AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Take a breath in good company! [ft. Athena]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
.
avatar
CME


Messages : 124
Âge du personnage : 25 ans
Groupe : CME
Eléments : Air † Terre ► Sable

MessageSujet: Take a breath in good company! [ft. Athena]   21.06.15 17:53



Take a breath in good company



La mission se terminait sans encombre, je m’en étais sortie sans une égratignure. Il fallait dire que c’était un peu une mission de routine et que les créatures n’avaient pas le niveau pour nous affronter. Nous étions plusieurs pour être plus efficace, et cela avait fonctionné comme sur des roulettes. Du coup, je retournais à Dandelion histoire de récupérer la prime avant de me reposer un peu. Enchaîner les missions et les combats n’étaient pas réellement conseillé, la fatigue prendrait le dessus un jour ou l’autre, et dans le pire des cas, ce sera pendant un combat. Et là, je ne donne pas cher de ma peau. Du coup, je regardais l’horloge située au dessus de la porte de chez moi. Il me restait encore du temps pour aller la voir. Je savais pertinemment qu’elle ne dormait pas, alors j’allais entre chez elle en douce pour lui faire une petite surprise. Qui dit fin de mission, dit aussi visite chez Athena ! Cette femme m’aidait à me détendre, à oublier ce pourquoi je me bats, et c’est bien l’une des rares personnes avec qui j’aime passer autant de temps. Du coup, je prenais une douche rapidement avant de me changer. J’optais pour une tenue décontractée et j’emportais quelques trucs à grignoter afin de partager avec elle.

J’arpentais les couloirs, discrètement afin que personne ne me remarque et ne fasse tomber mon plan à l’eau. Parce qu’un élève qui me reconnait en hurlant mon nom ne ferait qu’attirer l’attention, et si Athena entendait que je trainais dans les parages, alors la surprise n’en serait plus une. J’arrivais devant sa porte, et j’ouvris délicatement. L’infiltration est aussi un point important pour une chasseuse d’élite. Ce n’était pas compliqué d’entrer chez quelqu’un sans se faire remarquer. Seulement, Athena n’était pas n’importe qui. Elle aussi savait comment s’y prendre, et à mon humble avis, elle était sur le qui-vive constamment. La porte ne grinçait pas, et je jetais un coup d’œil à droite et à gauche pour vérifier qu’elle n’était pas dans les parages. Parfait, je pouvais entrer et m’installer. Je sortais alors de quoi boire et la nourriture qui allait en accompagnement avant d’installer deux chaises autour de la table. Je m’asseyais tranquillement, pourtant Athena n’était toujours pas là. Je me mis à la fenêtre afin de fumer une cigarette. C’était rare de me voir avec ça à la bouche, mais qu’est ce que ça pouvait détendre. Je faisais bien attention à ce qu’aucune odeur subsiste après quelques bouffées de nicotine, je sais à quel point la jeune femme à les clopes en horreur. Un bruit de porte attira mon attention, je retournais donc m’asseoir rapidement avant de voir le visage de mon ancienne professeur et désormais amie. Je souriais avant de m’exprimer.

– J’ai failli t’attendre ! J’espère que ma visite surprise ne te dérange pas. Je viens de terminer une mission, alors je me suis dis… Qu’on pourrait fêter ça !

Tout était à disposition, boisson alcoolisé – et aussi sans alcool, pour alterner un peu – nourriture, il ne restait plus qu’à se servir avant de se détendre.

(c) Ivy Stevens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
avatar
Personnel


Messages : 216
Âge du personnage : 32 ans
Groupe : Personnel
Eléments : Eau/Ténèbres/Sang

MessageSujet: Re: Take a breath in good company! [ft. Athena]   21.06.15 21:44

Ivy/Athena
1 280 mots
©OZ BURTON


Congrats !
Now, let's try to celebrate this properly ...

D'ordinaire, j'essaie d'éviter les endroits en hauteur, n'étant pas très familière avec le vide. Je n'irais pas jusqu'à dire que j'ai le vertige, mais plutôt que je préfère très largement avoir les deux pieds sur le sol. Question de praticité. Nous avons deux jambes pour marcher, et pas d'ailes ni d'os creux pour voler, alors inutile de s'approcher du vide, sachant que dans tous les cas on va s'écraser. Cependant, parfois, la hauteur nous permet bien des choses. Admirer des panoramas, pouvoir prendre le livre dans l'étage le plus haut de la bibliothèque … Ce genre de choses. J'ai plutôt l'habitude de rentrer chez moi à Ameefeld quand je souhaite m'ouvrir l'esprit, mais aujourd'hui ce n'était pas possible. Une élève que j'apprécie bien a souhaité me voir pour me demander conseil. J'avais pensé sur le coup que c'était pour travailler, mais pas du tout. Et évidemment, comme je n'ai qu'une parole, j'ai dû l'écouter jusqu'au bout et tenter de l'aiguiller. Ah, la jeunesse … Si insouciante pour la plupart, ils vivent comme si de rien n'était. Comme s'ils vivaient une histoire d'heroïc fantasy, avec de la magie et des monstres. Je les enviais, il fallait l'avouer. Ils étaient loin d'angoisser pour le bien-être de tout le monde à l'académie, ou bien d'avoir peur de ne pas réussir à les responsabiliser. Après tout, ce n'est pas leur rôle, mais le mien, et celui de tous les autres professeurs et capitaines.


Le toit de Dandelion permet non seulement de s'isoler, mais aussi d'apprécier le paysage un peu. C'est ce que je faisais. Je profitais d'être toute seule pour regarder petit à petit le soleil descendre, jusqu'à peindre les environs d'une chaude couleur rouge. J'avais tout le temps et le loisir de penser durant cette lente chute solaire, et ce n'était pas vraiment bon pour mon moral. Il devait être tard maintenant, puisque l'étoile était presque voilée par l'horizon. Mieux valait rentrer, plutôt de que me risquer à ce qu'un élève monte et me repère comme ça. J'avais une réputation à tenir tout de même, et je n'avais pas le temps de faire la chasse aux propagateurs de rumeurs. Trop d'élèves, peu de temps libre. Et puis, je n'avais pas que ça à foutre aussi, hein. Du coup, direction mon appartement afin de prendre un petit bain bien mérité. Un long bain bien chaud, avec un peu de musique dans les oreilles. Et plus tard, un petit verre. Ou deux. Ou trois. Ou plus. On verra.


Une fois redescendue et dans mon appartement, je pris mon casque, de quoi me changer, et je filais à la douche. J'avais pris le premier vêtement qui m'étais tombé sous la main : une robe courte rouge. Au moins, c'était léger, donc la chaleur estivale serait plus supportable, même s'il commençait à se faire tard. Je me déshabillais donc, fit couler le bain et m'y installa, casque sur les oreilles, musique lancée. Ca faisait du bien, beaucoup de bien. Je me détendais un peu, mais pas suffisamment pur arrêter de déprimer. Il fallait que je me secoue, mais ça allait être compliqué. Je n'avais pas envie de déranger mes proches cette fois. J'avais là encore un minimum de réputation à tenir, bien que ce soit à n'en pas douter de la fierté mal placée … Je ne pus d'ailleurs pas m'empêcher de penser à eux. Gabriel, Gwen, la bande d'Ameefeld, les CME … J'espérais que tout allait bien pour eux, qu'ils étaient en bonne santé et en bonne compagnie, même si pour certains d'entre eux, ça me semblait compliqué, comme Xuè, tandis que pour d'autres c'était déjà plus évident de visualiser la chose. Petite pensée pour Gwen et Ivy. Chacune avait vécu quelque chose de violent, et méritaient du repos et du bonheur. Je soupirais. Et moi ? J'avais envie de repos. De beaucoup de repos. Et pourtant, il m'était impossible de le faire, parce que j'ai des responsabilités et des engagements à respecter. Parfois, j'avais envie de quitter mon poste et de me faire ermite dans ma maison d'Ameefeld … Hah, si c'était aussi simple …


L'heure tournait, et le bain se faisait de plus en plus frais. Je commençais d'ailleurs à avoir un peu la chair de poule, alors je sortis et m'enveloppais dans une serviette pour me sécher, casque toujours sur les oreilles. Une fois toute l'eau débarrassée de mon corps, je vis que j'avais oublié de prendre au passage des sous-vêtements. En levant les yeux au ciel, j'ouvris la porte de ma salle de bain, et marcha jusqu'au salon que je devais traverser pour accéder à ma chambre. Et quelle ne fut pas ma surprise en voyant quelqu'un, tranquillement installé chez moi. Normal. La surprise passée, je vis que c'était Ivy, alors j'enlevais mon casque. Elle me salua et m'informa de sa visite surprise, notamment puisqu'elle avait terminé un contrat. Elle était toute souriante, alors je ne pouvais faire autrement que le lui rendre, doucement. Moins enjoué que d'habitude cela dit, dû au fait que je n'étais pas au top de ma forme mentale ce soir. Mais elle était prévoyante, elle avait déjà mis en place tout ce dont on avait besoin pour fêter ça, comme on se l'était promis depuis longtemps. « Quand je serais devenue une CME, à chaque fois que je viendrais te voir après avoir rempli un contrat, on fêtera ça. » Voilà les mots qu'elle avait prononcés il y a déjà plusieurs années.



« C'est toujours un plaisir de voir ta belle bouille chez moi Ivy, tu le sais bien, quelles que soient les circonstances. Le programme me va, laisse-moi juste le temps de m'habiller. J'ai oublié quelque chose d'important avant de prendre mon bain, je suis sûre que tu vois de quoi je veux parler ... »


Je fis un petit geste de la tête vers sa poitrine, un petit sourire aux lèvres. Il faut dire que si elle oubliait de mettre un soutien-gorge, ça n'allait pas être très pratique pour elle, et elle risquait de se tuer le dos deux fois plus. J'allais dans ma chambre, laissant tomber au sol ma serviette, et pris la première paire assortie de sous-vêtements qui me tomba sous la main : blancs, en dentelle comme la très grande majorité de ce genre d'habits que je possédais. Une fois enfilés, et tout en retraversant comme si de rien n'était le salon, je lançais au passage à Ivy quelques mots. De toute façon, c'était une femme elle aussi, alors il n'y avait pas de quoi avoir honte. Surtout vu la proximité que l'on partageait.


« Le temps que j'enfile ma robe, tu peux me servir un grand verre de ce qu'il y a de plus fort sur la table s'il te plaît ? J'arrive. »


Je ne mis pas plus de deux minutes avant de revenir, et de m'installer juste à côté d'elle et de vider d'une traite ce qu'elle m'avait préparé, avant de le remplir à nouveau moi-même.


« Désolée de l'attente. Comme tu as dû t'en douter, j'étais en train de prendre un bain quand tu t'es infiltrée chez moi. Alors, raconte-moi un peu, c'était quoi comme bestiole cette fois ? Et je veux du détail ! »


Je souriais. Parler avec Ivy me permettait de me focaliser sur autre chose, et j'en avais bien besoin. J'aimais beaucoup ses récits de contrats, je pouvais voir les progrès qu'elle avait fait depuis qu'elle était élève. Enfin, pas visuellement, évidemment. C'était quelque chose que j'affectionnais et qui me rassurait aussi quelque part. Plus il y avait d'inventivité et d'efficacité, plus cela signifiait que la personne saurait se débrouiller dans le futur. De quoi me faire relâcherl a pression au moins temporairement ...




_________________



Merci Ivy-chou ♥

Avatars:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
avatar
CME


Messages : 124
Âge du personnage : 25 ans
Groupe : CME
Eléments : Air † Terre ► Sable

MessageSujet: Re: Take a breath in good company! [ft. Athena]   22.06.15 1:03



I'm just worry about you



Pendant que la jeune femme était partie se vêtir de quelque chose de plus décent que sa serviette de bain, je lui servis un grand verre de Whisky pur. C’était non seulement ce que je préférais, mais c’était surtout ce qu’il y avait de plus fort sur cette table. Une fois qu’elle fût revenue, elle se mit à engloutir le contenu du verre en une fraction de seconde avant de s’en servir un nouveau. Je fis de même et trinquait à ma victoire – peu glorieuse, certes. Parce que le contrat aurait très bien pu être effectué par des dernières années en réalité. Seulement, ils n’avaient pas le droit d’effectuer notre boulot. Alors il fallait bien que quelqu’un se coltine le boulot, même si c’était du gâteau. Je n’avais pas grand-chose de croustillant à lui raconter, cependant… Elle avait l’air d’en avoir besoin. D’habitude, Athena était plus enjouée que ça. Pourtant, il semblait y avoir quelque chose qui la tracasse.

‘Tu sais, c’était juste une mission de routine. On était plusieurs contre un groupe de monstres aériens. J’en ai explosé pas mal tu sais, malgré qu’ils n’étaient pas ma spécialité. Cependant, contrôler l’élément de l’air contre ces bestioles… Tu vois le genre. J’en ai coincé plusieurs dans une tornade de sable, avant de relâcher complètement la pression. Ils se sont tous écrasés comme des mouches, certains ont bien tentés de se relever… Mais ils ont goûtés à la pointe de ma lame. La mission n’a pas pris beaucoup de temps surtout que les autres étaient plutôt doués dans leur genre. J’aurais quand même préféré affronter un Titan ou un Léviathan. Ce sera peut-être pour la prochaine fois, qui sait.’

Je continuais de boire mon verre tout en regardant la jeune femme, droit dans le seul œil qu’elle possédait encore. Quelque chose la tracassait, et je n’aimais pas la savoir comme ça. Il est difficile de me cacher les choses, et encore plus lorsque c’est quelqu’un d’aussi proche que le meilleur professeur de l’académie. Oui, c’est comme ça que je la voyais. Ses élèves s’en sortaient généralement très bien grâce à elle. J’en étais la preuve vivante. C’est pourquoi je voulais à tout prix savoir ce qu’elle avait. Je pris une autre lampée de cette boisson qui m’enivrait avant de piocher dans les biscuits apéritifs. Boire sans ne rien avoir dans l’estomac va me rendre complètement ivre avant d’avoir terminé mon second verre. Et j’avais quand même besoin de toutes mes capacités, sait-on jamais.

‘Mais dis moi, tu sembles un peu patraque. J’me trompe ?’

