupir, encore. Tu lui lances un regard. Allez, fais un effort. C'est quitte ou double, soit tu lèves ton cul et tu te casses, soit tu restes là et tu lui dis ce qu'elle veut entendre. Tu peux pas rester dans un entre deux un peu bizarre, dans une relation où y aurait toujours des non-dits, des on-croits et des hésitations qui te donnerait la gerbe.

Un nouveau soupir et tu te lances :

C'était un cadeau de ma mère, et tu ne lui laisses pas le temps de dire quoique ce soit que tu reprends : Et c'est tout ce que tu sauras pour le moment.

Pour le moment. Ca sonne comme une promesse, tiens. Tcht. T'aurais mieux fait de lever ton cul et quitter cette salle pourrie pour rejoindre ton lit.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
avatar
Zeta


Messages : 134
Âge du personnage : 18 ans
Groupe : Zeta
Eléments : Air + Terre

MessageSujet: Re: After night [PV Siskah] [DONE]   24.06.15 0:45

Do you ever get that fear
that you can't shift
The type that sticks around
like something in your teeth ?

Ton éloignement soudain le fait réagir, et il calme sa colère presque immédiatement. Ses épaules se relâchent et ses sourcils tombent. Tu lis de tes yeux capables le conflit et le doute sur son visage, mais ne le commentes pas. Tu penserais presque qu'il regrette. Mais même si ça te tuait de l'avouer, tu n'étais plus sûre de rien, avec Arthur Aceline, et préférais t'éviter le danger d'une conjecture idiote, basé sur tes sentiments. Ces sentiments n'avaient certainement pas été tes plus fidèles alliés durant les jours précédents ;

Tes yeux, auparavant baissés - preuve de ta gêne sincère -, se lèvent à son soupir. Sa poigne sur la bouteille de vodka se desserre, à ta propre surprise. Tu doutes. C'est d'abord quelques questions et ça se mue en une dizaine d'autres. Ça avait fonctionné ? Cette exposition bancale et sincère de tes états d'âmes avait fonctionné ? Cette espèce de ramassis de mots maladroits venaient d'arranger la situation ? Tu étais partagé entre l'incrédulité, l'euphorie et la vexation. Tous tes autres essais, guidés par ta logique, avaient lamentablement échoué sur l'armure d'acier d'Arthur Aceline et ce... Ce fragment de dialogue l'avait outrepassé ?

« C'était un cadeau de ma mère, et c'est tout ce que tu sauras pour le moment. »

Voilà, tu étais achevée. Tu allais te lever et partir en médisant ces usages sociales incompréhensibles et inorganisés qui régissaient vos interactions. ❝ Faire réfléchir les gens ne passe pas systématiquement par l'agression, l'humiliation en public ou l'intrusion et la critique de la vie privée d'autrui. ❞ ; Tu te souvenais encore des mots d'Athéna, lors de votre rencontre à Ameefeld.

Athéna qui avait raison.

C'était toi que tu avais eu l'impression d'agresser, humilier, de te moquer, en partageant ta pensée comme ça. Tu avais trahi cette partie de toi qui prétendait aimer la solitude. Mais ça te faisait du bien.

Tu souris à sa confidence. Tu aurais aimer lui dire que cette écharpe que tu trimbalais partout avec toi avait appartenu à ta propre mère, pour poursuivre dans ce partage de secret, mais ce n'était pas vrai. Tu n'avais hérité d'elle qu'une tombe dans ton jardin et d'un second prénom ridicule. Et c'était un euphémisme.

« Je la retrouverais, ta chaîne. »

Tu irais fouiller les objets trouvés du conseil des élèves à la première occasion. C'était un peu une promesse que tu venais de lui faire, et tes promesses, tu les tenais. Tu la retrouverais. Tu en avais la certitude.

Pour lui montrer qu'il y avait une trève entre vous, tu te rapprochas un peu de lui, le lapin toujours posé sur tes genoux. Tu fixas la petite boule de poil, et tu fixas Arthur un instant, avant de lui dire, un sourire apaisé aux lèvres :

« Il faudrait lui donner un nom, à lui. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
avatar
Aer


Messages : 149
Âge du personnage : XVII
Groupe : AER
Eléments : Ascendant Eau ; Descendant Air

MessageSujet: Re: After night [PV Siskah] [DONE]   24.06.15 9:29



After night !
feat. Siskah Vay

Un léger silence, tout petit, très court, et sa voix s'élève, douce, gentille et ça te surprend, vraiment :

Je la retrouverais, ta chaîne.

Tu sais pas quoi lui répondre. Tu pourrais lui dire merci mais le faire t'écorcherai la gorge. Puis théoriquement, c'était qu'une chaîne qui te rappelait bien trop souvent ta salope de mère, alors bon, si tu l'avais plus, c'était pas une grande perte non plus. Et tu le lui dis.

Va pas perdre ton temps pour cette merde, c'est...

T'as un moment d'hésitation, tu cherches tes mots, tu sais pas comment finir ta phrase. C'est plus rien d'important. Non, en fait, ça n'aurait jamais du être quelque chose d'important. Tu soupires de nouveau, tu ne finis pas ta phrase, tu parles trop, tu lui racontes trop de choses. C'était bizarre, c'était trop bizarre pour toi. Tu soupires, encore, et une main vient frotter ta nuque endolorie à cause de ta nuit passée sur le sol.