Ouais, j’étais directe comme femme. En même temps, je m’inquiétais pour elle. C’était normal de rentrer dans le vif du sujet. Et puis, elle devait bien avoir quelque chose de croustillant à me raconter aussi ! Ses journées étaient parfois mouvementées. Certes, donner des cours n’était pas une passion pour moi. Mais peut-être qu’il s’était passé quelque chose de différent cette fois ? Un élève blessé, un autre qui n’obéissait pas… Tout était possible. J’attendais patiemment sa réponse en sirotant la fin de mon verre. Je décidais de le remplir avec un peu de jus de fruit mélangé à de la Vodka. On restait dans le corsé, après tout… C’était aussi ça se détendre. Et puis, je vivais le moment présent car la vie des CME est menacée chaque jour où on part en mission. Beaucoup ont perdus la vie en combat, alors seul le présent compte désormais. Même si mon passé finit toujours par me rattraper…
(c) Ivy Stevens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
avatar
Personnel


Messages : 216
Âge du personnage : 32 ans
Groupe : Personnel
Eléments : Eau/Ténèbres/Sang

MessageSujet: Re: Take a breath in good company! [ft. Athena]   22.06.15 16:09

Ivy/Athena
1 180 mots
©OZ BURTON


Congrats !
Now, let's try to celebrate this properly ...

J'étais tellement préoccupée que je n'avais même pas pris le temps ni la peine de trinquer avec Ivy pour sa victoire. Je faisais une bien piètre hôte ce soir … Enfin bon. J'avais capté son regard du coin de l’œil, elle avait tout de suite compris que je n'étais pas en forme et que j'avais un poids sur les épaules et le cœur. Perspicace, comme toujours … Je l'écoutais cependant me raconter son dernier contrat, tout en sifflant à la suite plusieurs verres, mélangeant tout ce qu'il y avait de plus fort sur la table. Magie du sang, merci de cette bénédiction. Je pouvais boire jusqu'à être plus légère, contrôler mon taux d'alcoolémie sans problème. Apparemment, son dernier contrat n'était pas très juteux, même plutôt simple. Et puis, il semblerait qu'elle était dans un groupe très efficace. Elle avait utilisé des stratégies basiques, mais efficaces, surtout contre les monstres volants. Je souris et approuvais de la tête en entendant ça. Efficace, comme toujours, la plus si petite que ça Ivy.


« Effectivement, à t'entendre, c'était une formalité. Au moins, rien de grave n'est arrivé, c'est le principal. Un titan, rien que ça … C'est vraiment une autre paire de manches ça. Je me souviens encore de mon premier. Rien que pour grimper dessus ça a été pire que l'enfer. On n'avait pas de CME qui manipulait l'air, t'imagines la galère … J'ai dû utiliser mon sang pour pouvoir m'accrocher avec des sortes de piolets sur lui et grimper comme ça. Evidemment il arrêtait pas de se balancer, d'essayer de me virer comme si j'étais un simple moustique, quand les autres s'arrangeaient pour le faire tomber. Plus jamais je referais d'escalade, c'est moi qui te le dit ... »


Un verre de plus bu d'une traite. C'était quoi, mon sixième ? Heureusement que j'avais pas mal de réserves, sinon à ce rythme, ma belle compagnie n'allait plus rien avoir d'alcoolisé à boire. Ce serait dommage quand même.


« Bizarrement, les titans ne sont pas spécialement les plus violents. Ils sont juste … Franchement emmerdants quand tu manies pas l'air ou la gravité. Et encore, pour peu qu'il soit vivace, c'est pire. Un léviathan par contre, ça c'est sacrément vicelard. Et malin. Pour moi, ce sont probablement les pires à affronter individuellement. En groupe c'est … Enfin, tu sais quoi. »


Les brutaux. Ceux qui ont pris la vie de mes amis, et qui m'ont lacérée le corps et pratiquement tuée aussi. Encore aujourd'hui, j'évitais d'en parler. Et puis, si je m'y mettais maintenant, ça allait définitivement me plomber le moral, et là je ne serais pas récupérable avant au moins demain. Pas chouette pour une fête. Je tournais la tête vers la CME, l'air un peu désolée de m'étendre là-dessus. Elle me fixait d'un air inquisiteur. Elle essayait de savoir ce qui n'allait pas. Je la connais, c'est tout à fait son genre. Et ça ne servait à rien de lui cacher quoi que ce soit, Ivy est très persistante quand elle le veut. Et persuasive. Surtout qu'elle a de bons arguments, sans mauvais jeux de mots. Mon regard fut d'ailleurs brièvement attiré, sans m'y attarder. A contrecœur, mais bon. Alors que je piochais quelques biscuits apéritifs et pistaches, elle me posa finalement la question que j'attendais depuis quelques instants. Si je vais bien ? C'est une bonne question. Je fis un peu la moue, avant de soupirer longuement et de passer mes bras derrière le canapé, mon seul œil valide fixant le plafond.


« Tu ne te trompes pas. Et j'imagine que si je m'arrête à cette affirmation, tu vas me mitrailler de questions, alors je vais te répondre. Mais d'abord ... »


Il restait environ un quart de whisky dans la bouteille. Je la saisis et fit couler le liquide qui me brûlait la gorge jusqu'à la vider, avant d'aller en rechercher une bouteille et de resservir mon invitée. Les effets de ce que j'avais bu commençaient à se faire sentir. Je me sentais déjà un peu plus légère. Ca devait probablement se voir un peu sur mes joues.


« Bien, ceci étant fait … Il y a de l'inhabituel, et de l'inintéressant. Je ne sais pas si t'en as entendu parler étant donné que tu étais en mission. Deux élèves sont morts. Un première année et un troisième. A cause d'un brutal. Ils ont voulu jouer les héros pendant leur patrouille. Ca, c'était pour l'inhabituel. Evidemment, tu sais très bien pourquoi ça m'affecte autant. Ma mission, mon ancienne attitude, mes responsabilités de maintenant, tout ça … Quant à l'inintéressant, eh bien, je sature juste. Je me dis qu'il serait temps que je m'en aille, que je m'enferme chez moi à Ameefeld et que je ne sorte plus. J'aimerais pouvoir arrêter un peu, me poser. C'est dur de supporter tout ça toute seule. Je veux dire, sans partager ça avec quelqu'un de spécial.


Quelque part, j'envie un peu tous ces gamins qui sont là sans trop se soucier de l'état du monde. Ceux qui se croient dans une fiction et qui vivent leur vie d'ado de manière insouciante. Ceux qui arrivent à ne pas penser au sort des autres moins chanceux. Ils passent du bon temps, ils font la fête, ils sympathisent, s'aiment, se prennent la tête, se réconcilient ou pas … Alors que nous, nous sommes censés les former, essayer de gommer leurs mauvaises habitudes ou attitudes. On n'a pas le temps pour tout ça. Et ça me pèse, ça m'épuise. A peine rentrée d'une longue journée de boulot, les angoisses m'assaillent et ne me lâchent pas. Encore plus depuis le décès des deux jeunes. C'était y'a deux jours et demi. Deux jours et demi que je suis debout, sans dormir. Voilà, tu sais tout. Ca ne te manque pas, à toi ? Je sais que t'as jamais vraiment été très intéressée par ce genre de choses, à l'époque, mais ça a peut-être évolué, qui sait ? »



Encore un long soupir de ma part. J'avais un peu honte de ça. Beaucoup, à vrai dire. J'avais trente-deux ans. Je n'ai eu qu'une seule relation, certes sérieuse et qui a duré plusieurs années, mais mis à part ça, c'était le néant. Et aujourd'hui, je commençais à sentir ce manque. Stupide, n'est-ce pas ? Finalement, je me mis à sourire un peu, malicieusement, chassant grâce à l'alcool très certainement ces pensées déprimantes que j'avais lancées dans les airs. Un petit ricanement se fit entendre de ma bouche, les bras croisés, mon regard parcourant Ivy de haut en bas.


« En tout cas, j'te croquerais bien, mademoiselle la belle gosse ! »


Je m'approchais de son visage, la regardant droit dans l'iris, et murmurais un petit Rawr à son oreille, faisant un geste félin d'une main, avant de me reculer en riant un peu et lui adressant un petit clin d’œil. J'avais fait ça pour l'embêter, elle le saurait sûrement. Quoi que cela pourrait être drôle à voir, si elle me prenait au sérieux. C'est vrai qu'elle aussi, en terme d'amour, la CME aux beaux cheveux violets n'était pas franchement bien lotie.




_________________



Merci Ivy-chou ♥

Avatars:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
avatar
CME


Messages : 124
Âge du personnage : 25 ans
Groupe : CME
Eléments : Air † Terre ► Sable

MessageSujet: Re: Take a breath in good company! [ft. Athena]   22.06.15 20:17



Keep to be strong



Athena enquillait les verres les uns après les autres. Je faisais de même tout en écoutant ce qu’elle avait à me dire. J’avais exactement tapé dans le mille, la jeune femme n’était pas au meilleur de sa forme. D’ailleurs, elle venait d’avaler la fin de la bouteille de Whisky d’une traite avant d’aller en rechercher une bouteille et de remplir mon verre à nouveau. Je portais ainsi l’objet à mes lèvres avant d’y tremper légèrement ma langue tout en regardant l’ancienne combattante. Les explications sur son mal être fusaient, deux élèves sont morts durant ces derniers jours suite à une surestimation de leur capacité. Ce sont malheureusement des choses qui arrivent dans ce monde de brute, et c’est aussi pourquoi nous étions là. Ca me désolait de voir que certains d’entre eux prenaient les monstres à la légère. Ces créatures étaient là pour nous anéantir et les élèves ne savaient pas forcément comment s’y prendre face à elles. Voilà un cas typique – et heureusement rare – d’élèves insouciants. Je continuais d’écouter la brunette qui ne s’arrêtait pas de parler.

La suite fût pour le moins attristant. Elle en avait tout simplement marre de sa situation – tant amoureuse que professionnelle – et avait envie de tout arrêter. Retourner à ses origines et ne plus en bouger, vivre autrement et laisser les autres accomplir le travail de toute une vie. C’était un moment de la vie à affronter, celui où tout semble futile et que finalement, on a raté ce qu’on a toujours voulu réussir. Je pouvais très bien comprendre cet état d’esprit, et j’étais là pour lui remonter le moral. Ce serait bête de voir quelqu’un comme Athena disparaître de Dandelion. Les élèves avaient besoin d’elle, même s’ils ne le savaient pas. C’était un très bon professeur, et personne ne pourra jamais dire le contraire. Dans le pire des cas, je leur tomberai dessus pour leur montrer ce qu’on est capable de devenir grâce à ses enseignements.

– Tu sais… Les élèves insouciants, il y en aura toujours. Ils ont payés le prix de leur désobéissance par la mort, et on ne peut plus rien pour eux. Au pire, ça servira de leçon à ceux qui pensent que le monde leur appartient, et que les monstres ne sont là que pour se défouler. Ca me désole de voir qu’il existe encore des jeunes qui se fichent de ce qu’il se passe dans le monde, de quoi sont réellement capables les monstres. Ceux-ci ne doivent pas avoir vécu ce qu’on a vécu… Et puis, tu sais, par rapport à ce que tu traverses en ce moment… Je suis là si tu as besoin de réconfort. Il ne faut pas voir les choses de cette manière. Sans toi, les élèves sont perdus. Ce n’est qu’une mauvaise passe à affronter, et je sais que tu peux le faire.

Il est vrai que j’envie aussi ces gamins qui ne pensent pas à tout le mal qu’on se donne pour les garder en vie, pour les former et faire en sorte qu’ils deviennent de bons combattants. Ils ne pensent qu’à s’amuser à longueur de temps et considère le boulot comme une tâche ingrate. Et tu sais aussi que je te comprends sur le fait que je n’ai personne avec qui partager ça. C’est difficile de rentrer le soir sans avoir quelqu’un à ses côtés, cependant… Je ne le vis pas si mal pour l’instant. Je n’ai jamais réellement goûter à l’amour, en fait, je dois même avouer que je ne sais même pas ce que ça fait d’être amoureuse. Je prends les choses comme elles viennent, et le jour où je tombe sur celui qu’il me faut… Peut-être que ça me changera. En attendant, je suis là pour te soutenir. Ce n’est pas le même sentiment, mais tu sais que tu peux compter sur moi dans tes moments difficiles.


Et les moments difficiles, il y en avait. Surtout lorsque l’on dévouait sa vie aux autres. Certains ne savent même pas comment vous remercier, et ne vous prennent pas au sérieux. Pourtant, ce n’était pas faute d’essayer. Ces gamins avaient besoin d’une figure pour les guider comme Athena. Il ne fallait vraiment pas qu’elle quitte l’académie, ou du moins… Pas maintenant. Mais je n’étais pas là pour la forcer à faire quoique ce soit. Il fallait qu’elle agisse comme elle en avait envie, et puis si justement l’envie n’était plus là… C’était inutile de continuer. Mais avant que je puisse ouvrir la bouche pour lui dire ce que je pensais, elle me regardait de haut en bas avant de me dire clairement que j’étais son style. Elle s’approchait délicatement avant de rugir légèrement au niveau de mon oreille, imitant un félin. Je lui souriais, en sachant pertinemment que je n’étais pas de ce bord là. Mais Athena avait son charme et je lui rendis son clin d’œil.

– Tu sais bien que je ne suis pas de ce bord là Athena, mais… Si je l’avais été, ça aurait été avec plaisir !

Je riais de plus belle, c’était tellement bon de se détendre. Je me resservais un verre avant de l’engloutir en une seconde. La soirée ne faisait que commencer et pourtant, le taux d’alcoolémie était déjà bien élevé !
(c) Ivy Stevens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
avatar
Personnel


Messages : 216
Âge du personnage : 32 ans
Groupe : Personnel
Eléments : Eau/Ténèbres/Sang

MessageSujet: Re: Take a breath in good company! [ft. Athena]   23.06.15 20:49

Ivy/Athena
728 mots
©OZ BURTON


Congrats !
Now, let's try to celebrate this properly ...

Vider son sac faisait du bien, la plupart du temps. Ce n'était pas vraiment dans mes habitudes de me confier, j'étais plutôt du genre à prendre sur moi. Les personnes qui m'étaient les plus proches avaient elles aussi un emploi du temps chargé, leurs problèmes, et pas forcément le temps de passer ou de m'écouter. Mais ce soir, avoir Ivy près de moi me faisait du bien. Pas autant que l'idéal auquel je pensais puisque de toute façon les femmes ne l'intéressaient pas, mais on ne peut pas tout avoir. J'étais quand même très heureuse qu'elle m'ait rendu visite et qu'elle prenne le temps de m'épauler, alors que nous sommes censées fêter son contrat réussi, même s'il n'était pas spécialement compliqué pour une équipe bien entraînée comme la sienne. C'était une jeune femme sur qui je pouvais compter, comme mes autres proches.


Ses paroles pour me réconforter visaient juste. C'était quelque chose que j'appréciais beaucoup chez Ivy : elle sait quoi dire pour taper dans le mille. Elle arrive à comprendre les autres, et par extension, apaiser certains maux que les médicaments ne peuvent traiter. Si jamais un jour elle devait tomber face aux monstres, je risquais fort de changer encore une fois, et pas forcément en bien. Mais évitons de penser à cette éventualité, hein, sinon j'allais encore plomber l'ambiance. Je l'écoutais me répondre en cassant quelques pistaches et en les gobant dizaines par dizaines à la fois, comme un hamster. Les pistaches, c'est la vie, qu'on se le dise. C'est aussi pour faire un peu l'idiote. C'est mon remède quand je ne suis pas au mieux de ma forme et que je reçois quelqu'un chez moi. L'autodérision est un bon moyen d'évacuer sa propre négativité, et rire. Je la regardais donc dans les yeux, les joues gonflées par les pistaches, avant de les croquer. Je souris lorsqu'elle finit de me réconforter, et je ne pus m'empêcher de jouer la comédie, prenant un air et un ton exagérément mélodramatique.



« Aww, tu me brises tellement le cœur, Ivy-chou ! Quel gâchis que ce en soit que la gent masculine qui ait le droit de partager ta vie ! Je me ferais bien homme maintenant. »


Je ris un peu en lui donnant une toute petite tape du poing contre son épaule. Vu mon état, je préférais tout de même éviter de trop me coller à elle. Du moins, pour l'instant. Plus l'alcool coulerait à flot dans nos veines, et plus les câlins risquent de fuser. Peut-être. Qui sait ? Ca ne serait pas pour me déplaire, ça fait une éternité depuis la dernière fois où j'ai reçu des marques d'affection physiques.


« En tout cas merci. C'est gentil à toi. Et désolée de m'être un peu étalée comme une carpette pendant qu'on est censées célébrer ta prime. J'pense que ça ira maintenant. J'espère que pour toi aussi, maintenant comme plus tard. »


Je lui fis un sourire sincère. Tant qu'elle serait là, et que mon esprit sera occupé à l'amuser, je ne repenserais pas à ce qui me pesait sur les épaules jusqu’à présent.


« Au fait, vu ce qu'on est en train de boire, comme d'habitude, tu pourras dormir ici si tu veux. Y'a de la place. Je n'ai pas très envie qu'il t'arrive quoi que ce soit sur le chemin du retour jusqu'à la ville. D'ailleurs, tu veux un peu d'eau ? Moi j'ai pas de problème pour tenir, mais toi, c'est une autre paire de manches ... »


Cette dernière phrase, je l'avais prononcée malicieusement, comme si c'était un défi masqué. Etant donné que je pouvais régler la densité de mon sang à volonté, j'agissais également sur mon taux d'alcoolémie. Avec cette astuce, elle n'avait aucune chance. Sans par contre … Ivy se défendait très bien. Elle a toujours été une dure à cuire, quel que soit le domaine.


« Mais si tu préfères laisser un peu la boisson de côté pour le moment, on peut tout à fait faire autre chose. Tu m'as l'air un peu mollassonne avec tout ça dans le sang. Je vais arranger ça. »


Je ricanais malicieusement, avant de former une petite boule d'eau froide au bout de mon index, et de la lui jeter sur le visage, histoire de la réveiller un peu, même si elle n'en avait pas forcément besoin. Oui, j'avais envie de l'emmerder un peu..




_________________



Merci Ivy-chou ♥

Avatars:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
avatar
CME


Messages : 124
Âge du personnage : 25 ans
Groupe : CME
Eléments : Air † Terre ► Sable

MessageSujet: Re: Take a breath in good company! [ft. Athena]   24.06.15 1:33



Pool Party



Elle trouvait ça dommage que je ne m’intéresse pas aux femmes et serait même tentée de devenir un homme. Athena me faisait sourire, le moment de détente arrivait enfin réellement. Je me sentais bien de l’avoir aidé à vider son sac. Elle semblait moins préoccupée par ses soucis et c’est ce que je voulais : qu’elle n’y pense pas. Il fallait donc continuer sur notre lancée, et la jeune femme savait exactement comment faire. Son ton était complètement exagéré et montrait à quel point ça l’amusait de dire des choses dans le genre. Il est vrai que si j’étais attirée par la gente féminine, je n’aurais jamais refusé d’être avec Athena. Cependant, je l’aimais bien trop en tant que confidente et proche pour finir avec elle. C’était surtout la peur de la perdre. Vous savez : les amitiés finissent souvent en amour. L’inverse ne se produit quasiment jamais. Alors c’était une chance que je recherche le grand amour avec un homme et non une femme. Au moins, je pourrai rester proche d’Athena quoiqu’il arrive sans avoir peur de la perdre. La seule crainte que je pourrai avoir, c’est que ces foutus monstres l’emportent un jour… Mais j’étais là pour que ça n’arrive jamais.

– Ne t’inquiète pas. Tu sais pertinemment que lorsque ton petit cœur est lourd, tu peux faire appel à moi pour l’alléger. C’est à ça que servent les amies, non ? Et puis, il y a un temps pour tout. Maintenant que tu te sens mieux, fêtons dûment ma victoire !

Je sifflais encore un verre de Whisky avant de changer un peu de registre et partait sur un peu de vin blanc. Le raffinement après tous ces alcools forts qui commençaient à me faire légèrement tourner la tête. Cependant, j’étais encore assez maîtresse de moi-même pour savoir ce que je faisais et disais. Ce n’est pas ce peu d’alcool qui allait me rendre instable. Puis Athena me proposait de dormir ici pour ce soir afin d’éviter les problèmes pour rentrer. Sait-on jamais sur ce qu’on pouvait tomber la nuit, à Dandelion City. Elle terminait sur une demande que je n’allais pas refuser. Un peu d’eau me ferait le plus grand bien. J’acquiesçais avant de me lever rapidement vers la fenêtre et fumer une cigarette en quelques secondes. Enfin… Plutôt tirer une ou deux lattes dessus en évitant que la fumée ne parvienne à rentrer à l’intérieur. Il ne fallait pas pourrir l’appartement d’Athena avec une odeur aussi nauséabonde alors qu’un doux parfum régnait ici.

Elle déposait un verre d’eau devant moi avant que je ne commence à le porter à mes lèvres. Cependant, la jeune femme m’annonçait que j’étais un peu mollassonne et qu’on pouvait faire autre chose à part boire. Elle entama un combat de giclée d’eau qui allait mal finir ! Une petite bulle d’eau fraîche éclata à mon visage et me fit éclater de rire. Vous devez certainement savoir que quand l’alcool est plus présent dans votre corps que votre propre sang, vous riez pour rien. C’est exactement ce qu’il se produisait à l’instant. Je ne comptais pas me laisser faire mais contrairement à elle je n’avais pas d’élément inoffensif… Alors je passais dans son dos avec le verre à une vitesse si rapide qu’elle n’eût le temps de réagir. Mon verre d’eau n’avait pas fini dans mon gosier mais sur la tête de la jeune femme !

– Il te restait un peu de mousse là, t’as mal rincé tout à l’heure !

Je ricanais. On ne commençait pas une petite bataille d’eau avec moi sans que je ne puisse répliquer. Finalement, cette soirée va finir en concours de T-shirt mouillé ou son appartement va se changer en piscine municipale… Allez savoir !
(c) Ivy Stevens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
avatar
Personnel


Messages : 216
Âge du personnage : 32 ans
Groupe : Personnel
Eléments : Eau/Ténèbres/Sang

MessageSujet: Re: Take a breath in good company! [ft. Athena]   24.06.15 2:53

Ivy/Athena
808 mots
©OZ BURTON


Congrats !
Now, let's try to celebrate this properly ...

Ne pas m'inquiéter. Oui, c'était la meilleure chose à faire en cet instant. J'avais l'occasion d'évacuer toute la pression, la négativité et les idées noires qui me tourmentaient pour rire, m'amuser et être joyeuse. J'eus une petite pensée teintée d'ironie, quand je pensais au visage que je montrais aux élèves de Dandelion. S'ils me voyaient comme ça, je suis certaine qu'ils hurleraient à l'usurpatrice. Ou bien ils se moqueraient. Et dans ce cas, je leur aurait appris à faire l'autruche. Coup de poing dans l'estomac, coup de coude sur l'arrière du crâne et pouf ! La tête dans le sol. Bon nombre d'entre eux avaient déjà expérimenté ses effets.


Mon invitée s'était mis à de l'alcool plus raffiné, en passant à un petit vin blanc. Pour me moquer un peu, j'avais pris un air hautain, verre vide dans ma main, et levé le petit doigt en mimant l'acte de boire avant de le reposer et de rire comme une débile à ma propre connerie. On était un peu cuites toutes les deux, et on sait tous très bien ce à quoi ça mène. On rit pour un rien. Tant mieux, quelque part. Les problèmes s'envolent plus facilement. Je secouais un peu la tête en signe de désapprobation du fait qu'elle fumait, mais bon, je n'étais pas sa mère non plus. J'espère juste qu'elle n'aurait pas la malchance de tomber malade. Au moins, elle était respectueuse avec ça, puisqu'elle le faisait à la fenêtre. C'est une autre chose que j'aime beaucoup chez elle : elle fait attention aux gens. Peinte comme ça, Ivy est une vraie samaritaine en fait. Une samaritaine au visage à présent trempé. Je me moquais ouvertement, l'alcool aidant bien. Mais la vengeance ne se fit pas prier à arriver. Si j'avais été un peu plus sobre, j'aurais probablement pu anticiper le mouvement de la CME, mais dans cet état, je ne faisais que rire. Encore plus lorsqu'elle me vida le contenu de son verre d'eau sur la tête, alors qu'elle était dans mon dos.



« Je te remercie de ta sollicitude, très chère Ivy, inspectrice des travaux finis. La prochaine fois, pour éviter que cela ne se reproduise, tu devrais venir me rincer toi-même ! »


Dos à elle, j'avais tout le loisir de préparer ma contre-attaque. A quelques millimètres de ma bouche, je fis apparaître de l'eau, que j'aspirais, faisant semblant de rire et de m'essuyer la tête. Quand la boule fut suffisamment grosse, j'en aspirais une petite quantité, me retournais d'un coup et fis une attaque pistolet à eau sur la jeune femme qui me tenait compagnie. Dans le mille, un peu sur le visage, et un peu dans le cou. Sauf qu'étant donné que je m'étais retournée très rapidement, avec le sens de l'équilibre un peu perturbé, je manquais de me ramasser par-terre, sur le côté. J'avais une magnifique vue sur les jambes d'Ivy, loin m'en déplaise. Et là, l'idée de génie qui me traversa l'esprit. Le troll ultime. Une fusion discrète de sang que je cachais dans un voile de ténèbres, que je manipulais sans problème derrière mon « adversaire ». Je la séparais en deux pour que les deux serpents remontent le long de l'arrière de ses jambes, jusqu'au niveau de ses fesses, revenant un peu sur le devant, pour plus de réalisme. Et là, je laissais mon sang contenu dans l'enveloppe noire couler le long de sa peau. Fausse alerte aux règles, quel génie maléfique, surtout qu'elle portait un short en jean. Paaarfait ! Après un ricanement à peine dissimule, je fixais ses vêtements, en train de se teinter de pourpre, le sang dépassant même l'habit. Je fixais intensément la propagation des tâches, avant de relever doucement le visage vers le sien, lui adressa un énorme sourire avec toute l'innocence du monde, et lui pointait simplement du doigt son entrejambe.


« Je crois que ça s'appelle un petit problème technique ça, non ? »


J'arrivais à peine à garder mon sérieux, avant de retomber en arrière au sol, entre la table et le canapé, laissant éclater mon rire. Bon dieu, ça faisait du bien. Etre l'espace d'une soirée une imbécile heureuse à la maturité d'une gamine, y'a rien de tel pour combattre la dépression. N'empêche, j'étais quand même fière de cette blague. De toute façon, nous faisions quasiment la même taille, je pourrais lui prêter d'autres habits pendant que les siens seront au lavage. Quoi que, pour le haut … Elle avait plus de poitrine que moi, et selon ce qu'il me restait dans ma garde-robe, ça pouvait poser problème. Quoi qu'il en soit, on trouverait bien une solution plus tard. Je la laissais un peu dans l'embarras, je supposais, avant de l'asperger à nouveau avec mon élément aquatique, histoire de nettoyer ses sublimes gambettes.


« Désolée, c'était trop tentant. T'aurais dû voir ta tête, c'était génial ! »




_________________



Merci Ivy-chou ♥

Avatars:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
avatar
CME


Messages : 124
Âge du personnage : 25 ans
Groupe : CME
Eléments : Air † Terre ► Sable

MessageSujet: Re: Take a breath in good company! [ft. Athena]   24.06.15 5:41



Almost naked



Connaissant Athena, elle n’allait pas s’arrêter là. Lorsqu’une bataille commençait de cette manière, ce n’était pas pour s’arrêter en plein milieu. Elle ricanait la tête baissée et je n’eus pas le temps de me reculer qu’un pistolet à eau me gicla une flopée d’eau sur le visage. Il en coulait légèrement le long de ma nuque, avant de descendre un peu plus bas entre mes deux protubérances graisseuses plus communément appelé : Seins. Le pistolet à eau – en l’occurrence Athena – avait manqué de se rétamer par terre tant l’alcool coulait à flot dans ses veines. Et étrangement, il n’y avait pas que l’alcool qui coulait à flot. Je sentais une substance s’écouler de mon entrejambe, un phénomène assez désagréable en soi et intérieurement, je priais pour que ce ne soit pas ce que je pense. Pitié, ça n’est pas possible ! En baissant le regard, je voyais que mon short en jean se teintait d’un rouge bordeaux et que ça n’arrêtait pas. Ca allait même jusqu’à déborder… Mais c’est juste impossible ! Je n’attendais pas ces problèmes avant un petit moment et puis je fixais Athena, le visage pâle. Je serrais les jambes naturellement pour camoufler ce qui ne pouvait se cacher. Puis je vis un sourire se glisser sur le visage de la jeune femme avant qu’elle n’éclate de rire. En y repensant bien, elle maîtrisait  le sang… Je commençais à pouffer de rire naturellement lorsqu’elle m’annonça indirectement qu’elle était la source de cette effusion de sang.

– Je dois avouer que cette farce était très bien trouvée ! En attendant, il faudrait nettoyer ce short un peu… tâché !