Elle se rapproche de toi, ouvre de nouveau la bouche et tu l'observes un instant. Non, pas elle, pas vraiment, mais ce petit lapin que vous aviez du voler à tu ne sais pas qui. Parce que qui aurait pu trouver un lapin entre quatre et six heures du matin ? C'était a peu prêt la fourchette du temps que tu pensais avoir oublier. Deux petites heures de black-out, peut être trois au grand maximum. Elle est trop proche, elle est trop gentille, elle est trop... bizarre. Tu te lèves sans lui répondre, comme le con que tu es et tu passes tes mains sur les poches de ton jean. Ton portable, ton porte-feuille, pas de traces de ta chaîne, bah, fallait pas trop rêver.

Je vais bouger.

T'allais rejoindre ton lit, ou t'allais prendre une douche avant, sûrement. Ouais, voilà. Quelque chose du genre. Tu la regardes. Allez, déjà que tu lui as foutu un vent en ne lui répondant pas par rapport à ce lapin nain.

Je te raccompagne ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
avatar
Zeta


Messages : 134
Âge du personnage : 18 ans
Groupe : Zeta
Eléments : Air + Terre

MessageSujet: Re: After night [PV Siskah] [DONE]   24.06.15 21:58

Do you ever get that fear
that you can't shift
The type that sticks around
like something in your teeth ?

Votre instant de sentimentalisme terminé, Arthur redevint le même garçon un peu con que tu côtoyais dans la vie de tous les jours. C'est fou ce que les caves crasseuses, où étaient éparpillées de bouteilles d'alcool, pouvait révéler sur quelqu'un. En peu de temps, ta vision d'Arthur Aceline avait drastiquement changé : Et l'amertume que tu prétendais ressentir en apercevant son visage d'idiot n'était que cela : De la prétention.

Comme toi, il hésite dans ses mots. Tu comprends son silence comme un moyen de signifier que d'accord, tu pouvais la chercher, sa stupide chaîne, si tu y tenais tant que cela. Et tu y tenais. Tu esquissas une moue boudeuse lorsqu'il ne répondit pas à ta demande. Tu savais, depuis l'incident à Ameefeld, que le choix de prénoms n'était pas ton fort. Monsieur Carotte, et son nez en caillou, pouvait en attester.

En tous cas, tu n'allais certainement pas laisser ce lapin anonyme seul. Sa provenance était encore floue : Peut être l'aviez-vous volé dans un jardin ? Alors tu te promis qu'en cherchant la chaîne du garçon, tu chercherais aussi tes souvenirs, et dans ceux là encore, le vrai propriétaire de l'animal.

Tu te levas avec un peu de mal, la boule de poils toujours dans les bras, et te saisis d'Arthur pour le remettre lui aussi sur pieds. Tu t'étais adoucie mais ça n'allait pas empêcher ton caractère et ton impatience d'exercer leurs influences sur ta vie et celle des autres. Tu avais bien vu avec quelle maladresse il bougeait, plus tôt : Et tu le savais trop fier pour te demander de l'aide, alors il fallait que tu prennes les initiatives toi même.

« Inutile. Tu devrais te reposer le plus vite possible. »

Quant à toi, tu avais un animal à déposer, une douche à prendre et un tour aux objets trouvés à faire. Tu pris ton sac, et déposa le lapin dans celui-ci, en veillant à garder sa tête toujours à l'air libre. Les mots d'Athéna se répétaient sans cesse dans ta tête, et c'était le tien, d'esprit, que tu avais la sensation de devoir ouvrir, à l'instant. Alors tu jetas un dernier regard vers Arthur, et lui dis :

« Même si j'en ai oublié la majorité, je suis certaine que j'ai passé une très belle soirée avec toi. »

Tu n'avais ni parlé du ridicule de sa peur de s'attacher aux autres, ou de sa mère que tu devinais disparue, ce que tu aurais fait en d'autres temps, et cela te faisait du bien.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
avatar
Aer


Messages : 149
Âge du personnage : XVII
Groupe : AER
Eléments : Ascendant Eau ; Descendant Air

MessageSujet: Re: After night [PV Siskah] [DONE]   24.06.15 22:50



After night !
feat. Siskah Vay

Elle refuse ta proposition et tu hausses les épaules. Tant mieux pour toi, tu pourras rejoindre ton lit beaucoup plus vite, comme ça. Tu vérifies qu'il n'y a rien à toi par terre à part le cadavre de la bouteille de vodka que tu laisses sur place, c'était pas comme si t'allais récupérer une bouteille vide, t'étais pas encore du genre à collectionner tes bouteilles.

T'étais fatigué, vraiment. T'avais envie de dormir. Ta main se pose sur la poignée de la porte quand sa voix brise de nouveau le silence. Tu te crispes. C'était quoi, ce sentimentalisme qui aurait dû vous donner envie de vomir à tous les deux ? C'était quoi tout ça, hein ?

Ouais ouais, marmonnes-tu en abaissant la poignée, quittant la réserve.

Franchement, comment vous aviez fait pour atterrir ici, hein ? C'était pas l'endroit le plus facile d'accès merde. Bon, il fallait que tu rentres en croisant le moins de gens possible, tu devais avoir une tête horrible, des cernes plus longs que les cheveux de Raiponce et Sébastien sur ton crâne qui doit chanter Sous l'océan ne te donnent pas fière allure.

A plus.

Tu n'avais pas envie de rester dans une pièce enfermée avec Siskah et sa bonne volonté, son envie de te connaître et tes piètres mensonges.

Putain, et depuis quand c'était passé de Vay, à Siskah merde.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
.



MessageSujet: Re: After night [PV Siskah] [DONE]   

Revenir en haut Aller en bas
 

After night [PV Siskah] [DONE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le pigment Moonlight Night
» couches Sweet-Night
» One night stand
» sweet night
» Déception fard Nars "Silent night"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Académie :: 4F - Etage fantôme :: Réserve-