J’ôtais la pièce de jean de mes longues jambes musclées avant de le laisser tomber sur le sol. Après tout, il n’y avait aucune gêne à avoir puisque nous étions entre filles. Seulement, le sous-vêtement était aussi plein de sang et je ne pouvais pas enlever ce bout de dentelle blanc. Du moins, je ne voulais pas… Non pas que j’étais pudique ou quoi, mais Athena devant un corps de femme dénudée… Je vous laisse imaginer !

– Et pour ça je fais comment maintenant ? T’y as pensé ? A moins de rester nue devant toi, mais je doute que ce soit une bonne idée !

Je lui fis un petit clin d’œil qu’elle comprendra forcément, surtout avec le sourire que j’arborais. Du coup, il fallait trouver un moyen pour que je puisse me changer tout en restant camouflée. Hmmm… Je pouvais très bien lui demander une serviette de bain afin de m’enrouler dedans mais je doutais que la jeune femme résiste à l’envie de tirer dessus en sachant que rien ne me protégeais le corps en dessous. Alors que faire ? Tenter de lui demander quand même en sachant pertinemment que cette soirée était axée sur l’alcool ? Pourquoi pas après tout.

– T’aurais une serviette de bain à me passer pour que je puisse au moins laver le sous-vêtement que tu as  souillée avec ton élément sanguinaire ?

Je ricanais en créant un léger courant d’air au niveau de mes jambes afin de faire sécher l’eau qu’elle m’avait gentiment envoyé pour me nettoyer le surplus sur la peau. Maintenant, il n’y avait plus qu’à attendre une serviette ou un paréo d’ailleurs, pour recouvrir mon corps dénudé !
(c) Ivy Stevens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
avatar
Personnel


Messages : 216
Âge du personnage : 32 ans
Groupe : Personnel
Eléments : Eau/Ténèbres/Sang

MessageSujet: Re: Take a breath in good company! [ft. Athena]   24.06.15 16:47

Ivy/Athena
910 mots
©OZ BURTON


Congrats !
Now, let's try to celebrate this properly ...

Avoir ce qui semble sur le coup une idée de génie, c'est bien. Réfléchir aux conséquences de cette idée avant de la mettre en pratique, c'est mieux. Et c'est ce que je n'ai pas fait, l'alcool brouillant une partie de mes capacités de réflexion. Etant donné que ma fusion élémentaire me permet de n'utiliser qu'uniquement mon propre sang, forcément j'allais en diminuer la quantité présente dans mon corps. Et bien évidemment, comme je n'y ai pas pensé, je n'ai pas augmenté sa densité afin de ne pas subir le contrecoup de l'ébriété. De ce fait, puisque le processus de dilution de tous ces verres que j'ai enchaînés est toujours en cours dans mon corps, j'allais devenir assez rapidement bien plus ivre que ce que je ne l'étais déjà. Et ça venait de commencer, d'ailleurs.


Je me mis à rouler sur le sol en riant sans pouvoir m'arrêter, encore plus en entendant la jeune femme aux cheveux violets me complimenter sur le tour que je venais de lui jouer. Un rire empreint de malice, de fierté, de stupidité et évidemment d'ébriété. En la regardant enlever son short en jean, mon visage prit un air d'intense concentration, alors qu'un « Oooooooh ! » enjôleur sortit de ma bouche, mon regard suivant le vêtement aller jusqu'au sol. Toute sourire, il remonta jusqu'à croiser celui d'Ivy.



« Waaah, c'est mon jour de chance aujourd'hui ! C'est pas tout le temps qu'on peut voir le début de strip-tease d'une beauté pareille ! »


Mon œil valide redescendit pour regarder sans gêne aucune les jambes ainsi dévoilées d'Ivy. Je m'approchais d'elle à quatre pattes, concentrée, avant de toucher du bout du doigt l'une de ses cuisses musclées. J'approuvais d'un hochement de la tête bref et sec, un petit sourire sur le visage, avant de m'asseoir entre mes tibias qui étaient contre le plancher. Et mon regard fut irrémédiablement attiré par ce sublime sous-vêtement en dentelle. Dentelle … DENTELLE … Sourire niais. Œil grand ouvert. Et un peu moins glamour, un petit filet de bave s'échappait du coin de ma bouche sans que je ne m'en aperçoive.


« Je vois que tu gardes la forme, c'est suuuper ! Et puis ces goûts vestimentaires, tu sais ce qui est beau ! Et puis, moi je dis pas non à te voir dénudée … Je sais rester sage ! Enfin, je crois. »


Je réfléchissais intensément, bras croisés, tête rivée vers le sol lorsqu'elle me demanda une serviette. Est-ce qu'il m'en restait ...? Bordel j'arrivais pas à me rappeler. Et soudain, l'illumination. Je me relevais péniblement, titubant un peu et m'accrochant au passage au haut que portait la CME, en direction de la salle de bain. Il ne me restait d'une petite serviette propre, utilisée initialement pour me sécher les cheveux. Je n'avais plus de grande, étant donné que je n'en avais que deux, et que l'autre était au sale. Du salon, Ivy pouvait entendre des mots inintelligibles, des bruits de chute d'objets au sol – rien de dangereux, plutôt du plastique, des vêtements, ce genre de choses – durant mes deux ou trois minutes d'absence. Je revins l'air victorieux, brandissant la petite serviette en l'air. Ca suffirait à la couvrir, normalement. Je la lui tendis, avant de me rasseoir par-terre, près de la table. Je me versais encore un verre plein d'alcool, mélangeant tout ce qu'il y avait de présent sur la table, excepté les sodas et bien évidemment l'eau. Je le vidais d'une traite, observant du coin de l’œil discrètement la belle Ivy. J'avais terriblement envie de l'embêter et de tirer sur cette serviette. C'était une envie irrépressible, du même genre que lorsqu'on laisse pendre une cordelette devant vous et qu'on vous interdit d'y toucher. Naturellement, vous avez envie de tirer dessus. Eh bien pour moi, cette cordelette, c'était la serviette. En plus ça rime. Et penser à ce simple fait me fit rire.


« Cordelette, ça rime avec serviette … Bwahahahahahahahah ! »


Oui, ça commençait à devenir risible. Risible et vraiment pathétique. Mais au moins, je m'amusais, je ne pensais plus à mes problèmes, et entendre mon amie Ivy rire réchauffait mon petit cœur et me rendait encore plus heureuse que l'air que j'en donnais. Je ne l'avais pas quittée de l’œil d'ailleurs, matant ce que je pouvais voir, jusqu'à ce qu'elle revienne avec la serviette autour de la taille. Ca lui faisait une sorte de minijupe, et c'était terriblement sexy sur elle. L'envie de la retirer pour rire était insoutenable, mais je préférais attendre le moment où elle s'y attendrait le moins. Avec quelques verres de plus, ça la ferait probablement rire encore plus ? Si c'était le cas, tant mieux. On était là ce soir pour elle quand même. Il fallait qu'elle s'amuse, qu'elle rigole. Et puis, son rire me faisait du bien, alors c'était tout bénef'. Je lui resservis un verre et le lui tendis, et fis de même pour moi.


« On a pas eu le temps jusqu'à présent, alors on trinque ? »


Etant donné notre ébriété à chacune, viser allait être du sport. Personnellement, je m'étais préparée en tirant la langue sur le côté, en guise d'extrême concentration. Si j'avais eu mes deux yeux valides, l'un d'entre eux aurait été fermé. Mais bon, là, si je le faisais, je serais aveugle, et c'est pas vraiment la meilleure idée du monde de trinquer les yeux fermés. Je pourrais jeter le contenu de mon verre sur elle, par exemple. Et ça serait bête.




_________________



Merci Ivy-chou ♥

Avatars:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
avatar
CME


Messages : 124
Âge du personnage : 25 ans
Groupe : CME
Eléments : Air † Terre ► Sable

MessageSujet: Re: Take a breath in good company! [ft. Athena]   25.06.15 5:59



Totally drunk



Les yeux de la jeune femme étaient émerveillés devant mon corps dénudé, et je dois avouer que c’était bien normal. Après tout, elle aimait les formes féminines. Son index touchait ma cuisse en pressant dessus, le muscle était ferme et son doigt ne pouvait pas entrer bien profondément dans la peau. Elle bavait littéralement devant la dentelle qui recouvrait mes parties intimes. Et quand je dis littéralement, ce n’était pas pour vous mentir. Un filet de bave s’écoulait de sa cavité buccale sans qu’elle ne s’en rende compte. Je riais comme une idiote en voyant que je la faisais baver. Car à cet instant, je voyais la bave comme celle d’un escargot, et j’imaginais Athena comme un petit escargot entrain de me mater depuis le sol. Elle me complimentait sur mes goûts vestimentaires ainsi que sur ma forme actuelle. C’est vrai que j’entretenais mon corps assez régulièrement. Ce n’était pas non seulement un devoir, c’était aussi une passion. Le sport était toute ma vie, il m’avait maintenu en vie et avait fait en sorte que je garde une forme exceptionnelle. Athena se relevait tant bien que mal, en s’accrochant à mon haut extensible et dévoilant mon soutien gorge blanc par la même occasion.

Titubant jusqu’à sa salle de bain pour aller me chercher quelque chose, la jeune femme prononçait des mots que je ne comprenais pas. Parfois, des bruits étranges provenaient de l’endroit où Athena se trouvait. J’essayais de rejoindre le canapé avec un peu de mal avant de penser que je pouvais le tâcher. Mon corps allait tomber quand mes mains me repoussèrent en avant pour éviter de salir le joli canapé, du coup je m’écrasais sur le sol froid. La jeune femme revenait, la serviette pointée vers le plafond. Je partais donc en direction d’un endroit assez camouflé pour pouvoir me changer. Je  m’enroulais donc dans la petite serviette qui faisait office de mini jupette. Le sous-vêtement passait par le bas afin de le mettre de côté en attendant qu’on puisse le laver. Mon corps était complètement nu en dessous, et le risque était grand : Athena allait-elle résister à cette envie folle de tirer sur la serviette ?  Mais je crois que son esprit était tellement ailleurs qu’elle n’y penserait certainement pas. Elle sortit une blague à laquelle personne ne rirait en temps normal. Mais l’ébriété nous rendait complètement… Zinzin. Alors je me mis à exploser de rire en entendant Cordelette. Ce mot m’avait littéralement tué les zygomatiques. Je revenais vers la jeune femme, les larmes aux yeux. J’avais bien entendu sa blague de là où j’étais, et je n’avais pas pu retenir ce fou rire. Ca faisait énormément de bien de rire comme ça. Elle me servit un autre verre avant de remplir le sien et de vouloir trinquer. Ce moment risquait de rester dans les annales.

– Allons-y. A trois… Un… Deux… TROIS !

Nos verres s’entrechoquaient et du liquide s’en échappait, la moitié de leur contenu se trouvait sur le sol, et le reste finissait dans nos gosiers respectifs. Ma tête tournait réellement, l’alcool faisait amplement son effet et mon cerveau ne répondait plus de rien. La soirée s’annonçait encore plus épique si on continuait à remplir nos foies des breuvages alcoolisés !
(c) Ivy Stevens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
avatar
Personnel


Messages : 216
Âge du personnage : 32 ans
Groupe : Personnel
Eléments : Eau/Ténèbres/Sang

MessageSujet: Re: Take a breath in good company! [ft. Athena]   25.06.15 20:11

Ivy/Athena
1 137 mots
©OZ BURTON


Congrats !
Now, let's try to celebrate this properly ...

Depuis combien de temps n'avais-je pas vu un corps féminin autre que le mien aussi dénudé ? Longtemps. Et de ce que je me rappelle, c'était pas beau à voir, étant donné que c'était durant une mission compliquée dans ma carrière de CME. Une coéquipière s'était salement fait toucher. Ses chairs étaient à vif sur une grande partie de son corps, et comme par chance nous étions du même groupe sanguin, je m'étais occupée d'elle et de lui transfuser mon sang tout en lui administrant les premiers soins. Pas forcément un de mes meilleurs souvenirs d'un corps féminin, vous en conviendrez. En plus, vu mon état actuel, j'avais l'impression qu'une déesse était descendue du ciel rien que pour moi. D'où la bave, probablement.


Pour ne rien arranger, en me relevant, j'avais par inadvertance libéré une partie de sa poitrine, masquée par un soutien-gorge assorti à ce qu'elle portait plus bas. Merci, jeune déesse de m'offrir ce merveilleux cadeau, c'est un vrai bonheur pour les yeux. D'ailleurs, je crois que quelques larmes de joie coulèrent. Enfin qu'importe, tant qu'elles symbolisaient mon bonheur ! Mademoiselle la déesse, vous me torturez avec cette tentation irrésistible de vous croquer … Et ce fut pire lorsque je revins de la salle de bain. Mon invitée était étalée au sol, dans une position assez suggestive et suffisante pour qu'une grosse vague de chaleur me traverse des pieds à la tête, jusqu'à la pointe de mes cheveux. Qu'ai-je fait pour mériter autant de tentation ? Je secouais la tête, et sans réfléchir, histoire de me refroidir les idées, je fis apparaître une boule d'eau froide que je me projetais sur le visage. Mais rien n'avait changé, à part nos rires qui se faisaient entendre encore plus fort. Et moi, j'avais de plus en plus chaud, entre la vue du corps d'Ivy et l'alcool … Allez, courage Athena, tu peux le faire. Teste ta résolution ! Deux claques retentissantes contre mes joues plus tard, je rejoignis donc le canapé et espionnait cette beauté céleste aux cheveux violets. Oooh mon dieu retenez-moi. Cette délicatesse et lenteur avec laquelle ce bout de tissus à dentelle descendant le long de ses jambes bien fermes mais délicates … Je déglutis à l'instant où il toucha le sol, et où Ivy les leva et se pencha pour le ramasser. Par réflexe, je me penchais aussi, espérant inconsciemment pouvoir voir quelque chose, mais bien évidemment, la vue était partiellement masquée. Maudit karma.


La CME revint vers moi en riant de concert avec moi. Nous étions totalement dévastées par l'alcool. Et il en restait un sacret paquet à boire. Mais d'abord, concentration extrême avant l'effort. Viser juste, pas trop fort histoire de ne pas péter le verre et se planter ses morceaux dans le corps en voulant les ramasser, ne pas verser trop de liquide par-terre … Le tout avec les vertiges, s'il vous plaît. Ivy donna le signal, et le résultat de cette préparation intense et extrême fut payant. Enfin, presque. On avait vidé nos verres respectifs de moitié sur le sol. Bon, ben j'imagine qu'on ne peut pas réussir parfaitement à tous les coups ! Je descendis mon verre d'une traite, mais mes gestes étaient un peu trop brusques, et du coup, je me renversais un peu d'alcool sur la gorge. Le liquide coula sur ma peau, jusqu'à s'infiltrer entre et sur ma poitrine. D'abord, je n'y fis pas attention, ce n'est qu'après le troisième verre d’affilée que je nous avais resservis immédiatement après avoir trinqué et descendu les deux autres je m'en rendis compte. Oh et puis zut, il faisait bien trop chaud de toute façon. Le cocktail Ivy/alcool était diablement efficace et me mettais dans tous mes états. Tant pis, rester comme ça n'arrangera pas les choses. L'air un peu fiévreux et embrumé, je pris la parole, le ton à mi-chemin entre la taquinerie, la sensualité et l'air ivre joyeux.



« Pfouuuh qu'est-ce qu'il fait chaud ici … Permettez-moi de me mettre à l'aise, chère créature divine et céleste ... »


Je retirais ma robe avec difficulté, restant un peu coincée dedans quelques instants. Mais plutôt que de demander de l'aide, ça me fit rire bêtement. Un rire étouffé par le vêtement qui s'accentua follement lorsque je réussis à m'en débarrasser, et que pour m'amuser, je l'avais envoyé sur la tête d'Ivy. J'étais en sous-vêtements, également en dentelle, mais à la différence de la jeune femme, les miens étaient noirs, et plutôt élaborés. Probablement mon côté féminin qui ressortait lorsque je choisissais ce genre d'articles … Je lançais un regard amusé à mon invitée, le rouge aux joues étant donné l'ébriété, avant de m'approcher d'elle lentement, la fixant dans les yeux, avant de m'asseoir entre mes tibias juste devant elle, et d'attraper une de ses jambes entre mes bras. Oooh quel doux contact. J'étais probablement morte à présent d'un coma éthylique, mais je m'en foutais. Je posais ma joue fiévreuse sur sa cuisse un peu plus fraîche, l’œil fermé, et la frottais comme un chat le ferait avec sa maîtresse.


« Aaah quel bonheur … Quelle douceur … Le paradis c'est bien mieux que d'être encore en vie ! »


La bave me revint à la bouche sans que je m'en rende compte. Dévastée était un bien faible mot qualifiant mon état. Mais j'étais heureuse. En même temps, une créature divine était là rien que pour moi, c'était un honneur ! J'y déposais également quelques bisous, un peu baveux pour le coup mais ça, ce n'était qu'un détail. Et cette serviette qui me narguait tellement … Je bouillonnais d'envie de la retirer espièglement pour la taquiner et l'embarrasser un peu, mais l'heure n'était pas venue. Avec un grand sourire niais au possible, je me reculais et je regardais son beau visage.


« Et si on se faisait un jeu de boisson ? On pose une question chacune notre tour, et si l'autre l'a déjà fait, elle doit boire un verre, et raconter en détail ensuite ! Je te laisse commencer, si tu veux et si ça te dit. »


Suite à cette proposition, et en attendant sa réponse, j'avais reposé ma joue sur sa cuisse, lui caressant l'autre jambe doucement du bout des doigts, sans aucune arrière-pensée. Juste par affection et délicatesse. Un côté de ma personnalité qu'une seule personne avait eu l'occasion de voir, il y a bien longtemps. Laisser ce côté affectif s'exprimer me libérait d'un très gros poids, mine de rien. Etrange, mais je ne me posais pas plus de question que ça. De toute façon, mes capacités de réflexion étaient réduites à néant maintenant.. C'était si doux, si agréable … J'étais sur un petit nuage paradisiaque. Non, vraiment, il n'y avait pas d'autre possibilité : j'étais morte. Eh bien, si la mort c'était ça, c'était cool hein, je regrette pas. Pas une seule seconde.




_________________



Merci Ivy-chou ♥

Avatars:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
avatar
CME


Messages : 124
Âge du personnage : 25 ans
Groupe : CME
Eléments : Air † Terre ► Sable

MessageSujet: Re: Take a breath in good company! [ft. Athena]   26.06.15 16:55



Let's play a game



Je ne pouvais pas vous dire exactement dans quel état nous étions. C’était situé entre l’ivresse la plus pure et la folie complète. Les rires ne cessaient pas, peu importe ce que nous faisions. Et autant vous dire que nos cerveaux ne répondaient plus réellement, laissant nos actes nous guider à travers cette soirée. J’étais assise à côtés d’Athena jusqu’à ce qu’elle décide de se déshabiller. La tâche fût quelque peu difficile, ça me faisait marrer de la voir galérer à ôter sa robe, et pour me punir, je me la pris en pleine figure. Le voile rouge retombait sur mes yeux, et je secouais la tête pour la faire glisser. Secouer… C’était une très mauvaise idée, je n’avais absolument pas d’équilibre et une fois que la robe était au sol, je roulais avec elle. Elle possédait des sous-vêtements du même style que les miens mais de couleur complètement opposée. Cette nuance sombre lui allait parfaitement au teint, et ça la mettait bien en valeur. Au point où nous en étions, je décidais d’enlever mon haut afin de me mettre le plus à l’aise possible. La chaleur, la folie, l’alcool… Tout ça faisait un très mauvais mélange, attention au retour de bâton ! Athena s’agrippa à ma jambe et se frottait à elle comme un félin. Elle était chaude, ça me faisait un bien fou.

– On est… au paradis ! Comme on est bien ici !

On délirait complètement, et la jeune femme ne daignait pas lâcher ma jambe apparemment bien trop douce pour être libérée. Athena bavait d’envie. Deux envies bien distinctes : la première était de me sauter dessus à la première occasion car l’alcool la rendait complètement déchaînée face à mon corps. La deuxième était de retirer la serviette qui camouflait mes parties intimes, et j’avoue que c’était bien tentant. Si la situation était inversée, je pense que je n’aurais pas résisté, surtout à cause de notre état déplorable. D’ailleurs, Athena me proposait un petit jeu qui nous aiderait à vider ce qu’il restait de boisson sur la table. Boire, poser des questions et y répondre… Ca ne devait pas être bien compliqué après tout… Enfin, c’est ce que je croyais. J’avais plutôt du sang dans l’alcool que l’inverse !

– Allez, c’est d’accord ! Et je commence… Heu… T’as dis que ça te manquait, l’affection d’une autre personne… Y a personne dans ta ligne de mire en ce moment ?

Cette question était un peu… idiote ? Non seulement parce que j’étais face à elle, que l’alcool coulait comme une fontaine dans nos veines et qu’elle n’avait pas toutes ses facultés cognitives à l’instant où je posais cette question. Je buvais alors une grande gorgée avant de laisser s’échapper un petit ‘Ah’ et d’attraper la longue chevelure de la jeune femme. Ils étaient encore légèrement humides mais ils étaient si doux. Je m’amusais à passer ma main de haut en bas tout comme elle s’amusait avec ma jambe. Des petits moments câlins sans arrières pensées, ça faisait du bien parfois. C’était surtout quelque chose que je ne connaissais pas réellement. Après tout, je n’ai jamais eu une seule personne affectueuse dans mon entourage et c’était un choix personnel. Pour arriver à mes fins, je devais ne pas avoir de faiblesse. L’amour, l’amitié… Tout ça n’était que faiblesses. Désormais, ça ne me ferait pas de mal de m’ouvrir un peu ! Je fixais la jeune femme en attendant sa réponse, et ensuite, je suppose que c’était à son tour. Quelle genre de question me réservait-elle ?
(c) Ivy Stevens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
avatar
Personnel


Messages : 216
Âge du personnage : 32 ans
Groupe : Personnel
Eléments : Eau/Ténèbres/Sang

MessageSujet: Re: Take a breath in good company! [ft. Athena]   26.06.15 22:16

Ivy/Athena
1 621 mots
©OZ BURTON


Congrats !
Now, let's try to celebrate this properly ...

Après m'être débarrassée de ma robe, me laissant en sous-vêtements et prenant une pose sexy avec un sourire charmeur en pure autodérision, je hurlais de rire en me tenant les côtes tant la réaction d'Ivy m'amusa. « Il en faut peuuu pour être heureux, vraiment très peu pour être heureux » comme on dit. Et je pense que cette phrase pouvait très bien s'appliquer à la soirée que je passais en compagnie d'Ivy. Je crois qu'à ce stade, rien que le fait de nous regarder pouvait nous faire rire comme deux baleines. On devrait faire un spectacle tiens … Concerto pour baleines en ré mineur. Ca sonnait bien. Ca sonnait classe. J'aime. Je ris. Je me moque du fait qu'elle se soit ramassée par-terre.


« Alerte, alerte, on nous signale une otarie qui s'est échouée sur le sol ! »


J'avais mal aux côtes, mais je ne pouvais pas m'arrêter. Moi aussi, manquant d'équilibre, j'allais m'écraser au sol d'ici quelques secondes. Les spasmes me donnaient le tournis, et c'est finalement lorsque je me penchais en avant que ma chute fut inexorable. Et quelle chute ! Les mains coincées entre mon ventre et mes cuisses, je ne pus pas les sortir à temps, et mon visage s'écrasa sur le sol. Un beau faceplant ça ! Dix sur dix ! Heureusement que ce n'était que mon front qui était entré en collision. Mais un magnifique bruit, entre deux rires, donc en plein blanc s'était fait entendre. A gorge déployée, nos rires se mélangeaient en parfaite harmonie. Bon, pas tant que ça, étant donné que le mien était étouffé par ce gentil sol qui était là pour moi lui aussi. Merci sol, je sais qu'à chaque fois que je tombe à terre, tu seras là pour moi et pour me rattraper. Je devais faire ma déclaration. Le moment était parfait. Relevant un peu ma tête à quelques centimètres du plancher, je pris la parole. C'était mon moment !


« Je t'aime le sol. Tu m'as sauvé encore une fois. Marions-nous ! Quoi ? Tu es déjà pris !? Je comprends … Tant pis, restons bons amis ! »


Se faire rejeter par le sol, ça faisait mal à l'ego. Mais ça ne m'affecta pas plus que ça. Peut-être qu'au fond ce n'était pas de l'amour, mais de l'amitié très forte ? Oui, c'était sûrement ça ! Après tout, nous ne parlions pas beaucoup. Je ne savais au final pas grand-chose de lui, à part qu'il me soutient en permanence … La preuve : je ne savais même pas qu'il était marié ! Peut-être même qu'il avait des enfants ? Enfin bref. Ce n'était pas grave, tout allait bien. Lorsque je retournais la tête, mes yeux se posèrent sur Ivy, qui était en train de retirer son haut. La chaleur qui me traversait de haut en bas était intense. C'est peut-être un peu pour ça, et pour la calmer un minimum qui sait, que je m'étais accrochée à sa jambe.


« Bien sûr que c'est le paradis, regarde-toi, à ce niveau, c'est impossible d'être humaine, tu es forcément une déesse ! Et qui dit déesse dit paradis ! »


Je devais impérativement réprimer l'envie de retirer sauvagement cette putain de serviette de la taille d'Ivy. En repensant à ma blagounette de tout à l'heure, je me dis qu'heureusement ce ne soit pas une serviette hygiénique géante qui lui cachait l'entrejambe. Ca ne serait pas correct de se conduire de façon aussi sauvage avec l'ange Ivy, voyons ! Elle accepta mon jeu volontiers. En soupirant longuement, je me résignais à quitter cette jambe que j'aimais tant. La regardant de mon œil d'un air très sérieux, je ressortis une connerie monumentale.


« On se reverra, jambe. On fera vraiment connaissance cette fois. C'est promis ! »


Alors qu'elle posa sa question, je me rassis aux côtés de la femme à la chevelure violette. En parlant de ça, et après avoir posé sa question, elle s'amusa avec mes cheveux. Ouuuh que j'adorais ça. Etant donné que mon bain était récent, je n'avais pas eu le temps de les coiffer convenablement,e t donc aux oubliettes les bouclettes ! Tiens, encore une rime, qui me fit pouffer de rire. Je fermais mon œil quelques instants, savourant tranquillement l'affection que m'offrait Ivy. Si j'avais été un félin, je ronronnerais sûrement. D'ailleurs, sous l'effet de l'alcool, des espèces de micro-ronflements s'échappaient de ma gorge, en guise de simili-ronronnements. Que de mots compliqués pour ma pauvre petite tête embrumée … Cela dit, j'étais en intense réflexion. J'étais capable, en me concentrant énormément, de réfléchir à des questions simples comme celles-là. Au bout de quelques secondes, longues, pendant lesquelles on aurait pu croire que je m'étais endormie, je bondis du canapé en hurlant.


« OUI JE SAIS ! J'en suis sûûûreaaAAAH ! »


Je m'étais vraiment relevée trop vite. L'équilibre de la femme ivre … Evidemment je m'étais écrasée en avant, après un petit bond puisque j'ai glissé sur ma propre robe qui était restée au sol. Du coup, on avait une bouteille en moins, et oh ! Quel hasard ! Ce fut sur mon shorty en dentelle que l'alcool se renversa. Bon, eh bien il semblerait que moi aussi j'allais être en soutien-gorge/serviette. Me relevant difficilement à quatre pattes – et offrant du coup par la même occasion une subliiime vue à moins d'un mètre d'Ivy-, je riais encore de ma propre maladresse.


« J'ai rien, j'ai rien ! Je vais juuuste … juste … me changer. Enfin, je crois. »


Pour ne pas retomber encore une fois, je choisis la voie de la sagesse. Enfin, ce que mon état me faisait penser à ce qu'était la sagesse : je rampais, tel un soldat en plein parcours d'obstacle. Ma mission : arriver saine et sauve dans la salle de bain, prendre une serviette à l'ennemi, et revenir en pleine forme. Une mission très difficile, mais pas impossible pour le sergent Monarch. En effet, malgré quelques collisions avec les murs ou la porte du fait que je ne voyais plus forcément correctement à cause du tournis, je revins fièrement devant Ivy, faisant tournoyer la serviette une fois assise.


« Impressionnée, hein ? Et attends, c'est même pas fini ! »


En me relevant, j'allais me mettre là où elle s'était mise elle-même, l'imitant tout en ajoutant plus de lenteur et de sensualité à ce déshabillage discret. Peut-être qu'elle aussi allait profiter pour observer, qui sait. Une fois la serviette bien mise en place, je ramenais une nouvelle bouteille, histoire de remplacer la précédente que j'avais gaspillée, et me replaçais à ses côtés. Je pris sa main délicatement dans la mienne, et la lui fit déposer entre mes cheveux, comme avant que je ne parte. Et moi, je me remis à caresser doucement sa cuisse du bout des doigts, effleurant sa peau, alors que mon autre main fit pareil avec son bras et ses côtes. Chatouilleuse, la CME ? Nous allions le savoir …


« Aaaalors, pour ta question ... Hmmm … C'était quoi déjà ? Aaah oui ! Si j'ai quelqu'un en vue ! Oui, depuis peut-être deux ans. Il me semble que c'est deux ans … Oh je sais plus, c'est pas ça qui est important ! Même si elle n'acceptera probablement jamais, c'est pas grave, parce que même si elle est heureuse toute seule ou avec un homme, quitte à me délaisser un peu, je le serais aussi, et ça changera rien à notre proximité pour moi parce que je l'aime quand même ! Je suis sûre que tu sais de qui je parle ! »


Je n'avais aucune honte en ce qui concernait mes sentiments. Ni à les dire lorqu'on me posait la question, même si parfois, vu mon attitude proche et taquine envers mes amies de sexe féminin, on pouvait se poser la question de si je n'éprouvais que de l'amitié ou de l'amour envers elles. Je lui souris amicalement, me rappelant au passage de ma première et unique relation amoureuse. J'étais devenue CME, et mon ex-petite amie à l'époque avait échoué le concours. Elle avait donc abandonné l'idée et était devenue une citoyenne tout ce qu'il y a de plus normale. C'est à ce moment que nous avions décidé de nous séparer. Encore aujourd'hui, on se voit de temps en temps, comme des amies, bien que j'aurais préféré continuer notre relation. Mais elle était mariée maintenant, et mère de famille. Quoi qu'il en soit, nous sommes toujours en très bons termes, et c'était une bonne chose. Mes sentiments se sont retransformés en amitié profonde, sans mauvais jeu de mots, donc rien n'était perdu. Etant donné que j'avais répondu, c'était maintenant à mon tour d'en poser une à Ivy.


« Bien … Que vais-je bien pouvoir te demandeeer … Ah oui je sais ! Est-ce que tu as déjà embrassé langoureusement une femme, pour un défi, un jeu à une soirée étudiante, par curiosité ou par plaisir ? »


Gros sourire niais. Etant donné que moi-même, je l'avais déjà fait, je me servis un verre et le vidais d'une traite. J'avais hâte d'entendre sa réponse, et ça devait se voir avec mon air taquin sur le visage. Visage qui la dévora de haut en bas, buguant littéralement sur sa poitrine. Un rien la séparait de l'air libre. Allez Athena, soit forte face à cette tentation. Tu ne perdras pas face à une paire de seins quand même ! Et face à une serviette autour d'une taille, sans rien en-dessous. C'est bien de ne pas oublier ne serait-ce qu'un seul de ses ennemis. Remarque, moi aussi j'étais nue sous la serviette assortie à celle d'Ivy. Et, coïncidence, la sienne était noire et la mienne blanche. L'inverse de ce qu'on portait à l'origine.




_________________



Merci Ivy-chou ♥

Avatars:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
avatar
CME


Messages : 124
Âge du personnage : 25 ans
Groupe : CME
Eléments : Air † Terre ► Sable

MessageSujet: Re: Take a breath in good company! [ft. Athena]   27.06.15 3:38



I'm losin' control



Comment vouliez-vous ne pas rigoler avec des femmes aussi éméchées ? Athena sortait une blague complètement délirante. Elle m’avait comparé à une otarie échouée, et c’était exactement ce que j’étais à l’instant ! Je n’arrêtais pas de rire, de glousser, de piailler et je peux encore vous citer des mots pour vous décrire ces rires incessants si vous le voulez. La jeune femme riait tellement qu’elle finissait par me rejoindre sur le sol. On y était bien, il faisait frais par terre en réalité. La chaleur de nos corps avait tellement augmentée que nous étions une fournaise assise sur la banquise. Elle fixait le sol avant de lui faire son éloge et de le demander en mariage. QUOI ? Elle demandait le sol en mariage avant même d’essayer avec moi ! Mais cette fille, je vous jure ! Aucun respect envers les belles choses de la vie. Cependant, le sol accueillait nos arrière-trains depuis tout à l’heure, il avait le droit à son moment de gloire, lui aussi. Athena débloquait complètement, et elle s’était accrochée à ma jambe directement après avoir vu ma poitrine généreuse déborder. Elle m’avait même expliqué que j’étais une déesse car ce n’était pas possible d’avoir ce corps en étant humaine. Ooooooh c’est pour ça alors, que je suis si invincible ! Je levais les bras en l’air en regardant la jeune femme et je me mis à hurler.

– Je suis ta déesse ! Je suis invulnérable ! Ouiiiiiii !

Je débloquais aussi complètement, c’était certain. Athena semblait adorer le fait que je câline ses cheveux. En même temps, quelle femme n’aimait pas cette sensation ? C’était doux, apaisant, relaxant. Tellement apaisant que j’ai même l’impression qu’elle s’était endormie sur le canapé. J’avais envie de la réveiller, de la bousculer un peu mais je n’eu pas le temps qu’elle bondissait comme une folle hors de l’amas de cuir. En faisant ceci, elle renversa la dernière bouteille qu’il restait sur sa table et son shorty se retrouvait inondé d’alcool. Voilà qui est malin ! Désormais, il fallait qu’elle se change aussi. La brunette partait en fou rire avant de se redresser et de se diriger vers la salle de bain afin de ramener son trophée : une serviette ! Elle se mit face à moi avant de s’enrouler dedans et de faire glisser son bas tout comme je l’avais fait quelques minutes auparavant. Après avoir fait son petit numéro, elle se remit en position et posa une main sur ma cuisse avant de déposer l’autre sur mon bras, et mes côtes. Elle tentait de me chatouiller légèrement et je me mis à me tortiller dans tous les sens en rigolant. J’écoutais sa réponse tout en bougeant tel un lombric en détresse. Sauf que le lombric ne ferait pas la moitié de mes mouvements ! Elle m’expliqua ainsi qu’elle avait quelqu’un dans sa ligne de mire depuis deux ans environs, et que ladite personne n’acceptera probablement jamais mais qu’elle sera heureuse quoiqu’il arrive. Le message semblait s’adresser pour moi mais comme j’étais ivre morte, je souriais bêtement.

– OH ! Tu devrais essayer, on sait jamais. Des fois, ça marche juste en demandant ! Enfin, je crois ?

Je n’étais même plus sûre de ce que j’étais entrain de raconter. Alors la jeune femme reprit la parole, puisque dans la logique des choses, c’était à son tour de me poser une question. Avec un sourire aux lèvres, elle me demanda si j’avais déjà essayé d’embrasser une femme langoureusement, peu importe le contexte. Je dois  avouer qu’aucune langue non identifiée n’était entrée dans ma bouche depuis ma naissance. Alors il fallait que je lui réponde franchement, et tout naturellement, un petit clin d’œil s’immisça avant ma réponse. Je savais qu’elle mourrait d’envie de m’attraper !

– Nooooon nooooon. J’ai jamais essayé d’embrasser une fille, un homme ou un crapaud pour qu’il se change en prince charmant ! Pas de langue, pas de lèvres… NIET ! Mais… Je sais que tu as envie d’essayer avec moi Athena ! Je peux lire dans cette bave qui coule le long de ta bouche depuis tout à l’heure ! D’ailleurs, tu ne serais pas cousine avec un escargot ?

MAIS POURQUOI J’AI DIS CA MOI ! Mais sérieusement, je n’étais pas bien dans ma tête ! Rien ne répondait et mon corps réagissait tout seul maintenant. Je continuais de lui câliner les cheveux en douceur avant d’attraper un autre verre. Je devais trouver une question désormais, avant d’avaler le contenu de cette bouteille qui se vidait à vue d’œil.

– Sinon… Serais-tu capable de résister face à des fesses bien rondelettes ?

La provocation devenait le maitre mot de la fin de soirée. Je me retournais en soulevant légèrement la serviette et en tortillant de l’arrière-train, de droite à gauche. La question n’était pas personnelle à proprement parler, mais restait une question ! Maintenant, sa réponse était soit négative et elle me sautait dessus sans remords, soit elle était positive et Athena resterait de marbre. Mais dans l’état où nous étions actuellement, je ne pouvais assurer une réponse positive !
(c) Ivy Stevens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
avatar
Personnel


Messages : 216
Âge du personnage : 32 ans
Groupe : Personnel
Eléments : Eau/Ténèbres/Sang

MessageSujet: Re: Take a breath in good company! [ft. Athena]   27.06.15 6:03

Ivy/Athena
2 000 mots
©OZ BURTON


Congrats !
Now, let's try to celebrate this properly ...

C'était vraiment hiral...hial...hi… HILARANT ! Voilà, j'ai retrouvé le mot, c'était vraiment hilarant de voir Ivy dans cet état, elle qui était si sérieuse d'ordinaire ! Remarque, moi aussi, je devais être un sacré spectacle à moi toute seule. Heureusement que les appartements sont insonorisés, histoire d'avoir une vie privée entre professeurs, et au cas où un élève traînerait dans le couloir. Bon, à cette heure, cette zone était interdite à tout le non-personnel, donc il n'y avait pas de quoi s'en faire de toute façon. Ma demande en mariage semblait l'avoir … offusquée ? Surprise ? Un mix des deux, très certainement. Mais l'épisode avec le sol semblait être passé derrière elle lorsque je lui dit qu'elle était très certainement une déesse avec un corps tel que le sien. Je suis sûre que même sobre, j'aurais pensé la même chose. Normal qu'elle me fasse de l'effet ! Elle semblait vraiment heureuse, vu sa réaction. Ma déesse, invulnérable … Oui, ce soir, nous étions invulnérables. Les reines du monde !


« Ouaiiiiis, on est les meilleures ! WOUUUUUUH ! »


Aaah Ivy … Merci de cette soirée, de me faire passer un excellent moment, même si à mon avis demain on risquait de le regretter un peu toutes les deux. On risquait d'être belles tiens. Heureusement qu'on n'avait pas de boulot … Enfin, je crois. Je ne savais même plus quel jour nous étions. Et si j'avais cours demain … Oooh j'espère qu'aucun gamin n'allait être un tantinet chiant, sinon, il allait sacrément prendre cher. Mais ne pensons pas à ces choses désagréables, voulez-vous ? Surtout quand une aussi belle femme s'occupait de mes cheveux. C'était un vrai régal. Et la première fois depuis des lustres que ce n'était pas arrivé. Un vrai bonheur. Je pourrais en pleurer de joie d'ailleurs. Mais un peu de dignité voyons ! Déjà qu'il ne m'en restait plus trop … C'est peut-être un peu pour ça aussi quelque part que j'avais bondi hors du canapé. Pour ne pas pleurer ! Ca se tenait. Mais à la place, je m'étais juste fracassée et humiliée encore un peu plus. Mais c'était pas grave, au point où la CME et moi en étions … Le ridicule ne tue pas comme on dit ! Heureusement, sinon, nous serions mortes. Quoi que … Et si en fait le ridicule tuait ? Parce que bon, on était au paradis, là ? OH MON DIEU ! La découverte du siècle. Dommage qu'elle et moi soyons les seules à le savoir. Pauvre humanité.


Je revins donc, une fois changée, contre elle. Les gestes affectifs étaient de retour de part et d'autre. Cela dit, pouvions-nous réellement parler de gestes affectifs étant donné notre ébriété ? N'était-ce pas plus, vu la chaleur qui se dégageait de nos corps respectifs ? Pourquoi les canards font coin-coin ? Tant de questions existentielles se bousculaient dans ma pauvre petite tête. Je répondis ensuite à sa question précédente, et comme convenu, il ne semblait pas qu'elle avait compris que je parlais d'elle. Quoi que … Sa réponse me fit douter un instant. Soit c'était une perche pour que je lui demande quand même, soit l'alcool dans son sang – ou plutôt l'inverse pour le coup – lui avait définitivement ôté toute capacité de réflexion. Aaah, pouvoir manipuler cet élément vital était franchement pratique ! Pour peu qu'on s'en souvienne. Ha ha. Uen autre information à retenir : Ivy était bel et bien chatouilleuse. Intéressant … Je pouvais la torturer à souhait, alors … Ca mériterait un test, quand le moment s'y prêtera !



« Eh bien, j'y penserais … Je lui demanderais donc, promis ! Et s'il le faut, je le lui redemanderais si elle ne s'en souvient pas. Si j'm'en rappelle aussi. »


Je lui tirais la langue comme une gamine le ferait. C'était très certainement ce geste qui me fit penser à la question que je lui ai posé à mon tour pour notre jeu à boire. Elle me fit un petit clin d’œil complice avant de me répondre, que j'interprétais comme une … invitation ? Tiens, le doute ma bit… M'habite. Est-ce que la situation se retournait en ma faveur ? Ivy était-elle enfin prédisposée pour tenter de se caser avec moi ? Ca serait la cerise sur le gâteau pour cette soirée, ça ! Après tout, j'étais morte, et de ce que j'ai pu entendre dire, les dernières volontés d'un mourant son exaucées … Ca s'était donc produit ? Eh bien, mourir, c'est le pied en fait … A moi la liberté ! A moi l'amour ! A moi le calme ! A moi les escargots ! Les escargots ? Ah oui, ce à quoi Ivy venait de me comparer. Cela me fit hurler de rire et tomber en arrière, démêlant le nœud de la serviette que j'avais autour de la taille et la fit glisser très légèrement vers le bas. Rien n'était dévoilé de trop indécent, mais cela me donnait très certainement un air affreusement sexy. En me relevant, je vis la coquille, et la répara donc, luttant pour rattacher correctement le substitut de shorty autour de mes courbes. Je lui rendis un clin d’œil provocant, peut-être même teinté d'une once de défi à l'attention de ma belle invitée.


« Oooh, mais tu sais, il n'y a peut-être pas que là que je bave … Tu peux lire dans la bave d'ailleurs ? Ouaaah mais t'es trop forte ! Ca s'appelle comment, la bavomancie ? Et elle dit quoi la mienne ? Hein ? Dis-moi s'il te plaît ! »


Je restais contre elle, appréciant ses caresses, mon visage s'étant rapproché du sien pour lui montrer le filet qui coulait un peu de la commissure de mes lèvres, en attendant son analyse. J'avais gardé en tête ses paroles, cela dit. Ainsi, elle n'avait jamais embrassé qui que ce soit, ni à la régulière, ni langoureusement. Eh bien, peut-être allais-je lui voler son premier baiser ? Cette idée me paraissait excellente, et m'emplissait de joie et d'honneur. Prendre ne serait-ce qu'une première fois d'une déesse, c'était carrément être VIP après tout ! Personne à ma connaissance ne pouvait se targuer de l'avoir fait ! Finalement, sa prochaine question pour notre jeu arriva. Et quelle question, mazette ! Elle se décolla de moi, se retourna et remonta légèrement sa serviette pour dévoiler une partie de ses fesses. Serais-je capable de résister à des fesses bien rondelettes, hein ? Ivy … Etait-ce une perche ? Parce que si c'était le cas, j'allais la saisir de toutes mes forces.


La tentation était bien trop forte pour que j'y résiste, mais quelque chose, un instinct au plus profond de moi, fit que je ne lui sautais pas dessus. Pas immédiatement en tout cas. Et puis, ce dandinement de droite à gauche de son sublime petit fessier bien rebondi et tr-s certainement bien ferme dû à son entraînement sportif intensif était tellement hypnotisant que ma bouche s'était ouverte comme un poisson, et mon regard s'était fixé dessus, balançant ma tête de droite à gauche, en rythme avec Ivy. Ma main droite s'avançait doucement vers la serviette, et lorsqu'elle arriva à portée, elle se posa finalement sur une moitié de cette pêche gentiment offerte par la CME. Ferme, chaude, douce, bien rebondie en effet … La perfection dans mes standards. Ma main gauche, elle, se fraya un chemin hasardeux, puisque de toute façon je ne regardais pas, sur la table basse, où la bouteille se trouvait. Une fois saisie, sans quitter ce postérieur du regard, je pris trois grandes gorgées du breuvage, avant de la reposer par-terre. Un énorme frisson me parcourut, suivi instantanément d'une énorme bouffée de chaleur. Je lui lançais un regard à la fois surpris, torride, malicieux et chaleureux. Oui, tout ça à la fois.



« Si je suis capable d'y résister ? Oui. Mais aux tiennes … Hahaha … Désolée, mais … Non. »


Mon dernier mot avait été prononcé après une petite pause pleine de suspense. Avec une agilité, une précision et une rapidité insoupçonnées, à la fois pour elle comme pour moi étant donné à quel point nous étions éméchées, je la saisis par la taille et la fit pivoter vers moi. Je me collais instantanément à elle, la pressant de mon bras gauche contre sa taille. Nos visages s'effleuraient, et je gardais mon sourire sur les lèvres. Je me mordis d'ailleurs délicatement l'inférieure, appréciant ce contact brûlant. Ma main droite caressait sa jambe, remontant jusqu'à la fesse qu'elle m'avait présentée en guise de provocation. Il ne fallait pas me sous-estimer ! Si Ivy me tendait effectivement la perche depuis le début … Il était enfin temps de la saisir ! Surtout une occasion pareille, je n'allais pas la rater quand même ! Je pouvais sentir son souffle sur ma peau, et elle le mien, chaud, dans son cou. D'une voix fiévreuse, je pris la parole.


« Dis-moi, Ivy … Juste avant, tu as dit n'avoir embrassé personne, et que j'avais envie d'essayer avec toi. Mais ton clin d’œil, et cette accusation, vraie bien évidemment, contre moi … Signifiaient-ils que tu souhaites tenter avec ce misérable escargot qui se trouve à quelques millimètres de toi, et qui bave devant tant de magnificence, de beauté céleste et divine ? Si c'est le cas, je suis toute à toi. »


Je gloussais doucement et malicieusement. C'était clairement de la provocation, ni plus, ni moins. Oh que j'espérais qu'elle y réponde en fonçant dans le tas, ce qui équivaudrait à m'embrasser sauvagement. Je me souvenais également de ma promesse faite un peu plus tôt, et même si nous étions alcoolisées au possible, quand je donne ma parole, je la respecte jusqu'au bout. C'était peut-être le moment, du moins pour cette soirée.


« Au fait, malgré le fait que j'ai dit qu'elle refuserait sûrement … Je t'ai promis que je demanderais à la personne qui m'intéresse fortement. Ivy, je te le demande donc, puisque c'est de toi que je parlais. C'est envers toi que j'ai des sentiments. Que vas-tu donc faire, maintenant ? »


Le bras qui la bloquait avait maintenant relâché la pression, juste avant que je ne lui dise ceci. A la place, la main qui le terminait s'occupait de caresser les endroits de sa peau nue et vierge de toute cicatrice, comparé à mon corps meurtri par les blessures. Oh qu'est-ce que j'en avais d'ailleurs … Et surtout, cette horrible balafre sur mon ventre, à gauche de mon nombril, et qui se terminait à l'arrière. Beaucoup d'estafilades plus ou moins grosses parcouraient mes cuisses. Oui, comparé au corps d'Ivy, le mien était bon à jeter. Mais je m'en fichais, j'étais à l'aise, même malgré le fait que je venais de me déclarer. Si ça se trouve, la CME aux cheveux violets aimait ça, les cicatrices ! Et puis de toute façon, ça pouvait faire un sujet de discussion, histoire de raconter ses faits d'arme.


Mon autre main effleurait toujours avec une grande délicatesse et attention la peau de sa cuisse, de ses fesses, de sa taille que je chatouillais un peu pour l'embêter, et remonta jusqu'à ses cheveux. Mes doigts s'entrelacèrent dans cette cascade violette, et la lui caressait de la racine à la pointe. De là à succomber totalement à son charme, il n'y avait qu'un pas. Et ce pas, c'était son feu vert. De toute façon, nous étions trop bourrées pour réfléchir plus que ça, mais tout de même. Je me devais de respecter sa volonté !



« En attendant … Ma question pour notre jeu … Et toi, pourrais-tu résister à cette serviette autour de ma taille, mmh ? »


Je lui fis un clin d’œil lourd de sens et de défi. Comme pour la tenter, et je savais que son regard allait être attiré par ce qui se passait au niveau de nos bas-ventres, je défis le nœud autour de ma taille, mais maintins l'obstacle à ma nudité dans mon poing serré, le faisant lentement glisser, s'arrêtant juste avant de dévoiler mon intimité.




_________________



Merci Ivy-chou ♥

Avatars:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
avatar
CME


Messages : 124
Âge du personnage : 25 ans
Groupe : CME
Eléments : Air † Terre ► Sable

MessageSujet: Re: Take a breath in good company! [ft. Athena]   27.06.15 22:28



A new experiment



La soirée battait son plein sous le signe de l’alcool. On pourrait carrément refaire des bouteilles entières rien qu’en aspirant tout le contenu dans nos veines. Si les gens pouvaient nous voir à l’instant, ils penseraient que nous soyons complètement folles et bonnes à enfermer. Les délires continuaient à s’enchaîner les uns après les autres, nous rendant encore plus hystériques qu’auparavant. Les rires ne cessaient de s’élever jusqu’au plafond et franchement, je suis bien heureuse que les pièces soient insonorisées car ce serait bête de partager notre bonne humeur. Je préférais largement la garder pour moi et pour cette jeune femme toute aussi sublime que je l’étais. En tout cas, Athena semblait s’amuser puisqu’elle me tirait la langue comme une enfant en bas âge. Ah, cet alcool… Ce breuvage magique capable de changer les gens. Jamais je ne m’étais sentie aussi bien d’ailleurs. Depuis combien de temps n’avais-je pas ris de cette façon ? En fait, je crois n’avoir jamais ris comme ça. Ce devait être la première fois que j’expérimentais la joie. D’habitude, j’étais si sérieuse que j’avais du mal à exprimer ce que je ressentais réellement. Les sourires n’étaient que des masques, les rires étaient inexistants… Comment pouvons-nous éprouver de la joie dans un monde si cruel ? Eh bien, j’avais la solution : l’alcool et Athena. Et puis, vu que je lui avais dis que je pouvais lire dans la bave, elle s’attarda dessus et me demanda donc de le faire !

– Oui ! Je peux le faire, regarde bien ! Là, ça dit… Ivy, je te trouve belle comme une déesse et ton corps me fait tellement envie ! Ouuuh ! Ah non, ça c’est pas dans la bave.

Ca devait être drôle de me voir dans cet état. D’autant plus qu’Athena ne connaissait que mon côté sérieux, et là, elle me découvre sous un autre jour. Un jour différent, ou plutôt une nuit ! Puis elle me répondit, par rapport à mon fessier qui se dandinait devant ses yeux. Yeux qui suivaient parfaitement la cadence de mon popotin d’ailleurs. Elle ne le quittait plus du regard. Puis vint une demande qui m’émoustillait. Athena m’avait clairement tendu une perche, et je n’avais plus qu’à la prendre. Embrasser l’ancienne combattante ne serait pas une malédiction ou une punition. Au contraire. Cependant, je n’étais pas attirée par le genre féminin. Mais l’alcool me désorientait complètement, et même si je pensais ne pas vouloir, mon cerveau réagissait d’une toute autre manière. Il faisait chaud, les boissons altéraient mon jugement. Du coup, même si je ne voulais pas tenter l’expérience, mon corps le désirait.

– J’sais pas si c’est raisonnable… Mais, je veux bien tenter ! Après tout, on est là pour s’amuser nan ? Ben amusons-noooouuuuus !

J’étais collée à elle, et ma tête était tellement proche que le mouvement fût court pour atteindre ses lèvres. Elles se déposèrent avec délicatesse et je l’embrassais doucement avant de lui croquer la lèvre inférieure. Sans forcer, je m’amusais avec sa bouche, jusqu’à ce que nos langues s’entremêlent en une fraction de seconde. Des frissons parcouraient mon corps à mesure que notre salive se mélangeait. C’était une sensation douce et agréable… Pourquoi n’avais-je pas connu ça plus tôt ? Je prenais un certain plaisir à l’embrasser, c’était tellement divin en réalité. Seulement, je ne devais pas oublier que ceci n’était qu’un test et surtout que je ne voulais pas perdre Athena en tant qu’amie. Et puis, c’était un défi qu’elle m’avait lancé. Et je ne reculais devant rien, c’est pour ça que j’avais décidé de l’embrasser langoureusement. Nos corps chauds étaient collés l’un à l’autre, nos langues continuaient leur danse et j’appréciais l’instant jusqu’à ce que je me décolle enfin de la jeune femme. Ma langue passait sur mes lèvres pour absorber le reste de bave qui s’était déposé. J’espère qu’elle avait apprécié ce moment ! En tout cas, c’était une découverte positive, et cela ne m’avait absolument pas déplu. Puis elle s’arrêta sur un détail que j’avais déjà presque oublié. Elle me fit donc sa demande, comme elle l’avait promis. Un semblant de raison s’emparait de moi, pour m’éviter une bêtise que je regretterai certainement.

– Je ne peux pas accepter, j’ai trop peur de te perdre pour m’engager dans une relation avec toi. On est déjà proche, tu sais. On peut continuer à l’être, cependant tu sais bien que je ne suis pas attirée par les femmes. Même si tu es certainement la plus belle et la plus forte d’entre toutes !

Oui, je pensais réellement ce que je disais. Athena était l’une des rares amies que je possédais et une amitié qui se change en amour ne pouvait pas se terminer à nouveau en amitié. La perdre serait une catastrophe pour moi, et je ne voulais pas la blesser. Je n’étais pas quelqu’un d’attachante en réalité, c’est pour ça que j’étais seule certainement. On verra bien le jour où je trouverai l’homme qui sera capable de m’émoustiller comme la jeune femme venait de le faire. Ensuite, elle s’amusait à continuer avec la provocation. Il est vrai que j’avais du mal à résister à cette serviette tout comme elle devait avoir envie de tirer sur la mienne. Elle ôtait le nœud autour de sa taille et faisait lentement descendre la serviette jusqu’au point extrême. Athena s’arrêtait le plus bas possible.

– Résister ? Ah oui je peux ! Enfin je crois…

Ma main s’approchait de sa taille et agrippa fortement la serviette, je tentais de tirer dessus afin de lui faire une feinte entre ce que je lui disais et ce que je voulais réellement faire. Elle se retrouverait semi-nue avant moi ! Cependant, elle bloquait la serviette avec sa main. C’était donc difficile de l’arracher sans bousculer Athena. Mon autre main attrapait le verre sur la table et je remarquais que la dernière goutte d’alcool venait de s’écouler dedans. Voilà donc la dernière question !

– Oh tiens, j’ai une dernière question pour toi… Que va-t-il se passer si nos corps se retrouvent complètement dénudés ?

C’est vrai qu’avec tout ce qu’on avait bu, je pouvais bien me poser la question. La chaleur qui régnait ici était insoutenable et je sentais bien qu’à un moment donné, plus rien ne recouvrirait nos corps. Alors que se passera-t-il à ce moment précis ?  
(c) Ivy Stevens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
avatar
Personnel


Messages : 216
Âge du personnage : 32 ans
Groupe : Personnel
Eléments : Eau/Ténèbres/Sang

MessageSujet: Re: Take a breath in good company! [ft. Athena]   28.06.15 0:50


_________________



Merci Ivy-chou ♥

Avatars:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
avatar
CME


Messages : 124
Âge du personnage : 25 ans
Groupe : CME
Eléments : Air † Terre ► Sable

MessageSujet: Re: Take a breath in good company! [ft. Athena]   28.06.15 22:05



Should I accept ?




(c) Ivy Stevens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
avatar
Personnel


Messages : 216
Âge du personnage : 32 ans
Groupe : Personnel
Eléments : Eau/Ténèbres/Sang

MessageSujet: Re: Take a breath in good company! [ft. Athena]   29.06.15 0:00


_________________



Merci Ivy-chou ♥

Avatars:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
avatar
CME


Messages : 124
Âge du personnage : 25 ans
Groupe : CME
Eléments : Air † Terre ► Sable

MessageSujet: Re: Take a breath in good company! [ft. Athena]   29.06.15 0:53



Get back to reality




(c) Ivy Stevens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
avatar
Personnel


Messages : 216
Âge du personnage : 32 ans
Groupe : Personnel
Eléments : Eau/Ténèbres/Sang

MessageSujet: Re: Take a breath in good company! [ft. Athena]   29.06.15 2:23


_________________



Merci Ivy-chou ♥

Avatars:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
avatar
CME


Messages : 124
Âge du personnage : 25 ans
Groupe : CME
Eléments : Air † Terre ► Sable

MessageSujet: Re: Take a breath in good company! [ft. Athena]   30.06.15 20:59



Soirée Mousse



Le baiser avait scellé ma promesse comme un pacte. Je tenais vraiment à cette femme et je ne voulais en aucun cas la perdre. C’était aussi un des points qui m’effrayaient si une éventuelle relation venait à naître entre nous. L’autre serait qu’Athena serait une force et une faiblesse à la fois. La force d’avoir cette ancienne combattante à mes côtés, à me battre pour la protéger… Mais une faiblesse car le jour où quelqu’un souhaitera s’en prendre à moi, il pourra me tenir par les sentiments. Ce sera peut-être un des risques à surmonter, un jour ou l’autre. Puis elle m’avait ouvert les yeux en me disant que si je me tournais vers elle, c’était parce qu’un homme me brisera le cœur… C’est vrai que cette promesse paraissait égoïste en soi, pourtant ce n’était pas mon but. Loin de là même. Je savais pertinemment qu’être avec elle ferait son bonheur, et certainement le mien par la même occasion. Athena ne voulait que mon bien, mon bonheur, mon sourire… Serais-je capable de trouver un homme qui souhaite la même chose qu’elle ? Certainement. Les questions qui subsistaient dans ma tête étaient : où et quand ?

– Tu sais qu’il en faut beaucoup pour me blesser, et il se peut que ce soit moi qui brise le cœur d’un pauvre homme. Mais je sais que tu seras toujours là pour moi !

Elle me serrait dans ses bras, fortement. Je voyais à quel point elle était attachée à moi, et surtout que ma décision la décevait. Je le sentais, le savais. Mais je pouvais comprendre à quel point cela pouvait être douloureux de recevoir une réponse négative à une attente toute particulière. Cependant, elle comprenait aussi mon point de vue, et certainement le fait que je voulais d’abord tenter ma chance avec un homme. Quoi de plus logique quand le corps d’une femme ne vous attire pas plus que ça. Malgré cela, j’ai passé un agréable moment et j’ai pu découvrir de sacré chose même si mon cerveau n’était pas complètement connecté à ces instants précis. Il a su en garder un très bon souvenir, et ces sensations sont gravées pour l’éternité. Je sentais la jeune femme faiblir dans mes bras, son étreinte s’était affaiblie et ses caresses dans mon dos étaient légères. Elle se relevait avant de me tendre la main, mais je préférais ne pas la fatiguer encore plus. La transfusion avait pompé tout ce qui lui restait d’énergie… Je me redressais et soutenais la jeune femme en suivant ses pas qui me guidaient à travers son appartement. Les vêtements dans un bras, et moi dans l’autre, Athena m’avait emmené à sa salle de bain. Il était temps de se décrasser et d’effacer toutes les traces de sueurs ainsi que d’alcool… Car même si les effets s’étaient dissipés, l’odeur était toujours bel et bien présente.

– Appelle moi si tu as besoin d’un coup de main, t’as pas du tout l’air dans ton assiette. Je fais couler l’eau en attendant, bien fraîche pour nous réveiller !

J’approchais donc de sa baignoire et me penchais afin de tourner les robinets. L’eau froide coulait d’abord, suivit de l’eau légèrement chaude. Histoire de ne pas plonger dans une eau glaciale non plus. L’eau était à température quand j’y plongeais mon corps dénudé. Mes cheveux trempaient dans cette eau délicieuse et mon regard était fermé. J’espérais juste qu’Athena arrive à revenir vu l’état dans lequel je l’ai vu partir. En ouvrant les yeux, je remarquais une petite bouteille contenant du liquide verdâtre. En tournant le bouchon, une légère odeur de pomme parfumait l’air ambiant. Je faisais couler un petit filet avant de transformer l’eau en mousse. Je m’en appliquais partout tellement c’était relaxant. J’entendis alors un bruit léger s’approcher et vit la jeune femme apparaître devant mes yeux. Je me levais doucement, prenant sa main et l’accompagnant jusqu’à l’intérieur en la soulevant légèrement par la suite.

– J’espère que la température te convient, et je me suis permis de mettre un peu de mousse pour nous détendre.
(c) Ivy Stevens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
avatar
Personnel


Messages : 216
Âge du personnage : 32 ans
Groupe : Personnel
Eléments : Eau/Ténèbres/Sang

MessageSujet: Re: Take a breath in good company! [ft. Athena]   01.07.15 3:35

Ivy/Athena
1 020 mots
©OZ BURTON


Congrats !
Now, let's try to celebrate this properly ...

La promesse d'Ivy, j'allais m'y accrocher. Même si elle ne se réaliserait peut-être pas, je voulais y croire, et espérer quitte à me blesser toute seule. Je fais partie des gens qui, une fois qu'ils ont des sentiments pour quelqu'un, ne peuvent pas y renoncer très facilement. Ca a été le cas pour ma première relation, même si j'ai fini par tourner la page, c'était encore relativement frais. Mais Ivy … Malgré la quasi-décennie qui nous séparait, c'était vraiment quelque chose de fort. Une force, tout comme une faiblesse. Mais j'avais foi en elle. Elle était loin d'être inoffensive et savait très bien se débrouiller en cas de crise. Et puis, je l'avais formée, et ça me rassurait quelque part de savoir qu'elle avait suivi mes conseils. En revanche, j'avais toujours peur de sa réaction face aux monstres aquatiques. Elle avait du mal à se contenir en leur présence, et par conséquent agir imprudemment. Et ça, ça pouvait coûter cher à la jeune femme. Elle pouvait s'en retrouver gravement blessée physiquement, et ça, ça m’insupporterait. En parlant de blessures, elle m'assura qu'elle était émotionnellement robuste, et que de toute façon, je panserais ses plaies en cas de besoin. C'était peut-être vrai pour la partie me concernant. En revanche … Etant donné qu'elle n'avait jamais eu de relation intime, je doutais fortement de la précision à laquelle elle pouvait s'imaginer la douleur que l'on peut causer – ou subir – lorsqu'on stoppe d'être un couple. D'une voix évasive, je lui répondis.


« Je sais, je sais … Oui, tu pourras compter sur moi. C'est promis. »


Nouvelle étreinte. Au moins, je ne partais pas bredouille et totalement refoulée. Positivons un peu, que diable, c'est censé être une fête, pas un enterrement ! Un jour, je pourrais partager ma vie avec la CME. Je préférais voir ça comme ça plutôt que de me concentrer sur cet échec cuisant. J'essayais de la guider vers la salle de bain, mais c'était plutôt le contraire qui se produisait. Elle me soutenait. Encore une fois. C'est une fois au niveau de la machine à laver qu'elle me relâcha. Je me suis surprise à en être un peu déçue d'ailleurs. La fatigue, probablement, dû à ce début d'anémie.


« Ne t'en fais pas. D'ici trois minutes ça ira mieux. J'ai besoin de souffler quelques instants, histoire de reprendre des forces pour me redonner du sang. Si je le fais tout de suite, je risque de tomber dans le coma ou une connerie du genre, j'ai pas assez de force là. »


Je m'efforçais de sourire pour la rassurer. J'avais pu préparer la machine, mis le linge dedans, lancer le programme de lavage, avant de m'y adosser. Je regardais les courbes d'Ivy, qui était dos à moi, en train de préparer le bain. Ma baignoire était d'une taille raisonnable. Nous n'aurions pas la place d'étendre totalement nos jambes, et nous serions forcément un peu collées l'une à l'autre, mais pas comprimées non plus. Je souris tendrement. Mon visage n'était que bienveillance lorsque je la regardais. Cette femme méritait de trouver le bonheur. Je me rinçais aussi allègrement l’œil, il fallait l'avouer. Un léger rire, faible mais audible pour la jeune femme aux cheveux violets.


« T'as tellement un corps de rêve bon sang, p'tite veinarde ! Et ces fesses, sublimes ! »


Je reprenais petit à petit des forces. Je me concentrais en écoutant Ivy rentrer dans l'eau. L'entendre était apaisant. Je me sentais calme et sereine. Ce ne fut pas difficile de me concentrer afin de recréer suffisamment de sang dans mes veines. La vie revenait dans mon corps usé. J'avais toujours mal au crâne à cause de la fatigue physique que j'avais subi, encore une fois, un corps n'est pas extensible. Je la vis poser sur moi un regard encore un peu inquiet, auquel je répondis par un sourire et un petit coucou de la main. Lorsque je me sentis suffisamment prête, je me relevais et me dirigeais vers la baignoire, puis j'y entrais, face à Ivy. Mes cuisses passèrent par-dessus les siennes, encore et toujours en contact. Sa peau était toute lisse et glissante, probablement dû au fait qu'elle s'était aspergée de gel moussant. Et qui disait mousse, disait ennemi du cuir. Je retirais mon bandeau et le lança au bout de la pièce. C'était la première fois depuis tout ce temps que mon amie voyait cette affreuse balafre griffue et irrégulière qui me défigurait. Je pris un des bandeaux noirs de rechange que je laissais traîner à côté de la baignoire, au cas où, et le mis à la place. On pouvait encore en distinguer quelques traces, cela dit. Je m'adossais à mon côté de la baignoire, regardant le plafond.


« Ca va déjà mieux … La température est impeccable, et tu as bien fait pour la mousse. Comme ça ... »


Je ricanais doucement, alors qu'un petit plateau d'eau soulevait un gros paquet de mousse dans les airs, juste devant les yeux d'Ivy, avant d'aller la lui poser sur la tête. J'observais le résultat en abaissant mon visage vers elle, avant d'éclater de rire.


« Ca te fait une super coupe afro dis-moi ! »


Une fois mon rire calmé, je viens lui pincer doucement les joues, affectueusement.


« C'est drôle quand même. Tu n'aurais jamais pris de bain avec moi avant, qu'importe notre proximité. Mais ce petit changement ne fait pas de mal, mine de rien. Un nouveau petit moment à partager toutes les deux à ajouter à la liste, tu ne crois pas ? »


C'est vrai que, probablement dû à mon orientation sexuelle et aux vues que j'avais sur elle, jusqu'à présent, la CME avait plutôt essayé d’éviter d'avoir à trop se dénuder devant moi. Mais maintenant … C'est comme si une barrière avait explosée, et très honnêtement, j'appréciais. Non pas parce que je pouvais allègrement la mater sans aucune gêne ni besoin de me cacher – quoi que, ça en fait peut-être partie, juste un peu -, mais surtout parce que comme cela, je m'étais encore un peu rapprochée d'elle. Même si ce n'était qu'un pas d'amitié, j'étais heureuse de cette avancée.




_________________



Merci Ivy-chou ♥

Avatars:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
.
avatar
CME


Messages : 124
Âge du personnage : 25 ans
Groupe : CME
Eléments : Air † Terre ► Sable

MessageSujet: Re: Take a breath in good company! [ft. Athena]   01.07.15 13:28



Deux canes qui barbotent dans la mare



Elle me souriait pour me rassurer. Mais je savais pertinemment que cette transfusion l’avait complètement fatiguée. Je tentais de ne pas m’en faire malgré son état et patientait tranquillement dans la baignoire. La mousse était si douce qu’elle me relaxait complètement. Le parfum de la pomme s’élevait dans les airs et parfumait toute la pièce. Ca faisait du bien de ne pas sentir l’alcool sur nos corps dénudés. Lorsqu’elle me complimentait sur les formes que Dame Nature m’avaient conférées à la fin de ma croissance, je ne pouvais m’empêcher de sourire. C’est vrai que j’avais énormément de chance, car je n’avais personne à envier. C’était plutôt l’inverse qui se produisait. Les regards se tournaient vers moi lorsque je passais dans les couloirs de l’académie, ou même dans la rue tout simplement. Mais que voulez-vous, cette paire de fesses est faite pour attirer les regards, tout comme ma poitrine. Athena finissait donc par me rejoindre, je sentais sa peau légèrement plus froide que la mienne. Ce bain tempéré allait la remettre d’aplomb, c’était certain. Je repliais légèrement les jambes afin de lui laisser la place de s’installer. La mousse camouflait chaque parcelle de nos corps. D’ailleurs, la jeune femme retira son bandeau de cuir et laissait apparaitre une cicatrice au niveau de son œil. Il était vraiment amoché, et était fermé à jamais désormais. Elle le remplaçait par un morceau de tissu noir, mais ma main attrapa son bras.

– Tu sais que tu n’as pas besoin de camoufler ça avec moi.

Ca ne me gênait aucunement de voir Athena comme ça, c’était même plutôt le contraire. Je me sentais à l’aise avec elle. Et encore plus lorsqu’elle était au naturel. La prof me répondit que la température lui convenait et que l’ajout de la mousse était une option divertissante. Un plateau d’eau portait un peu de ce liquide moussant sur le dessus de ma tête avant de le laisser s’écraser. Cela me faisait – d’après la jeune femme – une superbe coupe afro. Alors elle voulait jouer à ça ? D’accord ! Je prenais un peu de mousse au bout des doigts et je fixais Athena d’un regard plein de défi. Je posais ce doigt sur son visage, commençant à peinturlurer le dessus de ses lèvres, ainsi que le dessous en lui formant une grosse barbe avant d’éclater de rire.

– Je savais bien que tu étais la cousine du Père Noël !

Nous étions pires que deux enfants dans une piscine. Mais qu’est ce que ça faisait du bien de se détendre de cette manière. Cette soirée resterait mémorable pour nous deux, cela ne faisait aucun doute. La nuit poursuivait son cours, la lune était haute dans ce ciel ténébreux, tandis que nous faisions les folles dans une baignoire. Certaines personnes trouveraient ça étranges que deux femmes se baignent ensembles, pourtant, cela ne nous dérangeait absolument pas. Je savais que ça lui faisait plaisir aussi, et elle avait bien besoin de ça vu ce qu’elle traversait en ce moment. Pour ainsi dire, je suis tombée à pic. On profitait de  ce moment où nous étions si proches. Désormais, notre vision des choses ne serait plus la même. Pourtant, cela me convenait parfaitement. Je savais que ce qu’Athena ressentait pour moi, mais je n’avais pas de craintes à avoir. C’était même touchant de voir que je plaisais finalement à quelqu’un. Plus aucune intimité ne nous séparait, et c’était certainement mieux comme ça. Après tout, pourquoi devrais-je me gêner avec celle qui a toujours été la plus proche de moi ? Même lorsque j’étais étudiante, elle faisait attention à moi. C’était plus qu’un professeur finalement. Et elle est quand même devenue une amie très proche, vraiment très proche. L’eau commençait à refroidir légèrement, et je me mis à bailler d’un coup. Il semblerait que la fatigue sait quand pointer son nez.

– On continue à barboter dans l’eau comme des canes ?
(c) Ivy Stevens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
.



MessageSujet: Re: Take a breath in good company! [ft. Athena]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Take a breath in good company! [ft. Athena]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Breath of God
» Les paras de la Easy Company à l'assaut des canons de 105mm.
» Cereal Lover (Let the Good Times Roll)
» MAC GOOD LUCK TROLLS COLLECTION -Ete 2016
» The Berry Company

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Académie :: Hall S :: Bureaux et appartements-